Alerte Témoin

Après la polémique Macron, Valls lance un "j'aime les fonctionnaires"

Publié le 13/11/2015 - 17:27
Mis à jour le 13/11/2015 - 17:28

Manuel Valls a défendu ce vendredi 13 novembre 2015 à Dijon un statut "modernisé" des fonctionnaires, après la polémique provoquée par son ministre de l'Économie Emmanuel Macron, en lançant "j'aime l'État" et "j'aime les fonctionnaires".

dsc_7727.jpg
Manuel Valls (Juillet 2015 Rodia Besançon) © damien poirier

Hommage aux attentas de janvier 2015

"Dans un autre lieu j'ai dit combien j'aimais l'entreprise (...), je veux vous dire combien j'aime l'État et combien j'aime les fonctionnaires", a dit le Premier ministre, dans un discours devant les cadres des services de l'État en Bourgogne. "Les Français, au moment des évènements du mois de janvier, ont applaudi et embrassé les forces de l'ordre. Je souhaite que chacun de nos compatriotes se rende compte de la force que représente non pas la fonction publique, non pas l'État, mais chaque fonctionnaire", a-t-il déclaré.

Une fonction publique et moderne

Le Premier ministre, qui a multiplié les expressions d'"hommage" et de "reconnaissance" aux fonctionnaires, a jugé qu'une fonction publique "moderne et réactive" n'était pas "inconciliable avec le statut, bien au contraire". "Nous avons besoin d'une fonction publique moderne et réactive. Nous avons besoin, aussi, de fonctionnaires dont l'engagement et les compétences sont mieux reconnus. Ce n'est pas inconciliable avec le statut, bien au contraire!", a dit M. Valls. "Mais cela veut dire, aussi, que nous devons être en mesure de le faire évoluer pour l'adapter aux besoins du service public et aux besoins des fonctionnaires", a-t-il souligné.

Les fonctionnaires "plus adéquat"

Mi-septembre, lors d'un débat devant un think tank, M. Macron avait déclaré, à propos du statut de fonctionnaire, qu'il n'était "plus adéquat" et "plus justifiable compte tenu des missions", suscitant un recadrage de François Hollande. M. Valls a défendu aujourd'hui le projet d'accord sur la rémunération et les carrières des fonctionnaires, que le gouvernement a choisi d'appliquer malgré la non-signature des syndicats majoritaires (CGT, FO et Solidaires).

Une modernisation nécessaire

Selon M. Valls, "la modernisation du statut", entraînée par cet accord, "est nécessaire", afin de résorber les "inégalités" entre les différents corps de fonctionnaires, de permettre "des carrières plus longues" et enfin pour améliorer les rémunérations. Le Premier ministre a confirmé "un rendez-vous" en février 2016 sur le point d'indice, étalon des rémunérations de la fonction publique et une revalorisation au 1er janvier 2017. Il a également voulu se montrer rassurant sur la réforme de la fonction publique territoriale de l'État, consécutive à la réduction à 14 du nombre de régions en métropole. Si les nouveaux organigrammes doivent être en place au 1er janvier 2016, un "effort d'accompagnement" sera poursuivi "jusqu'en 2018", a annoncé M. Valls.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut : pour une vi(ll)e « plus durable » et une « écologie du bon sens »

Le candidat LR Ludovic Fagaut a choisi la journée internationale de l'environnement et s'est installé sur le toit de l'espace coworking l'Épicerie, place de la Révolution pour présenter son programme écologique. Face la candidate Anne Vignot (EELV - PS - PC - Génération.s), il a égrainé quelques une de ses idées : de "Terra Vesontio" aux Vaîtes à la promotion des producteurs locaux, mais également des 30.000 arbres plantés au doublement du nombre de kilomètres de voies cyclables.

Le Sénat vote d’une proposition de loi pour « faciliter les procurations pour lutter contre l’abstention »

Le Sénat a adopté mardi 2 juin 2020 la proposition de loi de Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, tendant à sécuriser l’établissement des procurations électorales et l’organisation du second tour des élections municipales de juin 2020.

Municipale 2020 : la victoire de Ludovic Fagaut « semble possible » selon Jean-Philippe Allenbach

Le candidat du Mouvement Franche-Comté au premier tour de l'élection municipale à Besançon Jean-Philippe Allenbach, qui avait tenté de rassembler les listes des Républicains et de La République en marche la semaine dernière, n'a pas réussi son coup. Selon lui, voter pour Eric Alauzet au second tour "revient donc à tout simplement gaspiller sa voix" tandis que "la victoire semble possible" pour Ludovic Fagaut.

Liste identique pour Anne Vignot et campagne "sobre"

Municipale Besançon • Arrivée en tête au soir du 15 mars 2020, Anne Vignot  mène la liste "Besançon par nature" (EELV - PS - PC - Génération.s). Elle  sera face à Ludovic Fagaut et Éric Alauzet pour une triangulaire au second tour de l'élection municipale du 28 juin. La liste, identique à celle du premier tour, a été confirmée à la préfecture du Doubs vendredi dernier...

Ludovic Fagaut confirme sa liste « Besançon Maintenant ! » : ce sera une triangulaire

Ce sera donc une triangulaire. Arrivé en seconde position derrière Anne Vignot (EELV - PS - PC Génération.s) avec 23,59% des suffrages exprimés et 1.900 voix d'écart, le LR Ludovic Fagaut a déposé sa liste "Besançon Maintenant" pour le second tour du 28 juin. Il n'y aura donc pas d'alliance avec Éric Alauzet. Les Bisontins devront choisir entre trois listes.

Second tour des municipales : mode d’emploi

Un second tour est nécessaire dans 15 % des communes en France. Si tout va bien, les électeurs de près de 5.000 communes françaises seront invités à voter le dimanche 28 juin 2020 pour ce deuxième tour des élections municipales qui auraient dû se tenir le 22 mars si le Coronavirus n'était pas passé par là. Comment cela va-t-il s'organiser ? Réponses à toutes vos questions…
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.34
légère pluie
le 05/06 à 21h00
Vent
6.19 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
98 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune