"Assouplissement" des 80 km/h : début de réactions politiques dans la région

Publié le 16/05/2019 - 12:04
Mis à jour le 17/05/2019 - 17:53

Suite à l’annonce du Premier ministre, Edouard Philippe d’assouplir 80 km/h sur les routes secondaires. Il s’est dit prêt ce jeudi 16 mai 2019 à laisser aux présidents de conseil départementaux la capacité de déroger à cette mesure.

Illustration © HL  ©
Illustration © HL ©

Voici les réactions en Franche-Comté :

Michel Raison, sénateur de la Haute-Saône

"Il s'agit d'une fausse ouverture de la part du Premier ministre qui omet sciemment de préciser que l'amendement proposé par les députés LREM exclue du dispositif les routes nationales qui font partie du réseau secondaire" explique Michel RAISON.

"Cette omission s'apparente à un mensonge inacceptable qui ne manquera pas d'alimenter une nouvelle fois la colère et la frustration des automobilistes" regrette le Sénateur qui ne comprend pas pourquoi le Premier ministre sème une nouvelle fois la confusion.

Michel RAISON ne doute pas "qu'un grand nombre de députés - de toutes sensibilités politiques - s'opposeront à cette manœuvre politicienne des députés du groupe La République en Marche". Il ne doute pas non plus "qu'ils se battront en séance publique pour restaurer l'article voté au Sénat et il appelle le Gouvernement a faire enfin preuve de sagesse".

François Sauvadet, ancien ministre, Président du groupe DCI à l'ADF et Président du Conseil départemental de la Côte-d'Or :

"Je salue l'annonce, ce matin, d'Edouard Philippe sur les 80 km/h. Le Premier ministre s'est en effet dit ouvert à un "assouplissement" de la limitation de vitesse sur les routes secondaires en laissant la main aux présidents de conseil départemental.

Ma première réaction est un soulagement ! J'ai envie de dire : "enfin". Cela fait plus d'un an qu'en tant que Président du groupe Droite, Centre et Indépendants à l'Assemblée des Départements de France, j'ai alerté le Premier ministre sur l'aberration que représentait une généralisation des 80 km/h sur les quelque 400.000 kilomètres du réseau routier secondaire.

Je lui ai maintes fois rappelé que les présidents de département, qui gèrent au quotidien les routes départementales, connaissent parfaitement leur réseau. Et je veux dire au Premier ministre qu'ils assument déjà la responsabilité sur leurs routes départementales.

Pour ma part, je gère près de 5.800 kilomètres de routes départementales et je prends régulièrement des centaines d'arrêtés pour limiter la vitesse, parfois très en- deçà des 80 km/h, pour l'adapter au réseau et aux conditions de circulation.

Je connais parfaitement les routes départementales de la Côte-d'Or et je n'ai pas besoin d'injonctions parisiennes, ni pour définir la vitesse applicable sur ces routes, ni pour recevoir des leçons de sécurité routière. Je rappelle ainsi à Edouard Philippe que le Département que je préside a érigé la sécurité routière au rang de priorité. La Côte-d'Or est particulièrement innovante dans ce domaine avec ses collèges de la sécurité routière ou avec le Prix Christian-Myon qui récompense des initiatives des différents acteurs des territoires.

Avec le Préfet et les maires concernés, je vais travailler à un audit du réseau routier départemental, de façon à pouvoir faire du cas par cas et adapter la vitesse à la typologie des routes. D'ores et déjà, je peux dire qu'environ 90% du réseau pourront repasser à 90 km/h. Cela permettra notamment de revenir sur les situations incompréhensibles relevées sur certaines routes, l'exemple le plus emblématique étant la route Dijon-Beaune, 36 km et 42 changements de vitesse !"

Yves Krattinger, président du Conseil départemental de la Haute-Saône

"Yves KRATTINGER, Président du Conseil départemental de la Haute-Saône, prend acte avec satisfaction de l’évolution de la position du Premier Ministre concernant la limitation de vitesse à 80 km/h.

Dès mars 2018, le Président KRATTINGER avait proposé une alternative à l’application uniforme des 80 km/h sur le territoire haut-saônois. Cette proposition avait reçu l’approbation de ses homologues au sein de l’Assemblée des Départements de France, mais également des élus locaux et des administrés haut-saônois, avec qui il avait pu en échanger. Tous reconnaissaient la fine connaissance des réseaux routiers et la grande expertise des Départements, compétents en la matière. 

Ainsi, le Département de la Haute-Saône a réalisé une analyse pour chaque route et proposé une modulation de la vitesse allant de 70 à 90 km/h, en fonction des caractéristiques des voies de circulation et de leur environnement, pour une meilleure circulation sur le réseau départemental. Ainsi, 3 limitations de vitesses étaient proposées sur les 3 440 km de routes gérées par le Département, à savoir :

  • 90 km/h sur un linéaire de 711 km
  • 80 km/h sur un linéaire de 1 426 km
  • 70 km/h sur un linéaire de 1 500 km.

La question de la sécurité routière est primordiale pour le Département. Au cœur du travail effectué au quotidien par les services départementaux, la sécurité routière et la lutte contre la mortalité sont largement appréhendées dans cette analyse.

Le Président KRATTINGER attend désormais les modalités de mise en œuvre de ce changement de la limitation de vitesse.

Dès lors que la loi l’y autorisera, il appliquera progressivement cette modulation de vitesse sur les routes départementales. Une attention particulière sera là aussi portée à la sécurité des usagers de la route. Il conviendra en effet de mettre en place une signalétique efficace pour que les nouvelles règles soient compréhensibles de tous."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.53
légère pluie
le 17/06 à 3h00
Vent
1.43 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
95 %