Attaques de loup : les tirs de défense pourraient être autorisés en Haute-Saône

Publié le 09/09/2020 - 11:27
Mis à jour le 09/09/2020 - 11:38

Fabienne Balussou, la préfète de la Haute-Saône, a réuni le comité départemental loup ce 8 septembre 2020 suite aux dernières attaques sur la commune de Fougerolles. Elle a obtenu la possibilité d’autoriser sans délai des tirs de défense sur cet animal.

loup 3
© DR / facebook FDESA 70

Pour rappel, depuis le 26 août, 10 attaques ont été constatées dont deux dans la commune voisine du Val d’Ajol (88). Le bilan des pertes s’élève à 18 brebis (dont trois dans les Vosges) et six jeunes bovins (dont trois dans les Vosges) . En Saône et Loire, le département compte 21 attaques du loup qui ont entraîné la mort de 65 animaux et en ont blessé 23. Les crédits d’urgence supplémentaires obtenus par le préfet avaient permis de mettre à disposition plus de 11 km de filets de protection et 40 électrificateurs.

Deux éleveurs impactés par les dernières attaques du loup se sont exprimés devant le comité ce mardi. En parallèle, les constats de dommage dressés par l’Office français de la Biodiversité (OFB) ont été instruits par la Direction départementale des territoires (DDT) et les quatre premiers élevages attaqués ont reçu une proposition d’indemnisation qui sera prochainement transmise pour paiement après accord des éleveurs.

Quelles sont les actions concrètes mises en place ?

Le renforcement de la protection des élevages s’est concrétisé par la mise à disposition de 400 m de filets de protection électrifiés pour un élevage, d’un dispositif d’effarouchement pour un autre éleveur et la mise en place d’une surveillance de nuit avec possibilité de tirs d’effarouchement réalisé par les louvetiers pendant 4 nuits sur 2 élevages. Ces dispositifs seront renforcés dans les prochains jours, notamment par l’achat de nouveaux filets électrifiés et le renforcement de la surveillance nocturne.

  • Des tirs de défense

Dans le cadre du plan loup, ces tirs doivent être sollicités par les éleveurs concernés après mise en œuvre des mesures de protection pour les élevages ovins ou immédiatement pour les élevages bovins attaqués considérés comme non protégeables. Les tirs de défense doivent être réalisés à proximité de l’élevage protégé par des tireurs désignés par une autorisation.

Infos +

  • Toutes les informations sur la situation du loup en France, son évolution, ses impacts sur les troupeaux, les mesures du plan loup sont disponibles sur les sites www.loupfrance.fr et www.loup.developpement- durable.gouv.fr.
  • À propos du comité départemental du loup : il est prévu par le plan national d’action 2018-2023 sur le loup et les activités d’élevage, réuni autour de la Préfète, les services de l’État concernés, les représentants de la profession agricole, des associations d’élus et de protection de la nature.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l’hôpital de Besançon…

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.

Violences conjugales : le premier bracelet anti-rapprochement testé dès le 8 décembre à Besançon

À l'occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, le procureur de la République de Besançon et le préfet du Doubs entouré de leurs partenaires (France Victime Besançon, Police, Gendarmerie et Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) ont signé ce mercredi 25 novembre 2020 le protocole de mise en œuvre du "Bracelet anti-rapprochement" au sein du tribunal judicaire de Besançon. Objectif : mieux protéger les victimes de conjoints ou ex-conjoints violents.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.4
ciel dégagé
le 28/11 à 15h00
Vent
4.34 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
42 %

Sondage