Bars et restaurants ne veulent pas être obligés de contrôler les pass sanitaires

Publié le 20/07/2021 - 14:52
Mis à jour le 20/07/2021 - 14:52

Les professionnels des cafés, bars et restaurants sont prêts à assumer une "obligation de moyens", en permettant à leurs clients de scanner à partir du mois d'août leur pass sanitaire à l'entrée de leurs établissements, mais non de "contrôle systématique" de ce dernier, affirment-ils mardi.

 © Alyssa M
© Alyssa M

Au lendemain de l’adoption en Conseil des ministres du projet de loi qui prévoit, en cas de manquement à l’obligation de contrôle du pass sanitaire, une contravention allant jusqu’à 1.500 euros -soit bien moins que l’amende de 9.000 euros envisagée mais retoquée par le Conseil d’Etat – les quatre organisations patronales du secteur étaient toujours opposées au principe même du dispositif.

"Nous continuons de penser que le contrôle du pass sanitaire des clients est impossible de manière systématique pour nos professionnels", a déclaré à l'AFP Franck Trouet, porte-parole du syndicat des indépendants de l'hôtellerie-restauration, le GNI.

Le GNI et les autres organisations du secteur, Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih), Groupement national des chaînes hôtelières (GNC) et Syndicat national de la restauration thématique et commerciale (SNRTC) exprimeront cette position dans un courrier au Premier ministre, ce mardi.

Accepté par les professionnels à la réouverture des discothèques le 9 juillet, car "les clients y vont au minimum pour 3 heures: faire l'effort de présenter un pass est compréhensible", en revanche pour prendre un verre dans un bar ou un repas au restaurant, "cela ne nous semble pas réaliste de faire supporter au restaurateur la charge d'un contrôle systématique", a-t-il développé.

"Nous sommes prêts à mettre à disposition de nos clients les moyens matériels de scanner le QR Code attestant qu'ils sont en possession d'un pass sanitaire en règle mais en plein service, quand il y a plein d'allées et venues, nous ne sommes en pas en mesure de faire des contrôles", a affirmé M. Trouet, pour qui "il appartient à la police de le faire".

Légalement, "nous n'avons pas le droit de demander une pièce d'identité à nos clients".

"Nous prenons acte que l'amende a été revue à la baisse mais c'est le principe même de la responsabilité que nous contestons", a martelé le porte-parole du GNI.

Le projet de loi qui débute mardi son chemin au Parlement avant une éventuelle adoption en fin de semaine, prévoit d'étendre le pass sanitaire - prouvant la vaccination complète, un test négatif récent ou l'immunisation- notamment aux cafés, restaurants et trains "à partir de début août".

Il y aura une "période de rodage" d'environ "une semaine" afin d'"accompagner les professionnels" dans sa mise en place, a précisé mardi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

27 septembre 1944 : Étobon, massacre oublié de la Seconde Guerre mondiale

Il y a 77 ans, le 27 septembre 1944, 39 hommes, âgés de 17 à 58 ans,  ont été fusillés en Haute-Saône par les soldats de la Wehrmacht, qui entendaient ainsi se venger des attaques des Forces françaises de l’intérieur (FFI), dans les maquis alentours. Trois autres ont été exécutés un peu plus tard, et sept hommes sont morts en déportation.

Plan « 1 jeune 1 solution » : 100 à 150 emplois en CIE susceptibles d’être pourvus d’ici la fin de l’année dans le Doubs

La Préfecture du Doubs a invité 70 chefs d’entreprises ce 22 septembre 2021 afin de rappeler le dispositif "1 jeune 1 solution" dans le cadre du Plan France Relance (et PAQTE) et notamment des "contrats initiative emploi(CIE) qui leurs sont proposés.

Réduire ses déchets : et si on passait à l’action en Bourgogne Franche-Comté ?

PUBLI-INFO • La Bourgogne Franche-Comté regorge d’initiatives citoyennes inspirantes... C’est ce que révèle une web-série portée et conçue conjointement par sept structures locales* dont le SYBERT qui œuvrent pour la gestion des déchets. L’objectif de cette démarche est d’amener le public à se questionner sur ses pratiques et de proposer des solutions concrètes pour adopter des comportements plus vertueux.

Découvrez le nouveau projet des Vaites de la Ville de Besançon

La maire EELV de Besançon a présenté le nouveau projet des Vaites qui sera soumis au vote du conseil municipal le 30 septembre. Alors que le dossier suit son cours sur le plan judiciaire, la nouvelle version de l'écoquartier a été revue à la baisse avec près de 600 logements au lieu des 1.150 prévus, soit une emprise de 11,5 ha urbanisés contre 16,4 ha à l'origine du projet.

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.32
ciel dégagé
le 24/09 à 18h00
Vent
1.06 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
100 %

Sondage