Besançon : un clip contre les violences faites aux femmes

Publié le 28/04/2019 - 13:00
Mis à jour le 10/05/2019 - 12:04

« Gérald the same 973 », auteur, compositeur et interprète du Doubs, a tourné ce mois d’avril 2019 un clip à Besançon pour dénoncer les violences faites aux femmes, en hommage à sa tante décédée sous les coups de son mari…

Dimanche 28 avril 2019, Gérald Chérubin-Jeannette, artiste Franc-Comtois domicilié à Quingey, tournera une séquence de son futur clip sur les violences faites aux femmes dans les sous-sols du CFA Hilaire de Chardonnet de Besançon.

La vidéo sortira le 25 novembre prochain, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Interview avec l’auteur, compositeur et interprète  de cette chanson.

MaCommune.info : Qui êtes-vous ?

Gérald the same 973 : "Je m’appelle Gérald Chérubin-Jeannette, d’où mon nom de scène “Gerald the same 973”. Le “the same 973” est une annotation supplémentaire pour ne pas oublier qui je suis : “the same” rester le même et “973” qui est l’indicatif de la guyane, petit clin d’oeil à mon papa, originaire de là-bas."

MC : Qu'est-ce qui vous motive à réaliser un clip sur le thème des violences faites aux femmes ?

G : "Le but de ma chanson n’est pas de raviver des souvenirs douloureux, mais plutôt de rendre hommage à ma tante Monique, décédée le 13 juillet 2014 à Basse Pointe en Martinique.

J'ai mis quatre ans à l’écrire, c’est un des drames qui reste dans le cadre familial. La victime et le bourreau sont un lien pour les enfants qui restent. J’ai mis autant de temps, car je devais peser mes mots : l’assassin de ma tante est aussi le père de mes cousines et le grand-père de leurs enfants... Rien d’évident dans tout cela.

En essayant d’amener une touche de réflexion différente, en espérant que mon message touche non seulement les victimes de violences, mais aussi leur entourage, afin de dénoncer ces abus cachés, mais connus des plus proches (les enfants, frères, sœurs, cousins, cousines, ami(e)s.....)."

MC : Pourquoi tourner au CFA Hilaire de Chardonnet ?

G : "Je voulais intégrer une fresque à mon clip, et j’ai demandé à un ami artiste peintre Stanislas Masson, alias « Dekor » de me la faire. Dans mes recherche, l’association “culture-action”m’a proposé de contacter Emmanuel Dumont, professeur d’art appliqué au CFA, et également adjoint à la culture à la mairie de Besançon.

Le fait que les sous-sols du CFA soient l’équivalent de ce que l’on peut retrouver dans les sites underground de Berlin, c’était parfait pour la fresque et pile dans l’atmosphère de ce que je souhaite donner au clip."

MC : Où est tourné le reste du clip ?

G : "Nous avons également fait des prises de vues des danseuses au “fort Belin” de Clucy, au-dessus de Salins les Bains dans le jura. Son propriétaire, M. Kohut-Svelko (six oscars du meilleur décor de film) nous a apporté son soutien, tout comme le CIDFF du Doubs et le Grand Besançon.

Une fois le clip monté, j’espère avoir le soutien de l’association solidarité femmes."

MC : Comment financez-vous ce clip ? Avez-vous des soutiens ?

G : "Je suis en auto production, mais j’ai la chance d’avoir jusqu’ici le soutien de ma commune Quingey, de l’association BR21 de  Sombacour et des personnes qui me soutiennent, grâce au pot commun en ligne."

J'attends une réponse du conseil départemental, dont la cause des violences faites aux femmes est devenue une des priorités, ainsi que de la communauté de communes Loue Lison."

MC : Une fois le clip monté, où sera-t-il diffusé ?

G : "Il sera diffusé sur l’ensemble des plateformes et réseaux sociaux, et j’aimerais aussi qu’il soit diffusé sur des chaines musicales à portée nationale. J’aimerais également qu’il serve d’introduction à des manifestations, débats publics sur ce thème, car nous l’avons aussi réalisé pour cela. Le but est de toucher le plus de monde possible. Pourquoi pas dans des lycées et des collèges par exemple."

Infos +

Retrouvez Gérald sur Facebook et YouTube.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

“Fibra”, une exposition qui invite à repenser l’architecture au Musée des maisons comtoises

Installée au musée des maisons comtoises de Nancray jusqu’au 3 novembre 2024, l’exposition "Fibra" montre des types très variés de construction dans le monde aussi bien dans la forme que dans les matériaux utilisés. Florence Coutier, conservatrice du patrimoine au musée, nous en parle…

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Fête de la musique 2024 : le programme des festivités à Besançon

Cette année encore, le 21 juin 2024 les rues et places de Besançon accueilleront musiciens et visiteurs à l’occasion de la fête de la musique. Concerts sur scène, ou dans les rues, les conséquences sur la circulation au centre-ville, voici tout ce qu’il faut savoir sur cette Fête de la musique 2024 à Besançon !

80 ans du Débarquement en Normandie : un Bisontin est sur place…

Quelques jours après la remise de documents historiques au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, Nicolas Guillaume-Lamarre a reçu une invitation du ministère de la Défense et des Armées pour assister à la grande cérémonie internationale commémorative du 80e anniversaire du Débarquement en Normandie. Il partage, avec nous, ses photos de l'évènement qui s’est tenu jeudi 6 juin 2024.

Ce qui change à Détonation 2024...

VIDÉO • L’équipe de La Rodia s’est réunie mardi 4 juin 2024 pour dévoiler la programmation, mais aussi les grands changements de la 11e édition de son festival Détonation qui se déroulera pendant trois jours en septembre prochain. Voici tout ce que vous devez savoir sur le nouveau chapitre de cet évènement incontournable de la rentrée bisontine.

Habemus Bastard, la BD pas très catholique d’un curé en cavale dans le Jura

L’auteur bisontin Jacky Schwartzmann a récemment collaboré avec l’auteur, scénariste et illustrateur Sylvain Vallée pour sortir une nouvelle bande dessinée intitulée Habemus Bastard. En librairie depuis le 3 mai 2024, celle-ci raconte l’histoire d’un homme de main qui n’a rien trouvé de mieux qu’une soutane pour passer incognito et se cacher des hommes qui veulent lui faire la peau. Dans ce premier tome, la plume de Schwartzmann et la palette de Vallée s’associent pour délivrer la bonne parole et partager l’écriture de ce polar aussi original que drôle. 

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.26
légère pluie
le 15/06 à 6h00
Vent
4.93 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
95 %