Besançon : une cagnotte pour venir en aide aux travailleuses du sexe

Publié le 24/12/2020 - 14:26
Mis à jour le 24/12/2020 - 14:26

Une association de Besançon a mis en ligne une cagnotte pour venir en aide aux travailleuses du sexe de la ville qui ne peuvent plus exercer en raison du confinement puis du couvre-feu liés à la crise sanitaire du Covid-19.

©StockPic/ Via Pixabay ©
©StockPic/ Via Pixabay ©

"C'est un pot commun que nous avons ouvert en novembre au cours du reconfinement", a expliqué à l'AFP une porte-parole de l'association PDA (Partage, droit et autonomie) qui se fait appeler "Lucie", elle-même travailleuse du sexe.

L'idée de la cagnotte est d'apporter une aide à toutes les travailleuses du sexe qui n'exercent plus du tout actuellement, a expliqué Lucie, précisant qu'elle n'avait pas encore pu aller à la rencontre des personnes concernées "car personne n'est dehors". "On le fera quand nous pourrons recommencer nos maraudes", a-t-elle précisé.

Des difficultés à cause des gestes barrières...

A ce jour, la cagnotte a rapporté 1.100 euros, mais surtout elle a connu une forte augmentation depuis que l'association a décidé de médiatiser son action en début de semaine. "Au départ, on ne parlait pas de notre initiative et la cagnotte stagnait. On a décidé d'en faire la promotion et, depuis lundi, on a reçu de l'argent de personnes qui n'étaient ni nos clients ni nos proches", a souligné Lucie.

L'un des objets de PDA est aussi de changer l'image des travailleuses du sexe auprès du grand public et de faire face "au mépris des gens qui nous voient toutes comme des +sales p...+". Et Lucie, de prendre son exemple d'escort-girl en indiquant qu'elle a un "statut officiel, est déclarée à la sécurité sociale...". "C'est vrai tout le monde n'est pas comme moi", a-t-elle admis.

Dans une période où les mesures barrières sont prônées partout, Lucie a affirmé que même chez les travailleuses du sexe il "n'est pas impossible qu'elles soient respectées". "Ce qui est sûr c'est que nous n'avons pratiquement plus de clients de plus de 60 ans alors que c'était une grande partie de ma clientèle", constate-t-elle.

(Source AFP) Stockpic

1 Commentaire

A 200 euros la passe pour une heure ? désolé mais il y a des gens plus précaires que ces dames à aider
Publié le 24 décembre 2020 à 22h14 par • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Société

Raid Amazones 2022 : un coup de pouce pour deux Bisontines engagées avec l’association « SOS Préma »

Audrey Stoerkel et Orianne Muscillo, auxiliaires de puériculture en salle de naissance au CHRU de Besançon, ont décidé de participer à l’aventure et de participer au Raid Amazones en novembre 2022. Elles parrainent l'association "SOS Préma » qui aide à la prise en charge des bébés prématurés ainsi que de leurs parents.

20 % des habitants de Bourgogne-Franche-Comté en difficulté pour utiliser internet

Selon un récent rapport de l’Insee, 440.000 habitants de 15 ans et plus  n'ont pas utilisé internet au cours de l'année 2019. L’ouest de la Bourgogne Franche-Comté est encore plus concerné par cette "illettrisme numérique"  caractérisé par l'inaptitude à utilisé les outils numériques au quotidien.

Plus de 700 personnes présentes pour la marche militante contre l’homophobie et la transphobie à Besançon

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui s'est déroulée ce samedi 21 mai 2022 à 14h00 au parc Micaud à Besançon.

Solidarité : un couple d’artistes bisontins vend des oeuvres pour aider l’Ukraine

L’actualité française a quelque peu pris le dessus sur l’actualité en Ukraine et pourtant, la guerre continue, des familles continuent de fuir le pays pendant que des femmes et des hommes luttent contre l’envahisseur russe. En solidarité, Marianne Blanchard, dessinatrice, et son compagnon Antony Maraux, artiste peintre, tous les deux originaires de Besançon, ont décidé de proposer quelques unes de leurs oeuvres dont une grande partie des bénéfices sera reversée à la Croix Rouge de Besançon.

Chantal Carroger, la directrice du CHU de Besançon, part en retraite

Après sept années passées à la direction générale du CHU de Besançon, Chantal Carroger quittera ses fonctions le 23 mai 2022 pour partir en retraite. L’intérim sera assuré par Emmanuel Luigi, actuel directeur général adjoint, jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur général dont la prise de fonction débutera au 1er janvier 2023.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.66
ciel dégagé
le 29/05 à 0h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
23 %

Sondage