Cannabis : le commerce de produits dérivés fleurit en profitant d'une "zone grise"

Publié le 20/06/2018 - 13:54
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:25

Crèmes, dentifrice, tisanes ou cakes : ces derniers mois, des boutiques vendant des produits dérivés du cannabis ont poussé comme des champignons… Le gouvernement veut mettre fin à cette « zone grise du droit » et une enquête a été ouverte à Paris.

 ©
©
  • Après Besançon il y a six mois, Montpellier, Lille, Vesoul... les boutiques, très éloignées des "coffee-shops" d'Amsterdam, fleurissent depuis deux semaines dans les rues de la capitale, provoquant des queues interminables devant leurs portes.

Comment expliquer cette apparition soudaine ? "Par une normalisation depuis quatre ou cinq ans du cannabis, la présence sur le marché de nombreux produits importés et coupés n'importe comment, et en parallèle, le développement d'une filière +bien-être+, de meilleure qualité, avec des produits venant de Suisse", répond à l'AFP un des responsables de l'association NORML (favorable à une régulation du cannabis), Béchir Bouderbala.

Les gérants ont aussi en stock des fleurs de cannabis pouvant servir à des infusions mais aussi à fumer, qu'ils évitent de présenter au chaland car leur vente est strictement interdite en France. Ils ne font pas non plus la promotion des vertus thérapeutiques supposées du cannabis, pour ne pas s'exposer à des sanctions légales qui peuvent aller jusqu'à 5 ans de prison et 75.000 euros d'amende.

"Sentez cette odeur, c'est génial !"

Qu'importe ces précautions : leur vente est une aubaine pour des fumeurs (700.000 consommateurs quotidiens, selon des chiffres officiels) comme Ronald (prénom d'emprunt), qui ne cache pas sa joie en poussant la porte d'une de ces échoppes rue Oberkampf, rue branchée de l'est de la capitale: "Sentez cette odeur, c'est génial !".

Consommateur depuis plus de vingt ans, ce dentiste de 37 ans confie "fumer un pétard ou deux de temps en temps, surtout le week-end" pour se "détendre". "Quand je fume ce que j'achète sur le marché illicite, j'ai les lèvres violettes, je deviens bête, je m'assieds par terre même s'il pleut dans la rue", avoue-t-il, gêné. Mais dans la boutique, les produits lui permettent de retrouver "le petit bourdonnement magique de ce qu'(il) fumait quand (il) était jeune", car ils sont "moins coupés, et présentent moins d'effets psychotropes".

Des dérivés type milk-shake, des brownies, du thé

Les dérivés type cake ou milk-shake sont vendus en respectant deux conditions: être faits à partir de cannabidiol (ou CBD, composant du cannabis, qui procure la relaxation), dont la molécule n'est pas interdite en France, et avoir un produit final au taux de THC (à l'origine des effets psychotropes) inférieur à 0,2%.

Légalité ? 

Dans sa boutique parisienne "Canna Coffee", Gabin Formont ne vend "pas un produit stupéfiant mais un produit alimentaire ou cosmétique", tels que des "huiles, en extraction pure avec 1 et 6% de CBD concentré (entre 40 à 130 euros), pommade (100 euros), thés (20 euros), cookies +de l'espace+, pain perdu, brownies".

Plus d'une centaine de clients affluent chaque jour dans sa boutique, comme ailleurs à Paris, en dépit d'une note publiée le 11 juin par la Mildeca (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) qui rappelle que si le cannabidiol (ou chanvre) n'est pas illicite, le THC (delta-9-tétrahydrocannabinol) est un stupéfiant interdit. En France, le chanvre est utilisé à des fins commerciales, notamment dans l'alimentation ou le bâtiment. En mettant en avant les produits alimentaires, les commerçants estiment être dans la légalité.

Autre argument : la contradiction entre droit français et droit européen. Selon Me Francis Caballero, spécialiste en droit des drogues, "l'arrêt Hammarsten du 16 janvier 2003 précise que l'Europe s'oppose à toute restriction du commerce du CBD. La France ne peut pas restreindre ou interdire ce commerce", plaide-t-il.

"Une zone grise du droit"

Un avis que ne partage pas la ministre de la Santé Agnès Buzyn, pour qui "ces coffee shops se sont ouverts sur une zone grise du droit". Elle a annoncé dimanche que son ministère et celui de l'Economie allaient plancher sur la loi pour la clarifier.

En attendant, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire le 11 juin concernant une des boutiques parisiennes pour vérifier si elle respecte la législation.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Premier Forum Climat de SNCF Réseau à Besançon : ”Le ferroviaire n’est peut-être pas une solution unique, mais ça peut très fortement contribuer à réduire notre empreinte carbone”

Le premier Forum Climat de France porté par SNCF Réseau s’est tenu jeudi 13 juin 2024 à Besançon en présence de 150 élu(e)s régionaux et locaux, d’industriels, de représentants d’associations et d’experts en climat. Objectif : mobiliser la filière ferroviaire et partager une vision commune dans un monde où le train est une manière d’agir face au dérèglement climatique, tandis que le réseau ferroviaire est déjà impacté par le dérèglement climatique…

Sondage – Comprenez-vous la décision d’Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale ?

Directement après l’annonce des résultats des élections européennes ce dimanche 9 juin 2024 où le RN est arrivé largement en tête, le chef de l’État a pris la décision de dissoudre l’Assemblée nationale afin de "redonner le choix de notre avenir parlementaire par le vote". Comprenez-vous la décision d’Emmanuel Macron ? C’est notre sondage de la semaine.

Comment fonctionne le Parlement européen ?

Le siège du Parlement européen se situe à Strasbourg. C’est donc en France que se réuniront les 720 eurodéputés élus le 9 juin 2024 pour exercer les pouvoirs législatifs, budgétaire et de contrôle politique au niveau européen. On fait le point sur le rôle principal du Parlement qui est de représenter l’intérêt des citoyens de l’Union Européenne sur divers sujets.

80 ans du Débarquement en Normandie : un Bisontin est sur place…

Quelques jours après la remise de documents historiques au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, Nicolas Guillaume-Lamarre a reçu une invitation du ministère de la Défense et des Armées pour assister à la grande cérémonie internationale commémorative du 80e anniversaire du Débarquement en Normandie. Il partage, avec nous, ses photos de l'évènement qui s’est tenu jeudi 6 juin 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.63
couvert
le 16/06 à 15h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
81 %