Comment devient-on antiquaire ?

Publié le 08/11/2015 - 08:50
Mis à jour le 08/11/2015 - 22:29

Tous les professionnels sont d'accord sur un point : c'est "par passion" que l'on arrive aux antiquités. Ce métier sera mis à l'honneur ce week-end et jusqu'au 11 novembre à Micropolis à Besançon, à l'occasion du salon Intemporel. Antiquaires et galeristes vous y attendent.

intemporel_10.jpg
© SEM Micropolis

en marge du salon « Intemporel »

PUBLICITÉ

La passion des antiquités est à partager durant cinq jours dans la capitale comtoise. Une trentaine de professionnels y présentent leurs plus belles pièces et jouent le jeu du mariage avec l’art contemporain. L’association est plutôt inattendue mais fonctionne bien. Quand un vieux salon des antiquaires, qui a déjà célébré 39 éditions, et une jeune foire d’art contemporain s’unissent, cela donne « Intemporel » : un événement qui réunit passionnés et simples amateurs d’art.

Deuxième mariage de l’art contemporain aux antiquités

Cette année célèbre la deuxième édition de ce rendez-vous particulier où marchands de meubles, tapis et bijoux anciens côtoient une dizaine de galeristes et artistes contemporains (sculpteurs, graphistes, peintres…) dans les allées du parc Micropolis. Le public est invité dans le hall A2 (et non plus B1) pour acheter, vendre, échanger ou simplement contempler.

Christophe Richeme, des antiquités Pêle-Mêle à Montmorot, qui sera placé juste à l’entrée du salon, rappelle qu’il s’agit avant tout d’une histoire « de passion et de passionnés ». Il est lui-même dans le métier depuis 22 ans.

Ce cusinier, pâtissier et chocolatier de formation s’est reconverti dans les antiquités car il aimait « l’histoire des objets, des pays auxquels ils sont rattachés et le contact avec les gens. »

Connaître le milieu avant de se lancer

Mais pour se lancer, il faut bien sûr avoir une connaissance du milieu et une trésorerie, entre autres. « Comme dans tous les métiers, il y a une différence entre ceux qui sont professionnels et ceux qui font ça sous le manteau, sans réelle connaissance. » Il y a également beaucoup de variantes, comme l’exlique cet antiquaire. « Certains de mes confrères se sont spécialisés dans les peintures, le luminaire, les bijoux… » Lui est généraliste, même s’il avoue avoir des préférences pour certaines pièces, comme l’horlogerie notamment.

Sur ce salon, il a notamment choisi de placer côte à côte une commode Louis XV et deux fauteuils art déco. « J’aime marier les époques et les différents bois. Beaucoup de choses n’ont pas vieillies, c’est leur côté intemporel que je mets en avant. » 

On trouvera aussi sur son stand des lustres, un bureau art déco, des tableaux francs-comtois « qui sont très prisés sur ce salon », mais aussi des objets insolites comme une cage à oiseau qui fait pendule ou une horloge avec sonneries au quart : « ce qui n’est pas très courant », reconnait l’antiquaire. Tout comme cette volière en fer forgé hexagonale ou cette statue de l’artiste lédonien Mazaroz, ami de Courbet, parmi les autres pièces rares.

À noter que deux expositions seront proposées en parallèle cette année, par l’ISBA (Institut Supérieur des Beaux-Arts) et la collectionneuse Madeleine Millot-Durrenberger. Des visites guidées de médiation sur l’art contemporain et des stands des antiquaires seront aussi proposées sur place.

Informations pratiques
À Micropolis. Du 7 au 11 novembre, de 10h à 19h. Entrée : 6 euros.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La ville de Besançon dévoile un catalogue d’ouvrages vieux de plus de 500 ans

La Ville de Besançon a réalisé, après un travail de plusieurs années, un catalogue inédit de sa collection d’incunables (Ouvrage imprimé antérieur à 1500, tiré à peu d'exemplaires). Paru chez Droz dans la collection Histoire et civilisation du livre dirigée par l’EPHE et le CESR de Tours, intitule “Catalogue régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France”, volumes concernant la Franche-Comté, il est l’œuvre de la conservatrice de la bibliothèque municipale de la Ville de Besançon, Marie-Claire Waille.

La cathédrale Notre-Dame de Paris en proie aux flammes

Un important incendie impacte la cathédrale Notre-Dame de Paris ce lundi en fin de journée. Il serait "potentiellement lié" aux travaux de rénovation au niveau de la flèche de l'édifice selon les pompiers. Les dégâts seraient déjà considérables.

Courbet a rendez-vous avec Yan-Pei Ming pour son bicentenaire

Le Doubs célèbre depuis le mois de février 2019 le bicentenaire de la naissance de Courbet, le peintre de "L'Origine du monde", par une série d'expositions et de manifestations qui culmineront lors d'un face-à-face avec les oeuvres de Yan Pei-Ming. Le peintre contemporain s'est installé ce mois d'avril 2019 dans l'atelier de Gustave Courbet.

Le Hip -Hop donnerait un goût plus intense et plus fruité au fromage…

La musique influencerait le goût du fromage • L'emmental est sensible à la musique selon une étude expérience menée durant plusieurs mois par la Haute école des Arts de Berne, dans une cave d'affinage de Berthoud, dans l'ouest de la Suisse. Après six mois et demi d'affinage au son du rock de Led Zeppelin, de la musique de Mozart ou du rap de "Tribe called quest", les meules du fromager-affineur Beate Wampfler situé dans la vallée de l'emmental, présentaient des goûts différents, en lien avec les mélodies qu'ils ont "écoutées".

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 11.1
nuageux
le 23/04 à 0h00
Vent
1.36 m/s
Pression
998.666 hPa
Humidité
79 %

Sondage