Comment devient-on sapeur-pompier volontaire ?

Publié le 16/08/2022 - 17:01
Mis à jour le 29/08/2022 - 18:20

Gérald Darmanin a appelé les employeurs de sapeurs-pompiers volontaires à les libérer de leurs responsabilités pour qu'ils puissent rejoindre les casernes. Face à l'ampleur des incendies qui ont ravagé les forêts françaises cet été, le gouvernement entend mobiliser davantage les pompiers volontaires, qui représentent plus des trois quarts des sapeurs-pompiers en France.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Au 31 décembre 2020, on dénombrait en France 251 900 sapeurs-pompiers, dont 197 100 volontaires (78 %), 41 800 professionnels (17 %) et 13 000 militaires (5 %), selon un décompte des Sdis. Au cours des vingt dernières années, la France a perdu 30 000 volontaires, selon la Fédération nationale des sapeurs-pompiers.

Voici les conditions nécessaires pour rejoindre les 197 000 sapeurs-pompiers volontaires.

Qui peut s'engager ?

Il faut avoir au moins 16 ans, avec un consentement écrit du représentant légal pour les mineurs, et au plus 60 ans. Le candidat doit avoir suivi la journée défense et citoyenneté, ne pas avoir fait l'objet d'une condamnation et remplir certaines conditions d'aptitude médicale et physique. La candidature se fait par courrier au service départemental d'incendie et de secours (Sdis) le plus proche.

Cela diffère à Paris et en petite couronne, où l'engagement volontaire se fait en service civique, ainsi qu'à Marseille, où la candidature est à envoyer aux marins-pompiers.

Pour combien de temps ?

Le sapeur-pompier volontaire est mobilisé sur l'ensemble du territoire pour des missions de sécurité civile de toute nature, mais principalement aux services d'incendie et de secours. Il doit aussi réaliser des gardes, de 12 ou 24 heures, et peut être mobilisé en dehors de ses heures de travail.

Il s'engage pour une période de cinq ans, tacitement reconduite. Il a la possibilité de suspendre son engagement pendant une ou plusieurs périodes pour des raisons familiales, professionnelles, scolaires ou universitaires. Le renouvellement de l'engagement est subordonné à la vérification périodique des conditions d'aptitude physique et médicale.

Pas rémunérés, mais indemnisés

Pour un sapeur-pompier, l'indemnité horaire est de 8,08 euros, 8,67 pour un caporal, 9,79 pour un sous-officier et 12,15 pour un officier. Il peut signer en parallèle avec son employeur une convention de disponibilité qui lui permet de participer pendant son temps de travail aux formations et missions opérationnelles.

Des autorisations d'absence peuvent être refusées lorsque les nécessités du fonctionnement de l'administration ou de l'entreprise s'y opposent.

Pour renforcer l'attractivité du volontariat, le Parlement a adopté en novembre 2021 une loi instaurant notamment l'abaissement de la durée d'engagement ouvrant droit à la nouvelle prestation de fidélisation et de reconnaissance à la retraite, ainsi qu'un accès au logement social facilité.

Pour les entreprises, la loi a prévu un label "employeur partenaire des sapeurs-pompiers", qui permet aux entreprises de bénéficier d'avantages fiscaux en cas de dépassement du seuil d'absence défini au préalable d'un commun accord avec le salarié.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Nuit du Droit : un procès fictif « historique » s’est tenu au tribunal administratif de Besançon

À l’occasion de la 4e édition de la Nuit du Droit, mardi 4 octobre, le tribunal administratif de Besançon a ouvert les portes de sa salle d’audience au public, lors d’un procès fictif où avocats et magistrats ont échangé leurs rôles. À l’ordre du jour, une affaire "historique" entre collectivité et intelligence artificielle : qui de l’homme ou de la machine est le vrai coupable ?

Travaux publics et coût de l’énergie : la FRTP BFC évoque de « grosses difficultés »

CRISE ÉNERGÉTIQUE • La 10e édition du Carrefour des collectivités locales se tiendra les 13 et 14 octobre 2022 à Besançon, à Micropolis. Quelques jours avant cet événement, Vincent Martin, président de la Fédération régionale des travaux publics de Bourgogne-Franche-Comté, a exprimé ses inquiétudes sur l’avenir lors d’un échange avec les élus locaux mardi 4 octobre. 

Université de Franche-Comté : Thomas Buhler reçoit le prix AESOP du meilleur article scientifique européen en urbanisme

Thomas Buhler, maitre de conférence en urbanisme à l’UFR SLHS à l’Université de Franche-Comté et chercheur au laboratoire ThéMa, vient d’être récompensé pour son article « When vagueness is a strategic resource for planning actors » par le prix AESOP Best Published Paper 2022. Il est le premier français à recevoir ce prix.

Dépénalisation du cannabis : les élus de Générations, Social, Ecologie, Démocratie approuvent les propos de la maire

Suite aux déclarations publiques de la maire et de Benoît Cypriani, adjoint en charge de la sécurité, de la lutte contre les incivilités, de la tranquillité publique, sur la dépénalisation du cannabis, les élus du groupe Générations, Social, Ecologie, Démocratie ont souhaité réagir par voie de communiqué de presse signé du président du groupe Kévin Bertagnoli. 

Crise énergétique : dès ce lundi, France Télévisions va diffuser une météo de l’électricité

Face à la crise énergétique, France Télévisions s'est engagé à sensibiliser les Français sur les gestes à mettre en oeuvre pour éviter les coupures d'électricité cet hiver, en relayant notamment Ecowatt, la météo de l'électricité, dès ce lundi 3 octobre sur ses antennes.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21
ciel dégagé
le 05/10 à 12h00
Vent
5.61 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
69 %

Sondage