Condamnation de Monsanto : Eric Alauzet réagit

Publié le 13/08/2018 - 10:48
Mis à jour le 13/08/2018 - 10:52

Le géant Monsanto a été condamné la semaine dernière à verser près de 300 millions d’euros à un jardinier pour son exposition au glyphosate, produit qu’Emmanuel Macron avait promis d’interdire d’ici trois ans. Pour Eric Alauzet, député LREM du Doubs, cette sentence « va pousser la France à s’en passer« …

[Communiqué du député du 11 août 2018]

"La responsabilité du glyphosate est désormais reconnue par la justice américaine dans l’affaire qui oppose Monsanto au jardinier Dewayne Johnson victime d’un cancer.

Cette sentence extrêmement lourde (289 millions de dollars) envoie un coup de semonce sur la production et la commercialisation de ce produit déjà reconnu comme cancérogène probable.

Cette alerte rouge écarlate va pousser un peu plus la ferme France à se passer de ce produit d’ici trois ans, conformément à l’engagement du Président de la République et du Gouvernement alors que l’Union européenne a limité la mise sur le marché de ce produit à une durée de cinq ans.

"A la Ville de Besançon, l’utilisation du glyphosate est déjà bannie dans les espaces verts depuis la fin des années 90"

L’enjeu est très clair, accompagner les paysans - premières victimes sanitaires de ces produits dont ils sont devenus dépendants pour améliorer leur rendement agricole – à utiliser d’autres méthodes de culture à l’avenir.

Il n’y a pas de solutions uniques mais les paysans sont déjà nombreux à faire autrement et les expériences se multiplient. Par exemple, en assurant une couverture permanente du sol pour éviter la croissance des mauvaises herbes qui sont la cible du glyphosate. A la Ville de Besançon, l’utilisation du glyphosate est déjà bannie dans les espaces verts depuis la fin des années 90 et le début des années 2000 et nos jardiniers font pourtant merveille.

"Accepter que le changement prenne un peu de temps"

L’urgence est d’autant plus cruciale que l’on a tardé à réagir, à chercher et à mettre en place les alternatives alors que le problème est soulevé de longue date. C’est précisément parce que cela ne peut pas se réaliser du jour au lendemain qu’il fallait s’y prendre plus tôt pour préparer la suite, ce qui n’a pas été fait.

Aujourd’hui, on souhaiterait l’interdire sur le champ et on somme les responsables politiques et notamment les écologistes de s’exécuter en urgence alors qu’ils ont bénéficié de trop peu d’intérêt et de soutien depuis qu’ils alertent sur les risques.

Il faut accepter que le changement puisse prendre un peu de temps en fonction de la situation, de chaque type de production et de chaque exploitation agricole. Ce qui importe maintenant, c’est un engagement, une volonté et des solutions concrètes et efficaces. Nous ne réussirons que si nous faisons ensemble : élus, citoyens et consommateurs, associations et paysans."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Il y a 80 ans, les femmes obtenaient le droit de vote : l’hommage d’Aline Chassagne à Besançon

Il y a 80 ans, le 21 avril 1944, les femmes obtenaient le droit de vote en France. Aline Chassagne, adjointe à la maire de Besançon en charge de la culture et du patrimoine historique, a rendu hommage, samedi matin rue Gisèle Halimi, à celles qui se sont battues pour avoir ce droit. Elle a également appelé à "retourner aux urnes".

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.31
peu nuageux
le 22/04 à 0h00
Vent
1.42 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
95 %