Alerte Témoin

Confinement : quel impact sur la qualité de l'air ?

Publié le 25/03/2020 - 18:00
Mis à jour le 25/03/2020 - 17:30

Face au coronavirus affectant ce mardi 24 mars 169 pays (sur 198), le Gouvernement français a mis en place une mesure inédite de confinement de la population. Cette restriction, du fait du fort ralentissement des activités économiques et de transport, implique des conséquences sur la qualité de l’air, indique ATMO Bourgogne Franche-Comté.

soleil, ciel
© Hélène Loget

En situation « normale », les particules fines sont issues du secteur résidentiel/tertiaire (29%), de l’agriculture (27%), des transports (21%) et de l’industrie (19%) et les oxydes d’azote essentiellement émis par le trafic routier (63%)*. "L’arrêt de certaines activités pourrait naturellement avoir une incidence positive attendue sur les niveaux de certains polluants", souligne ATMO.

Déjà un impact ?

"Pour l’heure, en pleine transition saisonnière et avec une première semaine de confinement, les effets sur la qualité de l’air se laissent déjà ressentir... Mais, seul le dioxyde d’azote, émis principalement par le trafic routier, est marqué par
une diminution notable de ses concentrations. Cette baisse est observée au niveau des axes routiers principaux. Donc tout bénéfice pour les personnes habituellement les plus exposées", est-il souligné.

L’analyse pour les autres polluants, qu’il s’agisse des particules ou de l’ozone, requiert cependant une période plus longue pour tirer des conclusions sur ces premiers résultats des mesures. "Dans le cas des particules, l’augmentation des niveaux lors de la première semaine rappelle que toutes les activités ne sont pas suspendues et que même en période de confinement, un épisode de pollution pourrait survenir si toutes les conditions météo étaient réunies", indique ATMO.

Les paramètres qui influencent la qualité de l’air

Si la qualité de l’air évolue localement selon les émissions de polluants introduits dans l’atmosphère, par le biais des activités humaines (trafic routier, épandages agricoles, chantiers BTP, chauffage résidentiel,...) ou de manière naturelle (feux, etc), elle est directement liée à la météo qui a un impact déterminant sur les concentrations des polluants, en agissant sur leur dispersion et sur leurs transformations chimiques.

La bise ressentie depuis ce week-end a fait fortement chuter les concentrations de particules sur toute la région, et de manière générale de tous les polluants.

L’impact du confinement pourra réellement être évalué une fois les conditions météo moins venteuses.  A noter qu’un travail d’évaluation par la modélisation est en cours au sein d’ATMO BFC.

Infos +

  • Une trentaine de stations fixes de mesures de qualité de l’air couvre la région Bourgogne-Franche-Comté. Les polluants continuent d’être analysés en continu 24h/24 tout au long de l’année.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Pas de festivités ni de feux d’artifice du 14 juillet à Besançon

En raison des contraintes sanitaires liées aux rassemblements de plus de 10 personnes, la Ville de Besançon a décidé de ne pas organiser de festivités pour la fête nationale du 14 juillet 2020. Seule une cérémonie en présence des forces militaires doit-être coorganisée dans la matinée par la préfecture du Doubs, la ville de Besançon et l'armée.

Covid-19 : l’Insee confirme une forte hausse des décès en Bourgogne Franche-Comté

La preuve par les chiffres • Entre le 11 mars et le 26 avril 2020, l’excédent de décès  a été le plus marqué en Bourgogne- Franche-Comté  avec 1.400 décès supplémentaires, "soit 36 % de plus que sur la moyenne des cinq dernières années" notent les auteurs d'une étude de l'Insee qui vient de paraitre.

Déconfinement : les clubs échangistes considérés comme… des salles de sport par le code du tourisme

Alors que les gérants de discothèques s'arrachent les cheveux parce qu'ils n'ont pas encore le droit de rouvrir leurs portes au public et que leur trésorerie rétrécit de jour en jour dans ce contexte de crise sanitaire liée au covid-19, les clubs libertins eux, ont pu rouvrir depuis juin dernier parce qu'ils sont considérés comme… des salles de sport. Pourquoi ?

Urssaf : des mesures exceptionnelles pour les entreprises touchées par le covid-19 du 5 juillet ou du 15 juillet

Afin de tenir compte de l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’activité économique, le réseau des Urssaf a déclenché des mesures exceptionnelles pour accompagner les entreprises présentant de sérieuses difficultés de trésorerie. Dans le cadre de la reprise de l’activité économique, les modalités de report évoluent. Les entreprises doivent s’acquitter des cotisations sociales aux dates d’exigibilités. Les cotisations sociales sont donc exigibles au 5 et au 15 juillet 2020.

Coronavirus : quelle situation début juillet en Bourgogne Franche-Comté ?

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du virus reste faible. Conséquence, le nombre de formes graves nécessitant une hospitalisation continue de baisser dans la région : 132 patients contre 1.380 au plus fort de l'épidémie dans les hôpitaux le 17 avril 2020. Début juillet, moins de 10 patients étaient en réanimation en lien avec le Covid-19. En Bourgogne Franche-Comté, plus de 1.700 personnes sont mortes du Coronavirus.

Coronavirus : les derniers chiffres en Franche-Comté

Le nombre de patients hospitalisés souffrant de formes graves du Covid-19, le cumul des décès dans les hôpitaux ou le nombre de sorties d'hospitalisation. Voici les dernières données et statistiques liées à l'épidémie de Coronavirus dans le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort.

Nature

Le télétravail pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

En se basant sur un potentiel de 35% des actifs en télétravail ponctuel, les déplacements en France se trouveraient réduits de 2,4% (soit 3,3 millions de déplacements évités par semaine), a calculé l'Ademe. En se basant sur un potentiel de 35% des actifs en télétravail ponctuel, les déplacements en France se trouveraient réduits de 2,4% (soit 3,3 millions de déplacements évités par semaine), a calculé l'Ademe. Anchiy / IStock.com

Pensions agricoles : vers une revalorisation en 2022, les conjointes « oubliées », déplore la FNSEA

Un volet de la réforme des retraites revient par la fenêtre: l'Assemblée nationale a validé jeudi une proposition communiste afin de revaloriser les retraites des agriculteurs de 75 à 85% du Smic, mais seulement en 2022, au grand dam des oppositions. La FNSEA a déploré jeudi l'"oubli" des conjointes. Le  texte doit s'appliquer aux retraités futurs, et également actuels, ce que ne prévoyait pas le projet de l'exécutif.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     29.07
    partiellement nuageux
    le 09/07 à 15h00
    Vent
    2.77 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    34 %

    Sondage