Cours hôtelier à Besançon : il reste des places pour la rentrée 2021 !

Publié le 14/06/2021 - 07:00
Mis à jour le 16/06/2021 - 11:38

PUBLI-INFO •

Première école hôtelière privée de France ouverte depuis 1916, le Cours hôtelier de Besançon forme les futur-es gouvernant-es, réceptionnistes et majordomes des hôtels de luxe. Pour la rentrée 2021, il reste des places... C'est le moment d'envoyer sa candidature !

Le Cours hôtelier, c'est quoi ?

L'école hôtelière bisontine forme ses élèves pendant un an, soit neuf mois intensifs au Cours Hôtelier de septembre à juin en externat, puis en stage 3 mois minimum proposé par l'école dans un établissement de qualité en France ou Monaco. À la fin de l'année, la formation globale est sanctionnée par le Diplôme du Cours Hôtelier de Besançon : Réceptionniste-Gouvernante, homologué niveau IV au Répertoire national de la certification professionnelle. "Nous proposons une double formation réceptionniste-gouvernante, c'est-à-dire que lorsqu'on sort de l'école, on est capable de faire ces deux métiers", précise Stéphanie Thébaut, directrice du Cours Hôtelier.

En quoi consiste le métier de réceptionniste ?

Le travail de réceptionniste consiste à répondre au téléphone, accueillir le client physiquement, gérer ce qu'on appelle dans le jargon hôtelier les "check-in" et les "check-out (arrivées et départs des hôtels), répondre aux demandes d'un client et communiquer avec les autres services pour que les demandes soient suivies et effectuées. Il s'agit également de réveiller les clients le matin lorsque c'est demandé, il faut aussi savoir tenir une caisse, ce qui est une grande responsabilité, préparer des facturations de clients, ça peut aussi être prendre des réservations. "Parfois, il faut savoir pallier à un manque si personne n'est libre, il faut savoir prendre des réservations restaurant et hôtel dans les standards de la compagnie", précise Stéphanie Thébaut.

Dans le luxe, le ou la réceptionniste va aussi accompagner le client en chambre, c'est ce que l'on appelle le "rooming". "À cette occasion, on parle de l’hôtel au client, on lui montre le restaurant et où se trouve tout ce qu'il est susceptible de chercher ; bien entendu, on doit être bon juge de caractère, si un client veut rapidement se rendre à sa chambre, on ne va pas le forcer…", explique la directrice.

Pour ce métier il est également important d'être physionomiste et se rappeler des noms des clients. "J'ai une exigence très poussée par rapport à ça", souligne Stéphanie Thébaut. Et d'ajouter : "il faut également garder le sourire le plus naturel possible et dans toutes les circonstances, avoir un visage avenant."

En quoi consiste le métier de gouvernant(e) ? 

Le gouvernant(e) d’un établissement hôtelier encadre, organise et contrôle le personnel d’entretien. En un coup d’œil, elle doit être capable de juger de la bonne tenue des lieux.

Il veille aussi personnellement à la propreté des meubles, à leur agencement, à la décoration. L’outillage de ménage, sa maintenance, la gestion des stocks de produits et de fournitures sont également à sa charge. Elle en assure le renouvellement après inventaire. Sa responsabilité s’étend également à l’approvisionnement des minibars. Si l’hôtel possède une buanderie intégrée, c’est aussi le gouvernant(e) d'hôtel qui veille à son fonctionnement.

Pour organiser et répartir le travail de son équipe, le gouvernant(e) s’informe auprès de la réception du calendrier des départs et des arrivées de la clientèle. Elle forme le personnel débutant et participe à son recrutement.

Dans les grands hôtels, Il s’implique personnellement dans la mise en place de l’accueil des VIP.

Un(e) gouvernant(e) est en relation avec la direction de l’établissement, mais aussi avec les fournisseurs et, bien sûr, la clientèle, la pratique courante de l’anglais est obligatoire.

© Cours Hôtelier de Besançon

Le Cours Hôtelier fête son 105e anniversaire

Le Cours hôteliers a été créé en 1916 par deux hommes pour pallier au manque, en Franche-Comté, de trouver du personnel dans l'hôtellerie de luxe. Au début, il s'agissait du Cour Féminin Hôtelier et ça a fait son petit bout de chemin pour devenir dans les années 80 le Cours Hôtelier de Besançon, une école mixte.

Par la suite, le Cours Hôtelier était plus connu sous le nom du Cours Cheval. "Madame Denise Cheval a été l'une des directrices qui est restée à ce poste le plus longtemps - 26 ans - et a beaucoup développé le cours avec une main de fer, mais avec cette gentillesse vis-à-vis de ses élèves. C'était aussi la première femme mariée à accéder à un poste de directrice", commente l'actuelle directrice

Plus tard, Madame Ghislaine Maire a dirigé l'école et a médiatisé le Cours Hôteliers suivie de Madame Girard qui développée davantage le Cours Hôtelier. "Elle a vraiment su évoluer avec son temps et s'adapter au monde extérieur, avec une remise en question constante", selon l'actuelle directrice.

Enfin, Madame Stéphanie Thébaut a été nommée directrice en septembre 2017. Elle a suivi la double formation de réceptionniste-gouvernante au Cours Hôtelier, soit 9 mois à l'école en intensif et le reste du temps en stage. "Je suis entrée au Cours Hôtelier pour faire réceptionniste et au final je me suis découvert une passion pour le métier de gouvernante", précise-t-elle. "C'est vrai qu'il y a des choses qu'on nous apprend au Cours Hôteliers et qui nous paraissent anodines, mais qui restent. On acquiert une certaine autonomie, on est capable de pouvoir répondre au client le mieux possible."

Une reconnaissance nationale et internationale

Grâce à sa réputation d'excellence à travers le monde, le Cours Hôtelier de Besançon reçoit des offres d'emploi d'hôteliers auxquelles les élèves ont accès. "Notre façon de travailler est unique et nous sommes la première école de ce type en France", souligne la directrice.

L'école accueille des élèves de la France entière, dont les deux tiers de Franche-Comté.

Comment candidater au Cours Hôtelier ?

Pour être admissible, il faut avoir 18 ans minimum dans l'année de formation, un niveau Terminale et le souci du détail, de l’esthétique, le sens de l’accueil et de la courtoisie, la capacité à s’intégrer et à diriger, la maîtrise du comportement.

Les candidatures sont suivies d'un entretien en face à face avec la direction de l'école.

Pour postuler :

Infos +

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.

Fin de la phase principale de Parcoursup : l’accompagnement personnalisé et la phase complémentaire se poursuivent…

Conformément au calendrier de la procédure, la phase principale d’admission dans l’enseignement supérieur s’achève ce vendredi 16 juillet 2021. À ce jour, près de 568.000 bacheliers ont reçu au moins une proposition d’admission, soit 89,5% d’entre eux. 

Diplôme national du brevet : 88,2% de réussite en Franche-Comté

Le taux de réussite au DNB, toutes séries confondues et tous candidats confondus (scolaires ou non), s’élève à 88,2 % pour la session 2021. Ce taux est inférieur de 0,2 point par rapport à la session 2020, après la forte hausse qui avait été observée par rapport à la session 2019. Le taux de réussite de la série générale atteint 88,9 %, en légère baisse de 0,4 point par rapport à 2020. Avec 82,2 % d’élèves admis, les résultats de la série professionnelle gagnent 1,4 points.

Ouverture d’une classe préparatoire aux concours de la haute fonction publique

L’Institut de Préparation à l’Administration Générale (IPAG) et l’UFR SJPEG de l’Université de Franche-Comté ont signé ce 6 juillet 2021 une convention de partenariat avec l'Etat-major de Gendarmerie et l'Ecole de Police de Montbéliard. Cette signature entre dans le cadre de l'ouverture d'une classe de préparation Talents à l'Université de Franche-Comté.

Le laboratoire de mathématiques de Besançon fête ses 25 ans, « un exemple de la diversité des mathématiques en France »

Créé en 1996, le laboratoire de mathématiques de Besançon a largement développé son rayon d’action en 25 années d’existence. Il compte désormais une cinquantaine de membres permanents (enseignants chercheurs) auxquels s’ajoutent doctorants, post-doctorants et professeurs invités...

Covid-19 : 13 classes fermées en Franche-Comté, aucun établissement fermé

situation stable • Selon les derniers chiffres du rectorat de Besançon arrêtés au jeudi 1er juillet juin 2021, 13  classes sont fermées en Franche-Comté principalement dans le Jura  en raison de l'épidémie de Covid-19. C'est  autant que la semaine dernière. Aucun établissement n'est fermé.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.65
couvert
le 27/07 à 9h00
Vent
0.54 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
91 %

Sondage