Défilé anti-FN jusqu'au Parlement européen à Strasbourg

Publié le 30/05/2014 - 09:25
Mis à jour le 30/05/2014 - 09:25

Entre 800 personnes d'après la police et 2.000 personnes d'après des journalistes de l'AFP, ont défilé contre le Front national jeudi 29 mai 2014, depuis le centre-ville de Strasbourg jusqu'au siège du Parlement européen. Aucune manifestation similaire n'a eu lieu à Besançon.

europe253311_150copiejpg.jpg
europe253311_150copiejpg.jpg

La foule, composée surtout de jeunes adultes, a marché pendant plus d'une heure derrière des banderoles proclamant "Le ventre est encore fécond d'où a surgi la bête immonde", "A bas le Front national" et "Non au F Haine".

Parmi les slogans on pouvait entendre "Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartier pour les fachos", "La jeunesse emmerde le FN", "Nous sommes tous des enfants d'immigrés, première, deuxième, troisième génération", "Français, immigrés, solidarité", ou encore "Résistance", "No pasaran".

Sur des pancartes, on lisait encore "Marianne relève-toi: le fascisme ne passera pas", ou encore "Touche pas à mon Schengen" (l'accord européen sur la suppression des contrôles aux frontières).

A la fin de leur manifestation, les participants ont brandi un immense drapeau européen sur le parvis du Parlement des 28 Etats de l'Union. Sa prochaine session après les élections européennes, qui ont vu le FN terminer premier du scrutin en France, est programmée pour début juillet à Strasbourg.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Pour Annie Genevard, « tous les commerces sont essentiels »

Après avoir rencontré des commerçants de sa circonscription, Annie Genevard, députée LR du Doubs et vice-présidente de l'Assemblée nationale, souhaite insister auprès du gouvernement "pour que ne soient pas fermés les commerces de proximité qui sont essentiels à la vie sociale, surtout dans la période terriblement angoissante que nous vivons. Tous les commerces sont essentiels."

Besançon : réaction d’Anne Vignot suite au confinement annoncé par le président de la République

La forte dégradation de la situation sanitaire a conduit le président de la République à annoncer un confinement à compter de ce jeudi 29 octobre à minuit. Anne Vignot, maire de Besançon, présidente de Grand Besançon Métropole, prend acte de cette décision, "nécessaire au regard de la crise sanitaire".

L’opposition fustige « l’échec » de Macron mais appelle au respect du reconfinement

Un "oui mais de colère", "pilotage incohérent", "échec cinglant" : avant même le débat prévu ce jeudi 29 octobre 2020 au parlement, les partis d'opposition ont fusillé la politique de l'exécutif face au Covid-19, même s'ils appellent au respect du confinement annoncé mercredi par Emmanuel Macron.

Confinement : les mesures précisées ce jeudi à 18h30 par J. Castex

Le Premier ministre s'exprimera ce jeudi 29 octobre 2020 pour détailler les annonces faites par le président mercredi soir, d'abord devant l'Assemblée nationale puis devant le Sénat l'après-midi, où les nouvelles mesures liées au confinement seront soumises à un vote des parlementaires, avant une conférence de presse prévue à 18H30.

Après le couvre-feu, le reconfinement ? E. Macron s’exprimera ce mercredi soir

Le chef de l'Etat présidera un nouveau Conseil de défense ce mercredi 28 octobre dans la matinée, le deuxième en deux jours, avant le Conseil des ministres. Conjectures et rumeurs devraient suivre jusqu'aux annonces d'Emmanuel Macron à 20H00 à la télévision. "Tout peut bouger jusqu'au dernier moment", a prévenu un conseiller ministériel.

Covid-19: Castex au front, nouveaux couvre-feux en perspective

"L'heure est grave", au point que Jean Castex remonte ce jeudi 22 octobre 2020 en première ligne pour annoncer le basculement de plusieurs départements en "alerte maximale" contre le Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clef. 54 départements seront à leur tour contraints de respecter un couvre-feu à partir de vendredi minuit. Dans la région, la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et le Jura sont concernés...    

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.05
ciel dégagé
le 31/10 à 18h00
Vent
1.8 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
96 %

Sondage