Des députés PS pour une fiscalisation accrue des indemnités parlementaires, hors IRFM

Publié le 10/11/2016 - 09:19
Mis à jour le 10/11/2016 - 09:19

Les députés socialistes, dont leur chef de file, veulent fiscaliser toute l'indemnité de rémunération des députés, dont environ 20% n'est pas imposable, mais pas celle liée aux frais de mandat (IRFM), a indiqué mercredi 9 novembre 2016 l'auteure de cet amendement, Christine Pirès Beaune.

PUBLICITÉ

L’amendement de cette députée du Puy-de-Dôme au projet de budget pour 2017, co-signé par près de 150 députés de son groupe, dont le président Bruno Le Roux, entend « mettre fin au régime dérogatoire dont les parlementaires bénéficient ». Il sera examiné jeudi en commission des Finances.

La rémunération des députés se compose de trois parts : l’indemnité de base brute (5.547 euros mensuels) et l’indemnité de résidence (166 euros) sont imposables en totalité, mais ce n’est pas le cas de l’indemnité de fonction (1.428 euros). « C’est une question de justice et d’éthique », a estimé Mme Pirès Beaune.

« Il me semblait opportun de mettre fin au même moment au régime dérogatoire dont les parlementaires bénéficient »

Se doutant que « certains s’étonneront que cette réforme ne soit votée qu’en fin de législature », elle l’a justifiée en l’attachant à l’adoption dans ce budget d’un nouveau régime d’imposition des élus locaux lié à la mise en place du prélèvement à la source. « Il me semblait opportun de mettre fin au même moment au régime dérogatoire dont les parlementaires bénéficient », a expliqué cette élue socialiste. Après avoir « fiscalisé les heures supplémentaires, la participation de l’employeur à la mutuelle, les majorations familiales accordées par les régimes de retraite obligatoire… les parlementaires ne peuvent rester à l’écart. C’est une question de justice et d’éthique », selon l’exposé des motifs de l’amendement.

Les indemnités spéciales, destinées à compenser des sujétions attachées à l’exercice de certaines fonctions (président, vice-présidents, questeurs, président de commission, etc) ne sont pas concernées. Mme Pirès Beaune n’exclut toutefois pas que des députés proposent des sous-amendements pour les inclure.

L’amendement ne concerne pas non plus la fameuse indemnité représentative de frais de mandat (IRFM), qui s’élève à quelque 5.805 euros brut mensuels par député et qui est destinée à couvrir des dépenses de fonctionnement liées à l’exercice du mandat parlementaire.

Les députés disposent aussi d’une enveloppe pour payer leurs collaborateurs.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

37 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté ont récemment signé une tribune dans le but de soutenir la liste "Envie d'Europe" de Raphaël Glucksmann. Parmi eux, la présidente de région Marie-Guite Dufay, mais aussi Patrick Ayache, Luc Bardi, Éric Houlley ou Loïc Niepceron.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.56
légère pluie
le 25/05 à 3h00
Vent
1 m/s
Pression
1016.05 hPa
Humidité
95 %

Sondage