Des députés PS pour une fiscalisation accrue des indemnités parlementaires, hors IRFM

Publié le 10/11/2016 - 09:19
Mis à jour le 10/11/2016 - 09:19

Les députés socialistes, dont leur chef de file, veulent fiscaliser toute l'indemnité de rémunération des députés, dont environ 20% n'est pas imposable, mais pas celle liée aux frais de mandat (IRFM), a indiqué mercredi 9 novembre 2016 l'auteure de cet amendement, Christine Pirès Beaune.

PUBLICITÉ

L’amendement de cette députée du Puy-de-Dôme au projet de budget pour 2017, co-signé par près de 150 députés de son groupe, dont le président Bruno Le Roux, entend « mettre fin au régime dérogatoire dont les parlementaires bénéficient ». Il sera examiné jeudi en commission des Finances.

La rémunération des députés se compose de trois parts : l’indemnité de base brute (5.547 euros mensuels) et l’indemnité de résidence (166 euros) sont imposables en totalité, mais ce n’est pas le cas de l’indemnité de fonction (1.428 euros). « C’est une question de justice et d’éthique », a estimé Mme Pirès Beaune.

« Il me semblait opportun de mettre fin au même moment au régime dérogatoire dont les parlementaires bénéficient »

Se doutant que « certains s’étonneront que cette réforme ne soit votée qu’en fin de législature », elle l’a justifiée en l’attachant à l’adoption dans ce budget d’un nouveau régime d’imposition des élus locaux lié à la mise en place du prélèvement à la source. « Il me semblait opportun de mettre fin au même moment au régime dérogatoire dont les parlementaires bénéficient », a expliqué cette élue socialiste. Après avoir « fiscalisé les heures supplémentaires, la participation de l’employeur à la mutuelle, les majorations familiales accordées par les régimes de retraite obligatoire… les parlementaires ne peuvent rester à l’écart. C’est une question de justice et d’éthique », selon l’exposé des motifs de l’amendement.

Les indemnités spéciales, destinées à compenser des sujétions attachées à l’exercice de certaines fonctions (président, vice-présidents, questeurs, président de commission, etc) ne sont pas concernées. Mme Pirès Beaune n’exclut toutefois pas que des députés proposent des sous-amendements pour les inclure.

L’amendement ne concerne pas non plus la fameuse indemnité représentative de frais de mandat (IRFM), qui s’élève à quelque 5.805 euros brut mensuels par député et qui est destinée à couvrir des dépenses de fonctionnement liées à l’exercice du mandat parlementaire.

Les députés disposent aussi d’une enveloppe pour payer leurs collaborateurs.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.89
pluie modérée
le 21/10 à 0h00
Vent
3.06 m/s
Pression
1011.42 hPa
Humidité
95 %

Sondage