Alerte Témoin

DIAPORAMA Les chevaux comtois font aussi du ramassage scolaire

Publié le 14/09/2010 - 14:10
Mis à jour le 14/09/2010 - 14:10

C’est la deuxième année que la commune d’Auxon-Dessus organise une navette scolaire en calèche tirée par deux chevaux. Pour la plus grande joie de 14 élèves du primaire...

C’est aussi la rentrée pour Ravissante et Pimprenelle. Les deux juments ont repris cette semaine leur tournée de ramassage scolaire à Auxon-Dessus, petit village de 1200 habitants situé à quelques kilomètres au nord de Besançon.

Finies la grasse matinée pour les deux comtoises. 14 élèves du primaire attendent la navette en calèche entre 8h10 et 8h20 du matin sur un parcours de deux kilomètres avec trois points de ramassage. Certains sont tellement impatients de prendre place dans l’attelage qu’ils en oublient d’embrasser maman.

 
« On fait des envieux, tellement les enfants sont ravis », avoue le maire, Serge Rutkowski. A sa connaissance, sa commune est la seule de France à avoir mis en place un tel type de transport scolaire. C’est sa complicité avec Alain Barberon, directeur du Centre Omnisports Croppet de Besançon, qui donné naissance à cette opération. « Le cheval est un merveilleux outil pédagogique », explique-t-il en précisant que sept jeunes sont actuellement en insertion dans le cadre de l’utilisation du cheval de trait. C’est notamment le cas de Blandine conductrice ponctuelle de la calèche, originaire de la Marne qui, malgré un CAPA de soigneur équidé en poche, ne trouvait pas de travail. Grâce à un contrat aidé, elle mène aujourd’hui Ravissante et Pimprenelle de main de maître.
 
Outre le service rendu aux parents, Serge Rutkowski tenait à faire « revenir le cheval au centre du village » dans un souci de valorisation du cheval comtois. D’ailleurs dès cette année, les deux comtoises vont également s’occuper de ramassage des ordures, comme à Besançon le long du Doubs depuis le printemps, au nettoyage de la voirie et des parcs et du ramassage des feuilles…
 
En même temps qu’il fait travailler les chevaux, le maire de la petite commune sait qu’il permet à des jeunes de s’insérer. Ce qui est au moins aussi important et pour un coût dérisoire étant donné l’enjeu. La mairie d’Auxon-Dessus dépense environ 1500 € pour l’entretien des deux chevaux.
 
Pour les parents le ramassage scolaire est gratuit et la voiture peut rester au garage. Il n’y a qu’en hiver, à partir du 15 décembre, que la navette en calèche est suspendue. Ravissante et Pimprenelle seront alors en manque de leurs petits compagnons du matin qui, parait-il, leur offre de temps en temps des carottes.
 
Alors qu’à quelques centaines de mètres de là se construit la gare TGV Besançon Franche-Comté, Danielle Renaudin, l’adjointe qui participe tous les matins à la tournée avec le maire, trouve encore une autre bonne raison à l’utilisation de deux comtoises: « Les chevaux, ça fait aussi un contraste avec le TGV… ».
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

L’attestation de déplacement sur smartphone : comment ça marche ?

Confinement • Un service en ligne, un formulaire PDF à télécharger et un QR Code pour le contrôle : une attestation de déplacement numérique  via un navigateur est disponible depuis ce lundi 6 avril 2020 à  8h, en complément du dispositif papier déjà en place pour justifier les sorties en dépit des mesures de confinement. 

Train : l’abonnement du mois d’avril « offert »

90% des trains à l'arrêt • Avec la prolongation du confinement jusqu'au 15 avril 2020, la SNCF a décidé de "prendre des mesures exceptionnelles pour ses clients abonnés" qui vont se voir "offrir l'abonnement du mois d'avril" et dont le prélèvement intervient entre jusqu'au 19 avril. En raison de la crise sanitaire de Covid-19, 90 % des trains de la SNCF ont été mis à l'arrêt.

Confinement à Besançon : « Il devrait toujours y avoir des transports Ginko en circulation »

INTERVIEW • Les Tram' et bus du réseau Ginko sont toujours en activité à Besançon depuis le début du confinement le 17 mars 2020. Si le niveau de l'offre se réduit ou se modifie après les annonces gouvernementales qui se succèdent, Carol Ambrosini, directeur marketing, clients et mobilités pour Kéolis, exploitant du réseau Ginko, affirme qu'"il devrait toujours y avoir des transports en commun en circulation".

Besançon : il faut désormais monter à bord des bus Ginko par les portes arrière

Le réseau Ginko met en place des mesures spécifiques pour faire face à la propagation du coronavirus et assurer la continuité de ses services en préservant la santé de ses collaborateurs et celle des voyageurs. A partir du 24 mars 2020, la montée à bord des bus s’effectuera obligatoirement par les portes situées à l’arrière et ce, jusqu’à nouvel ordre. La validation des titres de transport reste obligatoire.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.18
peu nuageux
le 09/04 à 3h00
Vent
0.82 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
75 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune