Dijon refuse que le siège du Crous s'implante à Besançon : les élus francs-comtois enragent…

Publié le 21/12/2017 - 10:41
Mis à jour le 21/03/2018 - 08:44

Le 5 octobre 2017, la ministre de l'Enseignement supérieur actait l'attribution du siège du Crous (centre régional des œuvres universitaire) de Bourgogne Franche-Comté à Besançon, agaçant au passage le maire de Dijon François  Rebsamen. Le conseil municipal de Dijon et le Département de Côte d'Or font pression actuellement auprès du gouvernement pour que le Crous revienne à Dijon…ce qui ne manque pas d'irriter les parlementaires de Franche-Comté qui ont écrit au Premier ministre et au président de la République. Le maire de Besançon dit "faire confiance au gouvernement" pour que les engagements soient respectés…

crous.jpg
© D poirier

guerre Besançon – Dijon

PUBLICITÉ

C'est un nouvel épisode dans la guerre "Besançon - Dijon". Non contente d'avoir été nommée capitale de la Bourgogne Franche-Comté, Dijon ne semble pas avoir le sens du partage et souhaite que le gouvernement revienne sur sa décision d'attribuer à Besançon le siège du Crous d'ici 2019.

Qui sera la "capitale étudiante" ?

Le conseil municipal de Dijon a en effet voté une motion le 18 décembre 2017 pour demander au gouvernement de revenir sur sa décision. Idem du côté des élus du département de la Côte d'Or qui ont fait le souhait ce lundi de voir Dijon "Capitale étudiante". Et ça, ça ne passe vraiment pas chez les parlementaires francs-comtois qui ont décidé d'écrire au président de la République et au Premier ministre pour faire part de leur incompréhension (voir lettres ci-dessous). "Cette volte-face constituerait plus qu’un affront à l’ex Franche-Comté et à sa capitale alors qu’une mésaventure de la même nature s’est déjà produite en mars 2016 pour l’implantation du Tribunal de commerce spécialisé (TCS). En effet, la décision de son implantation, pourtant préparée pendant plusieurs mois sur Besançon, a été modifiée en faveur de Dijon la veille de l’annonce officielle. Besançon et la Franche-Comté ne peuvent pas revivre une deuxième fois un tel revirement…"  s'inquiètent d'une même voix l'ensemble des députés francs-comtois. 

Un appel "solennel" au maintien du Crous à Besançon

Les sénateurs ont décidé également de monter au front en arguant que Besançon était le siège du rectorat de région académique et la Comue de l'université de Bourgogne Franche-Comté. "La localisation du siège du CROUS à Dijon constituerait une exception et rendrait donc vraisemblable le transfert à Dijon du siège du rectorat de région. Comme l'exception désormais créée en Normandie amènerait à penser que le siège du rectorat pourrait être à son tour transféré de Caen à Rouen. …" écrivent-ils au Premier ministre et à Frédérique Vial, ministre de l'Enseignement supérieur. "Le Président du CNOUS, Emmanuel Giannesini, a quant à lui confirmé ce lundi lors de sa visite à Besançon, avoir déjà prévu sur le budget 2018 du CNOUS une contribution de 500 000 €" pour la réhabilitation du bâtiment qui doit également abriter la Comue.

Jean-Louis Fousseret souhaite que les engagements soient "respectés"

De son côté le maire de Besançon se veut serein et prône l'équilibre des territoires. "La grande région est composée de pôles d'équilibres territoriaux (…) À Dijon, il y a la Drac; l'ARS, etc. À Besançon, nous avons le rectorat, la Comue de l'université Bourgogne Franche-Comté et par décision du 5 octobre 2017, il a été décidé que le siège Crous y serait également installé…"  précise Jean-Louis-Fousseret. "J'ai pour ma part toujours respecté les décisions d'implantation entre Besançon et Dijon. Je fais entièrement confiance au gouvernement pour que les équilibres et les engagements soient respectés…"

Info + 

Les signataires

  • Martial Bourquin, Senateur du Doubs
  • Jean-François Longeot, Senateur du Doubs
  • Michel Raison, Senateur de Haute-Saone
  • Sylvie Vermeillet, Senatrice du Jura
  • Jacques Grosperrin, Senateur Du Doubs
  • Alain Joyandet, Senateur de Haute-Saone
  • Marie-Christine Chauvin, Senatrice du Jura
  • Cedric Perrin, Senateur du Territoire de Belfort 
  • Fanette Charvier, Députée du Doubs
  • Annie Genevard, Députée du Doubs
  • Danielle Brulebois, Députée du Jura
  • Marie-Christine Dalloz, Députée du Jura
  • Barbara Bessot-Ballot, Députée de Haute-Saône
  • Éric Alauzet, Député du Doubs
  • Frédéric Barbier, Député du Doubs
  • Denis Sommer, Député du Doubs
  • Jean-Marie Sermier, Député du Doubs
  • Christophe Lejeune, Député de Haute-Saône
  • Michel Zumkeller, Député du Territoire de Belfort
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Grève au lycée Pergaud : un manque de surveillants à l’internat ?

Vendredi 6 décembre 2019, les Assistants d’Éducation (AED) de l’internat garçon du Lycée Pergaud ont décidé de poursuivre la grève contre la réforme des retraites au début de la semaine suivante. Le problème ? Le personnel ne serait pas assez nombreux pour surveiller l'internat selon les AED. Un point que Jean-Luc Gorgol, le proviseur de l'établissement, réfute avec force ce vendredi…

De nouveaux espaces de travail à l’université de Franche-Comté…

L’université de Franche-Comté a inauguré ce 5 décembre 2019, son réseau d’espaces de co-working « BU’lles » : 17 espaces de travail connectés, aménagés au sein de ses bibliothèques universitaires sur les campus de Besançon, Belfort et Montbéliard pour accompagner la transformation numérique et pédagogique de l’enseignement supérieur et s’adapter aux nouveaux usages des étudiants.

Concours de plaidoiries : 10 lycéens de Bourgogne-Franche-Comté en finale régionale

Le Mémorial de Caen organise la 23e édition du Concours de plaidoiries des lycéens pour les droits de l'homme. Quatorze équipes de lycéens représentant les différentes régions de France se retrouveront pour la finale au Mémorial de Caen, le vendredi 24 janvier 2020. En attendant, place aux finales régionales le 18 décembre à Dijon avec deux élèves du lycée Saint-Jean de Besançon.

« Lutter contre le harcèlement scolaire doit être une ambition prioritaire » (A. Genevard)

Annie Genevard, députée du Doubs et vice-présidente de l'Assemblée nationale, a souhaité consacrer une journée au harcèlement scolaire le 5 décembre 2019. Elle invitera Nora Fraisse, mère d'une victime de harcèlement s'étant donnée la mort en 2013. Un ciné-Débat, ouvert à tous, se déroulera à 19h30 au théâtre l'Atalante de Morteau.

Un Bisontin, major de promotion du Master « Aménagement et Promotion immobilière » à Paris

Le groupe Espi (école supérieure des professions immobilières) organisait mardi 26 novembre 2019 au Théâtre Mogador à Paris sa soirée de remise de diplômes. Parmi les 500 nouveaux diplômés du Campus de Paris, un Bisontin, Louis Jeannot, a été reçu major de sa promotion en Master (Bac + 5) "Aménagement et Promotion Immobilière".

Nouvelle session de formation d’aides-soignants en 2020

Une nouvelle session de formation d’aides-soignants ouvrira mi-février 2020 pour 75 demandeurs d’emploi titulaires d’un baccalauréat professionnel SAPAT (Services aux personnes et aux territoires) ou ASSP (Accompagnement, soins et services à la personne). La formation des stagiaires est prise en charge par la Région. Ils sont également rémunérés avec la garantie d’un emploi à la clef.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.58
couvert
le 16/12 à 12h00
Vent
0.7 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
73 %

Sondage