Alerte Témoin

Dijon veut-elle déclencher la guerre entre les Universités de Bourgogne et de Franche-Comté ?

Publié le 12/02/2019 - 13:08
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:49

Nouvel épisode dans la gue-guerre Dijon – Besançon et entre la Bourgogne et la Franche-Comté. Une vaste campagne de communication déployée la semaine dernière par la Métropole de Dijon dans 14 villes de la région enclenche une nouvelle polémique. Elle incite les étudiants à rejoindre une des 400 formations de l'Université de Bourgogne. Campagne déplacée ? Campagne dépassée ? Les affiches publicitaires agacent. Même l'Université de Bourgogne, gênée, dit ne pas avoir été associée et déclare vouloir prendre de la distance avec cette campagne de pub.

publicité polémique université de bourgogne besancon
© D poirier
PUBLICITÉ

"Rejoignez l'Université de Bourgogne ! + de 400 formations".  À quelques mètres du Campus de Besançon et en pleine période de portes ouvertes de l'Université de Franche-Comté,  la nouvelle campagne de la marque de la métropole "Just Dijon" pour recruter de nouveaux étudiants ne passe vraiment pas. Cerise sur le gâteau, elle déclare Dijon "capitale universitaire de Bourgogne-Franche-Comté".

Alors que les formations entre les deux Universités se veulent officiellement "complémentaires", Dijon se la joue à nouveau solo regrette-t-on dans les couloirs de l'université de Franche-Comté et de la mairie de Besançon.

"Alors que nous plaidons pour une grande université fédérale regroupant tous les sites universitaires, Dijon joue sa carte personnelle. Bug ou arrogance déplacée ?" s'interroge le Bisontin et vice-président du Conseil Régionale Patrick Ayache.

Une campagne qui gêne… même en Bourgogne

"Campagne dépassée" répond un rien agacé Jean-Louis Fousseret qui regrette une  guerre stérile. Le maire de Besançon estime sur sa page Facebook que les Bourguignons devraient la jouer plus "collectif"

"Étudiants, pas de choix à faire entre Dijon, Besançon et Montbéliard. Le vrai choix, c'est d'étudier en Bourgogne Franche-Comté !" indique-t-il sur le réseau social. "À l'heure où nous bâtissons une université forte pour notre région, cette campagne d'affichage est dépassée et ringarde. Félicitons l'université de Bourgogne et les autres établissements bourguignons pour leur prise de distance avec cette opération".

"Il paraît qu’à Besançon c’est mal pris. Mais c’est pas grave" s'est défendu jeudi dernier François Rebsamen en déclarant que le but de la campagne était de promouvoir l'offre de formations pour inciter les jeunes à rester dans la région. 

Cette campagne d'affichage sur les panneaux 4 x 3 est relayée dans 14 villes de Bourgogne Franche-Comté. Si elle fait monter la moutarde au nez de Besançon, d'autres villes semblent tout autant agacées par l'égoïsme insufflé par le slogan même de la métropole "Just Dijon". En Bourgogne, Nevers ou Auxerre ne semblent pas non plus se réjouir de cette publicité.

"Cette campagne tombe très mal…"

"On comprend bien le malaise de cette campagne de communication. On en a pris connaissance mercredi soir par nos collègues de Franche-Comté" explique Sylvain Comparot, directeur du cabinet du président de l'Université de Bourgogne. "L'Université de Bourgogne n'a pas été associée, ni de près ni de loin, à cette campagne. Aujourd'hui même, les chefs d'établissements de Bourgogne et de Franche-Comté sont en plein sauvetage de l'I-Site , un programme d'investissements associant des établissements bourguignons et francs-comtois. Cette campagne tombe très mal" déplore-t-il. "Nous n'avons ni l'envie ni intérêt d'être le grain de sable. L'Université de Bourgogne a la volonté de réunir dans l'intérêt de la jeunesse qui doit être notre seule boussole."

Un courrier signé par l'Université de Bourgogne, Agrosup et la Burgundy School Business, engagés dans l'I-Site, a été adressé à Jacques Bahi, le président de l'université de Franche-Comté, pour lui signifier une réelle prise de distance avec cette campagne.

Damien P. - Alexane A.

1 Commentaire

A l'heure de la construction de la Communauté d'Universités et d'Etablissements Bourgogne-Franche-Comté (ComUE UBFC), il y a urgence à "oser travailler ensemble" plutôt que les uns contre les autres. Le coup est parti, le mal est fait, cette campagne laissera des traces dans les relations avec les Dijonnais.
Publié le 12 fevrier 2019 à 14h37 par BARDI LUC • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Cités éducatives : 1 860 000€ alloués à Besançon, Montbéliard et Bethoncourt

Selon un communiqué de la préfecture du Doubs samedi 22 février 2020, l'Etat accompagnera avec près de 1 860 000€ les cités éducatives mises en place dans les quartiers prioritaires du Doubs pour la période 2020-2022. Objectif : "faciliter la réussite des enfants et des jeunes des quartiers."

Harcèlement au collège Xavier-Marmier : « nous demandons au rectorat de revenir sur sa décision » (collectif AED)

Après la "journée blanche" de jeudi pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, le collectif AED Besançon (assistant d'éducation) a souhaité réagir ce vendredi 21 février 2020 suite "aux propos tenus par les représentants du rectorat".

« Journée blanche » dans un lycée de Pontarlier après un cas de harcèlement scolaire

Mise à jour ce 21 février 2020 • Les enseignants d'un lycée de Pontarlier (Doubs) ont organisé ce jeudi 20 février 2020 une "journée blanche" pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, a-t-on appris auprès des enseignants.

Collège Diderot : le recteur maintiendra « en partie » les moyens alloués aux enseignants référents

Après une opération "collège mort" lundi, puis une journée de grève ce mardi, au collège Diderot à Besançon, le recteur de l'académie a convoqué la presse mardi 18 février pour y répondre et annoncer le maintien "en partie" des moyens dans cet établissement du réseau d'éducation prioritaire (REP+).

Planoise : « Collège Mort » à Diderot

Les parents n'ont pas envoyé leurs enfants au collège Diderot lundi 17 février 2020 à Besançon pour protester contre la perte des postes d'enseignants référents en éducation prioritaire renforcée (Rep+) de Planoise. Mardi, ce sont les enseignants qui seront en grève avant une marche dans les rues du quartier en fin de journée. Dans le Doubs, la baisse des moyens dans les secteurs sensibles provoque également la grogne à l'école Mandela de Bethoncourt et au Collège Lou Blazer de Montbéliard.

Baisse des dotations horaires au collège Diderot : Anne Vignot apporte son soutien au personnel

Comme nous le dénonçait le Snes FSU dans un article en date du 6 février dernier, les moyens vont baisser pour la rentrée 2020 dans les collèges et lycée. Ce 16 février 2020, Anne Vignot, candidate à l'élection municipale de Besançon, souhaite apporter son soutien aux personnels du collège Diderot.

Orientation : programme 2020 des portes ouvertes des collèges, lycées et universités en Franche-Comté…

Futurs collégiens, lycéens et étudiants doivent penser à leur avenir notamment en visitant des établissements et choisir celui qu'ils considèreront comme le meilleur… Voici le calendrier 2020 des portes ouvertes en Franche-Comté. De nombreux rendez-vous sont au programme ce samedi 15 février 2020.

« Mise à pied » d’un professeur à Dole : une mobilisation prévue mardi 18 février

Le syndicat CGT du lycée Duhamel de Dole a tenu alerter l'opinion publique le 12 février 2020  dans le cadre de la "mise à pied" d'un professeur suite à sa "participation à la contestation des épreuves d'E3C". Les organisations syndicales, SNES-FSU, Snuep-FSU, CGT Educ’Action, SUD Education, Unsa Education et SNFOLC se mobiliseront le mardi 18 février à partir de 11h45 Avenue Charles Laurent Thouverey à Dole. Pour rappel,  Une pétition a été mise en ligne.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.93
légère pluie
le 27/02 à 12h00
Vent
9.07 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
88 %

Sondage