Dîner en amoureux: ne consultez surtout pas votre smartphone !

Publié le 18/09/2012 - 18:09
Mis à jour le 24/09/2012 - 07:32

Lors d'un dîner en amoureux, consulter son smartphone est plus grave que de répondre à un appel, selon un sondage réalisé par l'Ifop pour Restopolitan, service qui propose des réductions dans les restaurants.

savoir-faire

Plus d'un tiers (37%) des personnes interrogées considèrent qu'avoir l'œil rivé à son smartphone est l'attitude la plus réprouvée lors d'un tête-à-tête, mais paradoxalement, répondre au téléphone est mieux accepté (20% de réprobations).

Les bonnes manières demeurent sans surprise les meilleures alliées pour séduire à table, notamment en mangeant proprement (pour une personne sur trois).

S'adresser mal au serveur ou pire, flirter avec le personnel du restaurant sont les attitudes qui irritent au plus haut point les 18-24 ans (43%). Plus marginalement, les Français n'apprécient pas de voir l'autre convive boire trop (18%), quitter la table pour fumer (17%) ou regarder avec  insistance un autre client (17%).

Les femmes dénoncent davantage que les hommes le fait de ne pas manger proprement (38% contre 33%), flirter avec le serveur ou la serveuse (26% contre 19%), boire trop (23% contre 13%).

A l'inverse, les hommes ne supportent pas qu'un convive quitte la table pour fumer (23% contre 12%) ou parle fort (21% contre 11%). 41% des personnes sondées avouent que le choix du restaurant lors d'un rendez-vous galant a un impact sur leur décision d'aller plus loin.

L'exercice délicat de l'addition peut compromettre les meilleures intentions: lors d'un rendez-vous, 46% des personnes interrogées déclarent payer l'intégralité de l'addition.

"Ce chiffre cache la persistance d'un réflexe de galanterie: 88% des hommes déclarent payer la totalité du dîner et, invités ou invitants, seulement 3% acceptent de se laisser inviter", souligne l'IFOP.

20% reconnaissent avoir déjà fait semblant de vouloir payer alors qu'ils n'en avaient pas du tout l'intention, les femmes l'avouant plus volontiers que les hommes (24% contre 14%).

Enquête réalisée du 27 au 29 août 2012, auprès d'un échantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Large oui des Suisses au pass Covid

En pleine cinquième vague et alors qu'un cas probable du variant omicron aurait été détecté, une large majorité de Suisses ont approuvé dimanche la loi ayant permis d'instaurer le pass Covid, lors d'un vote marqué par une Alors que la police craignait des manifestations, seuls quelques dizaines d'opposants à la loi Covid se sont rassemblés devant le siège du gouvernement et du parlement à Berne, placé sous haute sécurité et entouré d'une clôture grillagée. au terme d'une campagne électorale houleuse.

Castex annonce de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes : les actions déclinées dans le Doubs

Le Premier ministre, Jean Castex, a arrêté jeudi 25 novembre de nouvelles mesures "afin de renforcer la protection des victimes et la lutte contre les violences" à l'occasion de la Journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, notamment l'ouverture de nouvelles places d'hébergement. Dans le Doubs, Jean-François Colombet, préfet du Doubs, a réuni en préfecture le groupe de travail départemental sur les violences faites aux femmes du conseil départemental de prévention de la délinquance, d’aide aux victimes, de lutte contre les drogues, les dérivés sectaires et les violences faites aux femmes.

Eric Monnin publie un nouveau livre sur l’histoire des Jeux olympiques d’hiver

Après Un siècle d'olympisme en hiver : De Chamonix à Salt Lake City en 2001, De Chamonix à Vancouver : un siècle d'olympisme en hiver en 2010, De Chamonix à Sotchi : Un siècle d’olympisme en hiver en 2013 ou encore De Chamonix à PyeongChang : Un siècle d’olympisme en hiver en 2017, Eric Monnin, universitaire spécialiste de l'olympisme, a sorti De Chamonix à Beijing – Un siècle d'olympisme en hiver (éd. Désiris) ce mois de novembre 2021.

Violences faites aux femmes : « Des photos à l’envers pour remettre les idées à l’endroit » à Besançon et Dijon

Laëtitia Martinez, vice-présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté notamment en charge de l’égalité réelle, a inauguré, ce lundi 22 novembre à Dijon, l’exposition Des photos à l'envers pour remettre les idées à l'endroit, aux côtés des représentantes et représentants du Collectif Droits des femmes 21.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.38
couvert
le 01/12 à 0h00
Vent
4.83 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
92 %

Sondage