Discothèques et festivals devront baisser le son

Publié le 10/08/2017 - 15:36
Mis à jour le 10/08/2017 - 16:34

Les salles de concert, festivals et discothèques se verront bientôt obligés de diminuer les décibels afin de "protéger l'audition du public". C'est en tout cas ce que promet un décret publié ce mercredi 9 août 2017 au Journal Officiel, en plus d'autres mesures…

_8120241.jpg
Image d'illustration au No Logo Festival ©Damien
PUBLICITÉ

De 105 à 102 décibels. Le seuil de niveau sonore toléré fixé en 1998 est aujourd’hui abaissé de trois décibels pour les enseignes diffusant « du son amplifié à des niveaux sonores élevés ». Entrent dans le champ d’application du décret les discothèques bien-sûr, mais également les festivals et autres salles de concerts. Si la différence sonore peut paraître dérisoire, elle est loin de l’être. L’échelle des décibels n’étant pas linéaire, ajouter trois décibels revient à diviser la durée d’exposition maximale recommandée par deux.

Le décret comporte aussi un volet prévention : ces lieux devront entre autres « informer le public sur les risques auditifs », « mettre à disposition du public des protections auditives gratuites » comme des bouchons d’oreilles et « créer des zones de repos auditifs » où le son ne dépassera pas 80 décibels.

Les enseignes disposent d’environ un an afin de mettre en place les moyens nécessaires à ces évolutions. Les sanctions encourues en cas d’infraction restent une contravention de 1 500 euros (3 000 en cas de récidive) et la confiscation du matériel de sonorisation.

  • En France, 12 à 13 % de la population, soit 6 à 8 millions de personnes, sont touchés par des problèmes d’audition, rapporte l’association JNA. Celle-ci organise chaque année une campagne de prévention sur les risques liés au bruit, à l’occasion de la Journée nationale de l’audition. 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’hommage aux trois militaires « pourrait se faire » à Besançon en présence de la ministre des Armées

L’hommage aux trois militaires « pourrait se faire » à Besançon en présence de la ministre des Armées

Mise à jour à 18h14 • Trois militaires français appartenant au 19eRG de Besançon sont décédés accidentellement dans le cadre de la mission « Harpie » de lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane, selon l’Etat-Major des Armées. Un hommage leur sera rendu la semaine prochaine. La Ville de Besançon annonçait le mercredi 24 juillet 2019 mais le 19 Régiment du Génie précise que "rien n'est encore arrêté pour l'instant sur le lieu et la date".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.3
couvert
le 21/07 à 3h00
Vent
2.65 m/s
Pression
1020.35 hPa
Humidité
98 %

Sondage