Mode d'emploi : les législatives pour les nuls...

Publié le 11/06/2017 - 10:10
Mis à jour le 11/06/2017 - 17:59

Les électeurs sont appelés au urnes les dimanche 11 et 18 juin 2017 pour élire le députée de sa circonscription qui siègera à l’Assemblée nationale durant les cinq prochaines années. En Franche-Comté 136 candidats se présentent dans les différentes circonscriptions : cinq dans le Doubs, trois dans le Jura, deux en Haute-Saône et deux dans le Territoire-de-Belfort. 

Comprendre

PUBLICITÉ
  • Ce scrutin est crucial pour Emmanuel Macron, en quête d’une large majorité qui lui permettra de mener ses réformes, à commencer par celle du Code du Travail, face aux deux partis traditionnels de droite (Les Républicains) et de gauche (Parti socialiste), affaiblis.
  • Le Front national (extrême droite) et La France insoumise (gauche radicale), qui ont effectué des percées importantes à la présidentielle avec leurs programmes anti-européens, espèrent confirmer leurs ancrages grâce aux votes des déçus de la mondialisation.
  • La nouvelle Assemblée sera profondément renouvelée, notamment parce que plus de 200 députés sortants ne se représentent pas. La décision du mouvement d’Emmanuel Macron, La République en Marche (REM), d’investir un grand nombre de candidats issus de la société civile et la nouvelle loi sur le non-cumul des mandats qui a incité certains à ne pas se présenter pour privilégier leur mandat local, vont contribuer au renouvellement de l’Assemblée.

Le scrutin se tient les dimanches 11 et 18 juin 2017. En Bourgogne Franche-Comté, l’ensemble des bureaux de vote sont ouverts dès 8 heures, et ce, jusqu’à 18 heures. 

  • Plus de 47 millions d’électeurs doivent élire leurs 577 députés et départager 7.877 candidats, âgés en moyenne de 48 ans et demi. Un peu plus de 42% sont des femmes

Chaque circonscription regroupe en moyenne 125. 000 habitants, même si des écarts existent entre les territoires. On compte  539 circonscriptions en France métropolitaine, 19 dans les départements d’Outre-Mer, 8 dans les collectivités d’Outre-Mer et 11 représentant les Français de l’étranger.  

La nouvelle législature ouvrira le 27 juin 2017 après l’éléction du nouveau président de l’Assemblée nationale : un  vote  organisé par le doyen des députés à bulletin secret au sein de l’hémicycle.

Qui vote ? 

Pour avoir le droit de voter, il faut être âgé de 18 ans, être de nationalité française, ne pas être privé de ses droits civiques et être inscrit sur les listes électorales de sa commune. Il est possible de voter par procuration.

Chaque électeur vote pour un candidat et son suppléant qui sera député de sa circonscription. Un siège est à pourvoir dans chacune d’elles, cinq candidats seront donc élus dans le Doubs. 

Une pièce d’identité pour voter 

Dans les communes de plus de 1.000 habitants, vous pouvez voter avec votre carte d’électeur et une pièce d’identité ou seulement avec votre pièce d’identité. Attention,  vous ne pouvez pas voter en présentant uniquement votre carte d’électeur.

Dans les communes de moins de 1.000 habitants, vous pouvez voter avec votre pièce d’identité seule, votre carte d’électeur seule, ou présenter les deux.

Comment est élu un député ? 

Comme pour la Présidentielle, le mode de scrutin des élections législatives est uninominal (par opposition aux scrutins de listes) ; majoritaire (non proportionnel) et à deux toursEn revanche, les règles de qualification diffèrent.

Le taux d’abstention est déterminant. Un candidat peut l’emporter au premier tour s’il obtient 50 % des suffrages exprimés représentant au moins 25 % des inscrits.

Si aucun candidat ne se démarque au premier tour, tous les candidats ayant recueilli les voix d’au moins 12,5% des inscrits sont « qualifiés » pour un second tour. Le député élu est ensuite celui qui obtient le plus de suffrages exprimés au second tour. 

L’objectif du futur gouvernement d’Emmanuel Macron est d’obtenir au mois 289 des 577 sièges pour appliquer son programme sans négocier avec les autres formations politiques.

Info + 

Info + : les liens à suivre 

Vous votez dans la circonscription à laquelle appartient votre canton. 

DOUBS

 1re circonscription

Cantons de : Audeux, Besançon Nord-Ouest, Besançon Ouest, Besançon-Planoise, Boussières, Quingey 

2e circonscription

Cantons de : Besançon Est, Besançon Nord-Est, Besançon Sud, Marchaux, Ornans, Roulans

3e circonscription

Canton de : Baume-les-Dames, Clerval, L’Isle-sur-le-Doubs, Maîche, Montbéliard Est, Montbéliard Ouest, Rougemont, Saint-Hippolyte

4e circonscription

Cantons de : Audicourt, Etupes, Hérimoncourt, Pont-de-Roide, Sochaux-Grand-Charmont, Valentigney

5e circonscription

Cantons de : Amancey, Levier, Montbenoît, Morteau, Mouthe, Pierrefontaine-les-Varans, Pontarlier, Le Russey, Vercel-Villedieu-le-Camp

 JURA

1re circonscription

Cantons de : Arinthod, Beaufort, Bletterans, Chaumergy, Conliège, Lons-le-Saunier Nord, Lons-le-Saunier Sud, Orgelet, Poligny, Saint-Amour, Saint-Julien, Sellières, Voiteur

2e circonscription 

Cantons de : Les Bouchoux, Champagnole, Clairvaux-les-Lacs, Moirans-en-Montagne, Morez, Nozeroy, Les Planches-en-Montagne, Saint-Claude, Saint-Laurent-en-Grandvaux

3e circonscription

Cantons de : Arbois, Chaussin, Chemin, Dampierre, Dole Nord-Est, Dole Sud-Ouest, Gendrey, Montbarrey, Montmirey-le-Château, Rochefort-sur-Nenon, Salins-les-Bains, Villers-Farlay 

HAUTE-SAÔNE

1re circonscription 

Cantons de : Amance, Autrey-lès-Gray, Champlitte, Combeaufontaine, Dampierre-sur-Salon, Fresne-Saint-Marnès, Gray, Gy, Jussey, Marnay, Pesmes, Port-sur-Saône, Rioz, Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin, Vesoul Est, Vesoul Ouest, Vitrey-sur-Mance

2e circonscription 

Cantons de : Champagney, Faucogney-et-la-Mer, Héricourt Est, Héricourt Ouest, Lure Nord, Lure Sud, Luxeuil-les-Bains, Mélisey, Montbozon, Noroy-le-Bourg, Saint-Loup-sur-Semouse, Saint-Sauveur, Saulx, Vauvillers, Villersexel

TERRITOIRE DE BELFORT

1re circonscription

Cantons : Beaucourt, Belfort Centre, Belfort Est, Danjoutin, Delle, Fontaine, Grandvillars

2e circonscription 

Cantons : Belfort Nord, Belfort Ouest, Belfort Sud, Châtenois-les-Forges, Giromagny, Offemont, Rougemont-le-Château, Valdoie

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs et membre du collectif Besançon Métropole 2020, formulait en juin dernier trois propositions dans le cadre de sa candidature à l'investiture LREM. Ce 12 septembre 2019, elle a tenu a éclaircir le projet de téléphérique proposé par le collectif.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l'élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale "En Marche" dit actuellement ne pas être dans cet état d'esprit et espère qu'Éric Alauzet rassemblera "tous les marcheurs" bisontins.

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

municipales 2020 • À sept mois des élections municipales, l’ancienne majorité plurielle du maire sortant est plus divisée que jamais. Comme un message à Éric ALauzet, le candidat officiellement investi par En Marche, le maire LREM de Besançon estime qu’aucun candidat ne peut gagner seul... Jean-Louis Fousseret, qui a toujours déclaré qu’il ne repartirait pas pour un quatrième mandat, se pose aujourd’hui en rassembleur. Une rencontre est prévue avec Éric Alauzet samedi...

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Municipales : l’eurodéputé Yannick Jadot souhaite voir l’écologie l’emporter à Besançon…

Municipales : l’eurodéputé Yannick Jadot souhaite voir l’écologie l’emporter à Besançon…

L'eurodéputé Yannick Jadot (EELV) souhaite un "rapport de force écolo" qui soit "fort" dès le premier tour des élections municipales en mars 2020, se donnant pour objectif de "garder" Grenoble et en conquérir de nouvelles... comme Besançon où l'élue Anne Vignot devrait être tête de liste.

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le ministère du Travail a publié dimanche 28 juillet 2019 au Journal officiel le décret mettant en oeuvre la réforme vaste et controversée de l'assurance chômage annoncée le 18 juin. Ce texte de six articles comprend surtout une annexe de 190 pages qui constitue le nouveau règlement de l'assurance chômage. Par ailleurs, une expérimentation est prévue en Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire "d'un journal de la recherche d'emploi" tenu par les chômeurs.  

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré l'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort de son "engagement total pour garantir la pérennité du site industriel", marqué par un plan de suppression d'un millier d'emplois, dans un courrier obtenu ce vendredi 26 juillet 2019 par l'AFP.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.54
ciel dégagé
le 16/09 à 15h00
Vent
3.67 m/s
Pression
1018.46 hPa
Humidité
32 %

Sondage