Etat d'urgence : l'usine PSA Sochaux annule ses portes ouvertes

Publié le 23/08/2016 - 15:56
Mis à jour le 24/08/2016 - 11:16

Dans le contexte de l'état d'urgence, l'usine PSA de Sochaux (Doubs), la plus importante du groupe automobile en France, a décidé d'annuler une manifestation publique prévue en septembre qui proposait une découverte du site à vélo, a-t-on appris mardi 23 août 2016 auprès de la direction.

398539_le-site-de-sochaux-de-psa-le-27-octobre-2011.jpg
©

La manifestation "A vélo au pays des autos" devait permettre aux curieux de parcourir librement à vélo le site, y compris ses ateliers, le dimanche 18 septembre. Les mesures de sécurité imposées par l'état d'urgence, comme la fouille systématique des visiteurs à l'entrée, sont "impossibles à concilier avec l'esprit" de la manifestation, a expliqué à l'AFP le porte-parole du site automobile. Prise avec "profonde tristesse mais réalisme", la décision n'est pas motivée par un risque d'attentat qui aurait pesé spécifiquement sur l'usine, a-t-on précisé.

La manifestation permet au public d'aller et venir librement dans l'usine. "Cette journée est une sorte de portes ouvertes sur un parcours de 10 kilomètres au sein des 200 hectares du site, on ne peut sécuriser une telle surface", a ajouté le porte-parole.

En outre, la direction a évoqué des problèmes d'engorgement que pourrait causer le filtrage du public: lors de la dernière édition, les entrées s'étaient succédé sans discontinuer pendant 25 minutes à l'ouverture, a relevé le porte-parole.

La dernière édition de la manifestation avait attiré 10.000 participants il y a quatre ans.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

Violences policières, article 24, formation des forces de l’ordre… Entretien avec Emmanuelle Cordier, policière à Besançon

Après les attentats de 2015 suite auxquels les Françaises et le Français embrassaient les forces de l'ordre, qu'est-ce qui a changé dans leurs relations ? Y a-t-il des brebis galeuses au sein de la police ? Pour ou contre l'article 24 de la proposition de loi de "sécurité globale" ? Nous avons rencontré Emmanuelle Cordier, déléguée interdépartementale unité SGP Police du Doubs à Besançon pour en parler.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.54
couvert
le 05/12 à 0h00
Vent
1.76 m/s
Pression
993 hPa
Humidité
96 %

Sondage