Fermeture du pont de la République aux voitures : une idée "absurde" pour les élus de Besançon maintenant

Publié le 20/01/2022 - 09:53
Mis à jour le 20/01/2022 - 10:01

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé le 7 janvier dernier la fermeture du pont de la République à la circulation des voitures au printemps-été 2022. Une décision qualifiée d' »absurde » dans une lettre ouverte du 19 janvier écrite par Claude Varet, conseillère municipale de Besançon maintenant, qui appelle la maire à y renoncer en l’invitant à lancer « un grand chantier visant l’étude de toutes les mobilités. »

Pont de la République © Hélène Loget
Pont de la République © Hélène Loget

Après plusieurs lignes sur le "mépris" ressenti pas les élus de la minorité municipale de la part de la maire, dont les questions "ne sont gratifiées d'aucune réponse", les propositions "ne font l'objet d'aucune discussion", la conseillère municipale de Besançon Maintenant tacle la majorité : "Les Bisontins, eux, connaissent maintenant votre méthode de gouverner et croyez-bien que le message de la Ville pour la nouvelle année - Chez nous 2022, c'est comme on voeux - leur parle."

Le groupe d'opposition "Besançon Maintenant" au conseil municipal de Besançon (illustration) © Alexane Alfaro

Une introduction qui vient rapidement dénoncer fortement la prochaine fermeture du pont de la République à la circulation des voitures à partir du printemps prochain. Claude Varet affirme que :

"Les rumeurs courant quant à cette fermeture, en marge d’une réunion de commission communautaire et à bâton rompu, sur notre questionnement, il nous est précisé qu’un rapport a été rendu par CEREMA (centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement). Lorsque nous prenons connaissance du rapport, il s’avère que « l’étude conduite par le CEREMA en partenariat avec la Ville de Besançon et le Grand Besançon sur le pont de la République, vise à améliorer les déplacements tous modes sur cet ouvrage ».

Il nous est même précisé que les commerçants seraient contents de cette fermeture du Pont, et de citer, les commerçants de l’avenue Fontaine-Argent (en quoi sont-ils concernés ?) et les commerçants du Centre Saint-Pierre ( combien en reste-il ?)

Le rapport daté du 3 juillet 2020 est basé sur des constats et enquêtes datant de l’été 2018."

© Alexane Alfaro

"Il est indispensable que vous renonciez à cette absurde fermeture du pont de la République"

Pour la conseillère municipale de Besançon maintenant, "il n’est retenu par la Ville que celui qui pénalise les automobilistes en leur interdisant l’accès à la ville par ce pont, les obligeant à s’agglutiner aux heures de pointe, sur le pont Robert Schwint, entre les nombreux bus qui le fréquentent."

Par ailleurs, Anne Vignot a également annoncé le 7 janvier dernier une transformation du plan des déplacements urbains pour Besançon : "nous estimons qu'il est indispensable que vous renonciez à cette absurde fermeture du pont de la République, et que vous lanciez un grand chantier visant l'étude de toutes les mobilités, pour en faire un schéma cohérent qui doit permettre l'accès au centre-ville et des déplacements avec plus de fluidité pour les automobilistes, ainsi qu'une circulation sécurisée des cyclistes et un environnement apaisé pour les piétons" écrit Claude Varet.

La conseillère municipale souhaite "qu'une réelle concertation avec les commerçants et habitants du centre-ville soit menée et qu'une étude sérieuse soit réalisée pour la modification du plan de circulation incluant le réseau Ginko et le développement des pistes cyclables sur toute la ville."

Lettre ouverte intégrale :

©

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Plan de circulation : des riverains de la rue du Clos-Munier à Besançon se plaignent de la circulation

Après avoir reçu des plaintes de la part de riverains, le président du groupe Besançon Maintenant dénonce publiquement dans un communiqué du 27 janvier 2023 les conséquences "néfastes et inattendues" de la modification du plan de circulation aux abords des avenues de Montrapon et Léo Lagrange.

Huit ans après la fusion, le Mouvement Franche-Comté lance une nouvelle pétition pour séparer la Bourgogne de la Franche-Comté

Le Mouvement Franche-Comté, présidé par Jean-Philippe Allenbach, a lancé ce dimanche 15 janvier, une nouvelle pétition pour la séparation de la Bourgogne et de la Franche-Comté, soit huit ans, quasi jour pour jour, après la fusion des régions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.29
couvert
le 03/02 à 3h00
Vent
1.19 m/s
Pression
1035 hPa
Humidité
87 %