Haute-Saône : une pétition contre le spectacle d’un ours à Leffond

Publié le 07/08/2019 - 10:17
Mis à jour le 07/08/2019 - 10:17

Ce dimanche 11 août 2019, un montreur d’ours et son ours Valentin se produiront dans une fête médiévale à Leffond (70). Une pétition en ligne a été crée pour dénoncer et interdire ce spectacle. Elle comptabilise plus de 65 000 signatures.

 ©
©

Le montreur d’ours Frédéric Chasneau et son ours Valentin doivent intervenir ce dimanche 11 août à Leffond, petit village de Haute-Saône rattaché à Champlitte, lors de la fête médiévale.

Mais pour l’association Aves France, ce type de spectacle n’est autre que de « l’exploitation d’ours ».  Selon ses membres, même s’il n’est pas victime pas de maltraitance physique, l’ours subit « une autre forme de maltraitance : le non-respect des besoins biologiques et éthologiques de l’animal. »

En cause :

  • « La promiscuité avec l’homme. L’ours est un animal sauvage qui naturellement fuit l’homme. Le contact avec ce dernier l’empêche de développer un comportement normal pour son espèce. »
  • « Les conditions de transport sont inacceptables : ces animaux parcourent (pour les plus exploités) des dizaines de milliers de kilomètres dans des vans, des fourgonnettes ou des remorques pour être exhibés devant des spectateurs. En 2018, les ours de Frédéric Chesneau ont parcouru plus de 17000 kilomètres pour être exhibés dans ce genre de fêtes. »
  • «Les numéros de dresseurs : se hisser sur une poutre, sur un ballon, se jucher sur un vélo, se laisser approcher par le public pour une caresse… Sont des postures entrainant du stress et des douleurs physiques. »
  • « L’enclos, dans lequel l’ours ne peux en aucune façon vivre sa vie d’animal sauvage en parcourant son territoire sur plusieurs kilomètres, en chassant ses proies, en vivant pleinement la saison de la reproduction. »

Pour ces raisons, l’association a crée une pétition en ligne pour tenter d'interdire ce spectacle. Elle a recueilli, au 7 août 2019, soit quatre jours avant la fête médiévale, 65 600 signatures.

Le maire de Champlitte maintient le spectacle

Gilles Teusher, maire de Champlitte, est "en colère de voir autant d'imbécilités". S'il "reconnaît que la maltraitance animale peut exister, par exemple dans certains cirques, il n'y en a ici aucune : Frédéric a recueilli cet ours, qui était maltraité, et est son protecteur. C'est désormais un binôme, l'ours n'est pas battu, pas frappé, et prend plaisir à faire ses spectacles. En plus, il est maintenant conditionné au monde humain. Il n'est plus sauvage et se laisserait probablement mourir en pleine nature."

Et d'ajouter : "Si on écoute ces gens, on n'organise plus rien. La pêche sera interdite, la chasse aussi car les chiens courent dans les buissons, sans oublier le travail des chevaux dans les culture, les courses hippiques... Franchement, on va où ?"

Le spectacle est donc bien maintenu ce dimanche.

1 Commentaire

Un petit commentaire sur les propos du maire qui sont erronés : "Frédéric a recueilli cet ours, qui était maltraité, et est son protecteur." L'ours Valentin a été acheté dans un zoo alors qu'il était tout petit, et a été nourri au biberon. Jamais il n'a été question de maltraitance ! Monsieur le Maire, vous devriez revoir vos informations car visiblement, vous manquez d'arguments pour justifier la présence d'un ours dans une fête de village.
Publié le 7 aout 2019 à 11h05 par • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Société

Pain d’épices : Mulot & Petitjean à Dijon fête ses 225 ans !

Vendredi 24 septembre 2021, la Maison de Pain d’épices Mulot & Petitjean à Dijon fêtait ses 225 ans d’existence ! L’occasion de revenir sur sa longue et belle histoire familiale en compagnie de François Rebsamen, maire de la capitale bourguignonne et de Marie-Guite Dufay, présidente de Région... Mais aussi d'évoquer le futur !

Besançon rend hommage aux harkis

L’hommage a été rendu samedi 25 septembre 2021 au parc des Glacis à Besançon dans le cadre de la journée nationale d’hommage aux harkis et autres membre des formations supplétives. 

27 septembre 1944 : Étobon, massacre oublié de la Seconde Guerre mondiale

Il y a 77 ans, le 27 septembre 1944, 39 hommes, âgés de 17 à 58 ans,  ont été fusillés en Haute-Saône par les soldats de la Wehrmacht, qui entendaient ainsi se venger des attaques des Forces françaises de l’intérieur (FFI), dans les maquis alentours. Trois autres ont été exécutés un peu plus tard, et sept hommes sont morts en déportation.

Plan « 1 jeune 1 solution » : 100 à 150 emplois en CIE susceptibles d’être pourvus d’ici la fin de l’année dans le Doubs

La Préfecture du Doubs a invité 70 chefs d’entreprises ce 22 septembre 2021 afin de rappeler le dispositif "1 jeune 1 solution" dans le cadre du Plan France Relance (et PAQTE) et notamment des "contrats initiative emploi(CIE) qui leurs sont proposés.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.44
couvert
le 29/09 à 0h00
Vent
2.2 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
98 %

Sondage