Haute-Saône : une pétition contre le spectacle d’un ours à Leffond

Publié le 07/08/2019 - 10:17
Mis à jour le 07/08/2019 - 10:17

Ce dimanche 11 août 2019, un montreur d’ours et son ours Valentin se produiront dans une fête médiévale à Leffond (70). Une pétition en ligne a été crée pour dénoncer et interdire ce spectacle. Elle comptabilise plus de 65 000 signatures.

 ©
©

Le montreur d’ours Frédéric Chasneau et son ours Valentin doivent intervenir ce dimanche 11 août à Leffond, petit village de Haute-Saône rattaché à Champlitte, lors de la fête médiévale.

Mais pour l’association Aves France, ce type de spectacle n’est autre que de « l’exploitation d’ours ».  Selon ses membres, même s’il n’est pas victime pas de maltraitance physique, l’ours subit « une autre forme de maltraitance : le non-respect des besoins biologiques et éthologiques de l’animal. »

En cause :

  • « La promiscuité avec l’homme. L’ours est un animal sauvage qui naturellement fuit l’homme. Le contact avec ce dernier l’empêche de développer un comportement normal pour son espèce. »
  • « Les conditions de transport sont inacceptables : ces animaux parcourent (pour les plus exploités) des dizaines de milliers de kilomètres dans des vans, des fourgonnettes ou des remorques pour être exhibés devant des spectateurs. En 2018, les ours de Frédéric Chesneau ont parcouru plus de 17000 kilomètres pour être exhibés dans ce genre de fêtes. »
  • «Les numéros de dresseurs : se hisser sur une poutre, sur un ballon, se jucher sur un vélo, se laisser approcher par le public pour une caresse… Sont des postures entrainant du stress et des douleurs physiques. »
  • « L’enclos, dans lequel l’ours ne peux en aucune façon vivre sa vie d’animal sauvage en parcourant son territoire sur plusieurs kilomètres, en chassant ses proies, en vivant pleinement la saison de la reproduction. »

Pour ces raisons, l’association a crée une pétition en ligne pour tenter d'interdire ce spectacle. Elle a recueilli, au 7 août 2019, soit quatre jours avant la fête médiévale, 65 600 signatures.

Le maire de Champlitte maintient le spectacle

Gilles Teusher, maire de Champlitte, est "en colère de voir autant d'imbécilités". S'il "reconnaît que la maltraitance animale peut exister, par exemple dans certains cirques, il n'y en a ici aucune : Frédéric a recueilli cet ours, qui était maltraité, et est son protecteur. C'est désormais un binôme, l'ours n'est pas battu, pas frappé, et prend plaisir à faire ses spectacles. En plus, il est maintenant conditionné au monde humain. Il n'est plus sauvage et se laisserait probablement mourir en pleine nature."

Et d'ajouter : "Si on écoute ces gens, on n'organise plus rien. La pêche sera interdite, la chasse aussi car les chiens courent dans les buissons, sans oublier le travail des chevaux dans les culture, les courses hippiques... Franchement, on va où ?"

Le spectacle est donc bien maintenu ce dimanche.

1 Commentaire

Un petit commentaire sur les propos du maire qui sont erronés : "Frédéric a recueilli cet ours, qui était maltraité, et est son protecteur." L'ours Valentin a été acheté dans un zoo alors qu'il était tout petit, et a été nourri au biberon. Jamais il n'a été question de maltraitance ! Monsieur le Maire, vous devriez revoir vos informations car visiblement, vous manquez d'arguments pour justifier la présence d'un ours dans une fête de village.
Publié le 7 aout 2019 à 11h05 par Christophe CORET • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Société

La situation de l’apprenti du boulanger de Besançon en grève de la faim est régularisée

+ réaction de la maire de Besançon • Stéphane Ravacley, boulanger de la rue Rivotte à Besançon, a gagné son combat. Son apprenti d'origine guinéenne, Laye Traoréiné, a été régularisé, apprend-on ce 14 janvier 2021. Après plus d'une semaine de grève de la faim, le boulanger avait fait un malaise ce mardi vers 8h30. Il avait été conduit aux urgences de Besançon.

Boulanger en grève de la faim à Besançon : le MRAP exige la régularisation de Laye Fodé Traoréiné

Dans un communiqué du 13 janvier, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon déclare son soutien au combat du boulanger Stéphane Ravacley en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen Laye Fodé Traoréiné, et demande la régularisation de ce dernier.

Covid-19 : jeunes de Bourgogne Franche-Comté, « ne restez pas seuls ! »

Dans un communiqué du 13 janvier 2021, Denis Lamard, conseiller régional Bourgogne Franche-Comté délégué à la jeunesse et la vie associative et président du CRIJ de Bourgogne Franche-Comté, appelle les jeunes à ne pas rester seuls en cette longue période de crise sanitaire et de travail à distance…

Le boulanger en grève de la faim contre l’expulsion de son apprenti conduit aux urgences

Notre journaliste avait rencontré Stéphane Ravacley, boulanger de Besançon, ce lundi vers 17h00. Ce dernier qui se trouvait en forme hier, a fait un malaise ce mardi 12 janvier 2021 vers 8h30. Il a été conduit aux urgences après plus d'une semaine grève de la faim.

Covid-19 : la Bourgogne Franche-Comté, deuxième région la plus touchée par la hausse des décès lors de la 2e vague

Selon une étude de l'Insee publiée le 11 janvier 2021, entre le 1er septembre et le 28 décembre 2020, 11 976 décès, toutes causes confondues, ont été enregistrés en Bourgogne-Franche-Comté, soit 25 % de plus qu’en 2019 et 27 % de plus qu’en 2018. La Bourgogne Franche-Comté est la deuxième région la plus impactée par la hausse des décès lors de la 2e vague. Cette évolution est toutefois encore provisoire et sera révisée à la hausse dans les prochaines semaines.

Boulanger de Besançon en grève de la faim depuis 9 jours : « Non, je ne suis pas suicidaire, je fais attention »

Après 9 jours de grève de la faim pendant lesquels Stéphane Ravacley s'est nourri exclusivement de bouillons, et 8kg en moins, nous lui avons rendu visite lundi 11 janvier dans son fournil de la rue Rivotte à Besançon pour prendre de ses nouvelles ainsi que celles de Laye Traoréiné, son apprenti guinéen.

Sondage – Pensez-vous que la grève de la faim de Stéphane Ravacley est utile pour éviter l’expulsion de son apprenti guinéen ?

Depuis le 3 janvier dernier, Stéphane Ravacley, boulanger à Besançon est en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen Laye Fadé Traoréiné. Pensez-vous que cette action est utile au jeune homme pour rester à Besançon et éviter l'expulsion ?
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -2.81
partiellement nuageux
le 16/01 à 0h00
Vent
2.55 m/s
Pression
1028 hPa
Humidité
99 %

Sondage