Hommage aux Bisontins tombés en Indochine

Publié le 09/06/2016 - 16:08
Mis à jour le 09/06/2016 - 16:08

La journée nationale d'hommage aux morts pour la France en Indochine s’est tenue le mardi 8 juin 2016. A Besançon, l’Etat, les associations et certains amis et veuves se sont retrouvés vers 11 heures dans le parc des Glacis devant le Monument aux morts pour un salut aux Bisontins tombés lors de cette guerre.

PUBLICITÉ

Plus d’une soixantaine de personnes, parapluie à la main, est venue rendre hommage aux morts pour la France en Indochine mardi 8 juin au parc de Glacis devant le Monument aux morts de Besançon. Les corps de chasse, les trompettes et la pluie résonnaient tristement dans le cœur des participants.  Des anciens d’Indochine, des veuves et des amis de soldats partis tôt vite, sont venus rentre hommage à leurs compagnons tombés lors de cette guerre entre 1946 et 1954.

La parole fut donnée aux associations en la personne de Claude Jacquot, président des anciens et amis d’Indochine à Besançon. 50 sont morts pendant cette bataille, les larmes lui montent à la lecture de son texte. Il se rappelle ses amis. Lui-même était en Cochinchine, parti à l’âge de 19 ans : le début de sa carrière militaire. Il y est resté 27 mois, sans avoir pu rentrer en France. Claude Jacquot a connu le terrorisme et les embuscades, mais avoue-t-il, il était « plus en sécurité que certains de ses compatriotes« .

 Une guerre oubliée

Malgré l’émotion, ce président d’association trouve « formidable » que la commémoration perdure même s’il s’inquiète de son devenir lorsque tous les anciens combattants seront décédés. Aujourd’hui, il en reste cinq à Besançon.

Pour Michel Seigle, représentant de l’Ordre national du mérite et président local du souvenir français, l’Indochine est une « guerre oubliée » comme l’Algérie ou la Corée. Rappelons que c’est une armée de métier qui s’est rendu sur le terrain. Mais pour lui, si cette période sombre de l’histoire de France n’est pas vivement inscrite dans la mémoire collective » c’est parce que l’Indochine est arrivée après les deux grandes guerres mondiales« .

Le respect des jeunes générations

L’armée était bien sûr présente lors de cet hommage. L’état, en la personne d’Emannuel Yborra, directeur du cabinet du préfet du Doubs, a tenu à apporter un message de soutien pour les soldats qui combattent actuellement sur le terrain. Selon ce représentant,  « ces cérémonies sont très importantes car elles font ce lien avec nos soldats qui sont engagés aujourd’hui sur différentes terres d’opérations extérieures au Sahel ou au Moyen-Orient pour défendre toujours les mêmes valeurs celle de la république celle de la démocratie ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé dans une tribune, diffusée samedi par le Journal du Dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron, au moment où le parti de droite Les Républicains subit une crise profonde après sa déroute aux élections européennes. Parmi eux, on retrouve notamment le maire  "Agir" de Vesoul, Alain Chrétien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 30.44
ciel dégagé
le 24/06 à 9h00
Vent
2.18 m/s
Pression
1016.89 hPa
Humidité
64 %

Sondage