Immeuble rue de Champagne à Planoise : des conditions de vie "insupportables" et un moratoire demandé sur la démolition

Publié le 02/02/2024 - 18:01
Mis à jour le 02/02/2024 - 17:22

Michel Boutonnet, membre du bureau de l’union locale de la confédération nationale du logement (CNL), alerte une nouvelle fois vendredi 2 février 2024 sur les conditions sanitaires de l’immeuble situé du 2 au 8 rue de Champagne dans le quartier de Planoise à Besançon. S’il est quasi-vide, plus d’une vingtaine de logements sont encore occupés… Voué à être démoli, le CNL demande à ce qu’il soit réhabilité.

En novembre 2023, un collectif national "stop aux démolitions A.N.R.U" a été créé. Le 7 février prochain, jour du 20e anniversaire du A.N.R.U (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine) une mobilisation se tiendra à Paris. Une douzaine de personnes du CNL de Besançon y participeront.

S’en est trop pour Michel Boutonnet qui nous décrit une situation alarmante sur l’état sanitaire de l’immeuble rue de Champagne à Planoise. Depuis le mois d’avril 2023, les logements n’ont pas cessé de se vider, laissant derrière eux, des appartements sans occupants… et sans porte…  "Habituellement, lorsque l’on veut démolir un immeuble et qu’un appartement est vide, on le ferme hermétiquement, avec une plaque d’acier ou une porte blindée. Là, les portes d’entrée des appartements ont été démolies. Ces derniers sont donc ouverts à tous les vents", s’insurge Michel en précisant que la situation a été dénoncée depuis avril 2023 lors d’une réunion publique des locataires, dont la presse s’était fait écho. 

Des appartements laissés ouverts à l’abandon 

Pour le membre de la CNL, la situation est grave : "Au début (NDLR : avril 2023 lorsque 83 logements étaient encore occupés sur 180) , on voyait des promeneurs dans l’immeuble, après on a vu des enfants puis des squatteurs. Certains sont venus pour récupérer des tuyaux, des câbles. Cela a même créé des inondations avec des appartements se trouvant en dessous", explique-t-il en poursuivant : "Certains ont ensuite eu peur que des tuyaux de gaz soient coupés. Un jour, les habitants sont rentrés chez eux et quand ils ont voulu faire à manger, se sont rendus compte qu'on leur avait coupé… Après, ça a été au tour des dealers de venir dans les appartements vacants…" Le tout agrémenté de "rats et de blattes"…

Une démolition, un "déracinement" 

En plus de tous ces problèmes, Michel Boutonnet précise que les habitants ont été informés de la démolition de leur immeuble dans une lettre envoyée à leur domicile. Prévu au deuxième semestre 2024, la démolition de l’immeuble qui entre dans la mise en oeuvre du N.P.N.R.U (nouveau programme national de renouvellement urbain) de la Ville de Besançon. 

Une décision qui n’est pas la bonne pour le CNL qui souhaiterait plutôt une "réhabilitation" de l’immeuble : "En pleine crise du logement, climatique, économique, qu’est-ce que ça veut dire de démolir 1.200 logements sociaux à Planoise ?", questionne Michel Boutonnet qui s’insurge que les gens soient "déracinés, notamment les personnes âgées".  

L’objectif pour le CNL est de demander "un moratoire immédiat sur toutes les démolitions" tant qu’il n’y a pas de "péril structurel". 

Une audience le 13 février 2024 au tribunal de Besançon

Le CNL de Besançon assure que les différents acteurs concernés par l’immeuble ont été au courant des faits cités ci-dessus. "Nous leur avons écrit une lettre aux alentours du 10 mai avec recommandé et accusé de réception. Nous n’avons eu aucune réponse. Un mois plus tard, nous avons envoyé une mise en demeure aux HLM. Sauf qu’avant de la recevoir, ils avaient voulu venir à notre rencontre. Lorsqu’ils l’ont reçu, ils ont annulé la proposition. C’est pourquoi, nous les avons assignés en justice", nous explique-t-on. L’audience est prévue le 13 février…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

Salon du chiot à Besançon : la Ville “pas favorable à ce type d’événement”

AJOUT RÉACTION VILLE • Ce week-end à Micropolis se tiendra le Salon du chiot, qui proposera la vente de chiots et de chatons. Un événement qualifié de "foire à la souffrance" par les associations engagées dans la défense du bien-être animal qui dénoncent l’organisation d’un tel salon et demande son annulation. Une pétition a été lancée en ligne...

Le projet de Maison des femmes pour l’égalité à Besançon se concrétise

Dans le cadre de la future Maison des femmes pour l’égalité qui sera implantée à Besançon, le centre d’information sur les droits des femmes et des familles du Doubs et Solidarité Femmes organisent l'inauguration de l’association de préfiguration le dimanche 10 mars 2024 au Grand Kursaal de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.52
couvert
le 03/03 à 12h00
Vent
3.23 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
92 %