Indentité nationale: "Cette France, elle me dérange et pourtant j'ai voté pour M. Nicolas"

Publié le 09/12/2009 - 13:30
Mis à jour le 09/12/2009 - 13:30

Une contribution au débat sur l'identité nationale proposée par un de nos lecteurs.

 ©
©
"On nous interroge aujourd'hui sur ce qu'est être Français... certes. Français? C'est la fierté d'appartenir à un peuple riche en histoire qui a beaucoup donné au monde à commencer par les Droits de l'Homme.

Mais je suis inquiet lorsque je vois un gouvernement qui pose un débat aussi sensible avec des visées plus ou moins électoralistes. Mes parents m'ont inculqué les valeurs du travail, de l'effort et du dépassement de soi. Aussi, je me lève tôt tous les matins. J'ai repris les études, une formation; j'ai toujours la tête de l'emploi pour la police et les amalgames sont là c'est un fait... Pourtant je suis français!

Je m'engage auprès des faibles et je constate le désengagement de nos gouvernants sur des valeurs fondamentales qui ont fait et qui font la France... Pourtant ils sont français? Je m'inquiète pour mon avenir que je prépare activement en économisant dès maintenant et en travaillant dur comme d'autres millions et la MAJORITE des Français et mon gouvernement est sourd à notre misère grandissante et là qu'on ne parle pas d'assistanat ou de déficit on le sait! Pourtant nous sommes français?

Alors débat ou pas...la France fait partie du Monde cette maison qu'on appelle Terre et de ce vieux continent qu'on appelle Europe; alors, je me fous de savoir qui aura raison ou pas l'essentiel n'étant pas d'avoir raison mais d'élever l'Homme vers sa destinée...

Que dire à mes enfants quand mon pays renvoie des Hommes en danger de mort et que l'on s'aperçoit que c'est bien le cas après avoir dit le contraire... Que dire à mes enfants quand dans mon pays on ne peut plus sortir sans se faire contrôler 10 fois par jour au seul prétexte de sa couleur de peau ou de se voir refuser un emploi, une formation au prétexte caché de son nom un peu bizarre ou d'être différent?

Que dire à mes enfants lorsque je vois que des gens travaillant ou non, sur notre "sol" meurent de faim ou encore de froid? Que c'est la sélection naturelle? Mais que dire à mes enfants si ce n'est que je me suis trompé et que je leur demande pardon? Que c'était utopique? N'est utopique que ce que l'Homme veut bien! Français? C'est savoir reconnaître la Valeur de l'Homme avant toute chose à mes yeux. C'est savoir, savoir-faire, savoir-être, savoir-dire et savoir faire-faire ou dire que France c'est "au-delà"! Français, oui je le suis et j'en suis fier mais cette France qu'on me propose...elle me perd, m'effraie parfois, elle me dérange et pourtant...pourtant j'ai voté pour vous M. Nicolas".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Apprentis étrangers : les sénateurs rejettent la loi « Ravacley »

Connu pour s’être fermement opposé à l’expulsion de son apprenti en janvier dernier par une grève de la faim, le boulanger Stéphane Ravaclay n’a pas fini de faire parler de lui. Il a notamment créé l’association patrons solidaires et s’est rendu au Sénat pour tenter de faire passer une loi portée par Jérôme Durain. Cette dernière a été rejetée par 237 voies contre 107.

France 2030 : un « plan audacieux » pour Éric Alauzet

Vidéo • Quelles sont les conditions de la réussite de ce plan ? Dans les questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le député LREM du Doubs a interrogé le ministre Cédric 0 tout en félicitant le gouvernement pour son "plan d’investissement audacieux pour la France afin de relever tant de défis : climat et biodiversité, démographie et migration, inégalités et exclusions".

Projets photovoltaïques : « le gouvernement traduit enfin ses engagements » selon Marie-Guite Dufay

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé, ce jeudi 7 octobre, la signature d’un arrêté facilitant le développement des projets photovoltaïques sur grandes toitures, en permettant aux projets de moins de 500 kW, soit 5 000 m2 de surface, d’avoir droit à un tarif d’achat sans avoir besoin de passer par un appel d’offres. Pour la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté, qui dit s'être "beaucoup battue" sur ce sujet, s'en réjouit dans un communiqué.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.77
couvert
le 19/10 à 12h00
Vent
2.48 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
84 %

Sondage