"Je vois les Ukrainiens et les Russes comme des frères"

Publié le 01/03/2022 - 11:50
Mis à jour le 01/03/2022 - 12:06

TÉMOIGNAGE • Eugène Muntian, est originaire d’Odessa en Ukraine et a obtenu la nationalité française en 2008. Réfugié politique, il est arrivé dans l’hexagone à l’âge de 11 ans avec ses parents et ses sœurs. Il a accepté de répondre à nos questions…

Ralf Roletschek / Roletschek.at 
 
 © Ralf Roletschek / Roletschek.at / http://www.roletschek.at/
Ralf Roletschek / Roletschek.at    © Ralf Roletschek / Roletschek.at / http://www.roletschek.at/

Employé au service informatique de la mutualité comtoise à Besançon, Eugène Muntian est inquiet pour le sort d'une partie de sa famille qui vit toujours en Ukraine. Sa grand-mère se trouve actuellement à Kiev. 

maCommune.info : Vous avez de la famille en Ukraine, avez-vous eu de leurs nouvelles ?

Eugène Muntian : "Oui, ma grand-mère et des sœurs de ma grand-mère vivent en Ukraine. Bien sûr, je suis inquiet pour leur sécurité, pour ce qui va arriver. Je suis inquiet pour l’état émotionnel de ma grand-mère. Les habitants entendent des choses exploser. C’est très anxiogène. J’ai toujours peur que quelqu’un se prenne une balle perdue. 

Toutefois, j’ai pu avoir des nouvelles de tout le monde, même si la communication n’est pas terrible. Pour l’instant tout va bien pour eux, mais jusqu’à quand ?" 

mC : Êtes-vous surpris ou vous attendiez-vous à l’invasion de l’Ukraine par la Russie ? 

Eugène Muntian : "Je suis complètement surpris. C’était inattendu pour moi. Je l’ai appris par la radio à bord de ma voiture alors que je me rendais au travail. J’ai immédiatement contacté ma mère pour savoir si elle avait des nouvelles de la famille. 

Concernant les informations que l’on reçoit (NDLR : aussi bien en Ukraine qu’en France), tout est un jeu de pouvoir. Je crois que nous n’avons aucune idée de ce qui se passe réellement malgré les informations qui circulent. Tout est orienté.

Je pense que nous ne disposons pas de toutes les informations sur ce qui se passe réellement en Ukraine. Il y a la propagande, les non-dits et les interventions des uns et des autres. En fait, on ne sait pas où donner de la tête". 

mC : Selon vous, comment la situation va-t-elle évoluer ?

Eugène Muntian : "Pour moi, il y a deux cas de figure. Le premier, c’est que tout le monde se rend compte que cette guerre est inutile et qu’il serait mieux de résoudre les choses autrement. Le deuxième, c’est que tout le monde monte sur ses grands chevaux et alors là, cela durera des années. 

Il faut savoir que le conflit qui se joue dans le Donbass dure depuis presque dix ans. Depuis le début des gens meurent régulièrement à cause de ce conflit et pourtant personne ne voyait cela comme un enjeu majeur… 

Je vois les Ukrainiens et les Russes comme des frères. On partage la même langue, la même culture, les mêmes fêtes, les mêmes racines. La création de la Russie est partie de Kiev. Des frères devraient œuvrer ensemble pour remontrer le pays et avoir quelque chose de cohérent au lieu de se taper dessus".

mC : Que pensez-vous de la réaction de l’Union européenne ? 

Eugène Muntian : "C’est une bonne question. Je pense que la réaction est prudente. En face, Vladimir Poutine a mis en place une importante menace". 

mC : Avez-vous participé aux différents rassemblements en faveur de l’Ukraine ?

Eugène Muntian : "Je n’ai pas été sur les manifestations, car j’étais beaucoup occupé professionnellement. Pour moi, ces dernières n’ont pas de réel impact. Elles rassurent les gens, mais je pense que chacun fait ce qu’il peut pour aider.  Ce n’est malheureusement pas juste en se réunissait que l’on va pouvoir faire mieux. 

Enfin, du côté des politiques, je pense également qu’ils font ce qu’ils peuvent en fonction des données qu’ils ont". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi 12 avril 2024 porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.
 

Problèmes de stationnement du personnel du CHU : un syndicat ouvre le parking de la direction à tous

À 6 heures du matin mercredi 10 avril 2024, des membres du syndicat Sud Santé Sociaux du CHU de Besançon ont ouvert les parkings de la direction entourant le bâtiment blanc à tous les personnels de l’établissement hospitalier. ”Se garer au CHU, c’est dur pout tout le monde, les privilèges, ça suffit !” selon le syndicat.

Pancartes et affiche anti-migrants : ”Le moment est grave pour toutes les femmes françaises” selon le collectif Némésis

Suite au dépôt de plainte et pendant a garde à vue de l’une de ses militantes ayant brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors" et installé une affiche sur une façade, le collectif Némésis a publié un communiqué le 9 avril 2024 dans lequel il parle de ”véritable persécution”.

Recette du week-end : Brochettes de poulet à l’asiatique et au morbier

Pour ce week-end des 6 et 7 avril 2024, puisque la météo est au beau fixe, on vous propose de sortir dès à présent le barbecue ou presque ! On vous propose une recette de saison donc mais avec une touche locale bien sûr, pour cette recette de brochettes de poulet à l'asiatique et au morbier aop. 

Exploitation de l’aéroport Dole-Tavaux : une association dépose une requête au tribunal administratif

Serre Vivante, association de protection de la nature, a déposé, auprès du tribunal administratif de Besançon, une requête à l'encontre de la décision de la Direction de la sécurité de l'aviation civile Nord Est autorisant la société Edeis à exploiter l'aérodrome de Dole-Tavaux, a-t-on appris samedi 30 mars 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.84
légère pluie
le 15/04 à 0h00
Vent
2.28 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
91 %