"Je vois les Ukrainiens et les Russes comme des frères"

Publié le 01/03/2022 - 11:50
Mis à jour le 01/03/2022 - 12:06

TÉMOIGNAGE • Eugène Muntian, est originaire d’Odessa en Ukraine et a obtenu la nationalité française en 2008. Réfugié politique, il est arrivé dans l’hexagone à l’âge de 11 ans avec ses parents et ses sœurs. Il a accepté de répondre à nos questions…

Ralf Roletschek / Roletschek.at 
 
 © Ralf Roletschek / Roletschek.at / http://www.roletschek.at/
Ralf Roletschek / Roletschek.at    © Ralf Roletschek / Roletschek.at / http://www.roletschek.at/

Employé au service informatique de la mutualité comtoise à Besançon, Eugène Muntian est inquiet pour le sort d'une partie de sa famille qui vit toujours en Ukraine. Sa grand-mère se trouve actuellement à Kiev. 

maCommune.info : Vous avez de la famille en Ukraine, avez-vous eu de leurs nouvelles ?

Eugène Muntian : "Oui, ma grand-mère et des sœurs de ma grand-mère vivent en Ukraine. Bien sûr, je suis inquiet pour leur sécurité, pour ce qui va arriver. Je suis inquiet pour l’état émotionnel de ma grand-mère. Les habitants entendent des choses exploser. C’est très anxiogène. J’ai toujours peur que quelqu’un se prenne une balle perdue. 

Toutefois, j’ai pu avoir des nouvelles de tout le monde, même si la communication n’est pas terrible. Pour l’instant tout va bien pour eux, mais jusqu’à quand ?" 

mC : Êtes-vous surpris ou vous attendiez-vous à l’invasion de l’Ukraine par la Russie ? 

Eugène Muntian : "Je suis complètement surpris. C’était inattendu pour moi. Je l’ai appris par la radio à bord de ma voiture alors que je me rendais au travail. J’ai immédiatement contacté ma mère pour savoir si elle avait des nouvelles de la famille. 

Concernant les informations que l’on reçoit (NDLR : aussi bien en Ukraine qu’en France), tout est un jeu de pouvoir. Je crois que nous n’avons aucune idée de ce qui se passe réellement malgré les informations qui circulent. Tout est orienté.

Je pense que nous ne disposons pas de toutes les informations sur ce qui se passe réellement en Ukraine. Il y a la propagande, les non-dits et les interventions des uns et des autres. En fait, on ne sait pas où donner de la tête". 

mC : Selon vous, comment la situation va-t-elle évoluer ?

Eugène Muntian : "Pour moi, il y a deux cas de figure. Le premier, c’est que tout le monde se rend compte que cette guerre est inutile et qu’il serait mieux de résoudre les choses autrement. Le deuxième, c’est que tout le monde monte sur ses grands chevaux et alors là, cela durera des années. 

Il faut savoir que le conflit qui se joue dans le Donbass dure depuis presque dix ans. Depuis le début des gens meurent régulièrement à cause de ce conflit et pourtant personne ne voyait cela comme un enjeu majeur… 

Je vois les Ukrainiens et les Russes comme des frères. On partage la même langue, la même culture, les mêmes fêtes, les mêmes racines. La création de la Russie est partie de Kiev. Des frères devraient œuvrer ensemble pour remontrer le pays et avoir quelque chose de cohérent au lieu de se taper dessus".

mC : Que pensez-vous de la réaction de l’Union européenne ? 

Eugène Muntian : "C’est une bonne question. Je pense que la réaction est prudente. En face, Vladimir Poutine a mis en place une importante menace". 

mC : Avez-vous participé aux différents rassemblements en faveur de l’Ukraine ?

Eugène Muntian : "Je n’ai pas été sur les manifestations, car j’étais beaucoup occupé professionnellement. Pour moi, ces dernières n’ont pas de réel impact. Elles rassurent les gens, mais je pense que chacun fait ce qu’il peut pour aider.  Ce n’est malheureusement pas juste en se réunissait que l’on va pouvoir faire mieux. 

Enfin, du côté des politiques, je pense également qu’ils font ce qu’ils peuvent en fonction des données qu’ils ont". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Une centaine de personnes présentes au rassemblement antifasciste devant le palais de justice ce vendredi

Organisé par la Nuée antifasciste ce vendredi 27 janvier juste avant le jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage de la statue de Victor Hugo en novembre 2022, le rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le palais de justice de Besançon.

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Ukraide à Besançon : un camion d’aides humanitaires envoyé tous les 15 jours en Ukraine

SOLIDARITÉ • Depuis le 24 février 2022, jour de l’invasion de la Russie en Ukraine, les Drs Patrice Gayet et Pierre-Charles Henry, médecins à la clinique Saint-Vincent, ont créé l’association Ukraide pour venir en aide aux hospitalisés ukrainiens. Depuis près d’un an, un camion de 40 tonnes est envoyé tous les 15 jours… Interview avec Patrice Gayet, chirugien engagé.

Vandalisme de la Statue Victor Hugo à Besançon : " Un épilogue sinistre qui n’aurait jamais dû avoir lieu "

À quelques jours du jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage en blanc de la statue de Victor Hugo, oeuvre de Ousmane Sow, en novembre 2022 à Besançon, Béatrice Soulé, compagne du sculpteur sénégalais, parle d’"une polémique qui n’avait aucune raison d’être" dans un communiqué du 24 janvier 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -1.96
peu nuageux
le 29/01 à 0h00
Vent
2.63 m/s
Pression
1028 hPa
Humidité
94 %