Jean François Copé « en campagne matin, midi et soir »

Publié le 24/05/2012 - 17:15
Mis à jour le 24/05/2012 - 19:46

Le patron de l’UMP s’est montré déterminé ce jeudi à Besançon pour faire gagner son camp aux législatives. Il a appelé les militants à la mobilisation pour « un succès maximum » éludant la polémique avec François Fillon sur le leadership du mouvement.

législatives 2012

Pas question de polémiquer avec qui que ce soit. Surtout pas avec François Fillon et surtout pas devant les militants réunis à la permanence de la candidate Françoise Branget, députée UMP sortante de la première circonscription du Doubs.

Le patron de l’UMP, de passage à Besançon pour soutenir les cinq candidats du Doubs aux législatives, n’a rien voulu laissé transparaitre de la guerre qu’il se livre avec François Fillon pour le leadership de la droite. Alors que l’ancien Premier ministre a traité ses déclarations sur la succession de Nicolas Sarkozy de  « quelle hypocrisie », Jean-François Copé a botté en touche.

A-t-il l’âme d’un leader naturel ou d’un hypocrite ? « Ni l’un, ni l’autre », a-t-il simplement répondu. « Matin, midi et soir, je fais campagne pour les législatives. C’est tout ce qui compte. Chacun doit être respecté pour ce qu’il est et ce qu’il croit. Je ne répondrai à aucune polémique » », a poursuivi Jean-François Copé.

Dans un département dont « la marque de fabrique est le courage », il a préféré remonter le moral aux militants après la défaite du 6 mai. « Dans une terre très difficile, face à un PS très puissant et un FN en embuscade », le président de l’UMP a estimé que « tout est ouvert, il qu’il n’y aura pas d’état de grâce à gauche ». « Aucun bouton de guêtre ne doit manquer » aux législatives face à la gauche qui cumule « cinq renoncements par jour ».

« Ceux qui donnent des leçons de moral à tout le monde doivent balayer devant leur porte », a estimé Jean-François Coppé faisant allusion aux ministres condamnés qui restent malgré tout au gouvernement. Il s’en est également pris à François Hollande, allié de « Jean-Luc Mélenchon qui n’a rien à envier à Marine Le Pen ».

Après un tour en ville et quelques macarons pour le goûter, le député-maire de Meaux s’est attardé dans une brasserie bisontine où il a une nouvelle fois demandé avec insistance à ses troupes de se mobiliser. « J’ai besoin de chacun d’entre vous, la victoire est possible ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.19
couvert
le 15/06 à 18h00
Vent
2.49 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
69 %