L’Université de Franche-Comté en chiffres

Publié le 14/10/2015 - 08:24
Mis à jour le 14/10/2015 - 13:21

Quelles sont les formations les plus suivies ? Les diplômés trouvent-ils un emploi ? Combien y a t-il de boursiers ou d'étudiants étrangers ? Nous vous proposons ici un tour d’horizon du paysage universitaire franc-comtois. A noter qu'à Besançon, la filière Sport (Staps)  est en plein boom. 

maison_des_etudiants_universite_de_franche-comte.jpg
©roman
PUBLICITÉ

Ils étaient 22 358 étudiants en 2014-2015 et ils devraient être encore plus nombreux en cette rentrée selon les prévisions. "Tous les étudiants qui ont demandé à être inscrits, ont été inscrits", a rappelé le président de l’Université, Jacques Bahi, en se félicitant de cette démarche relativement unique dans l’hexagone.

Un boom de la filière "sport"

Les Francs-comtois n’ont donc pas eu à souffrir d’une réduction des capacités d’accueil. Revers de la médaille, cela a pu engendrer parfois des coûts supplémentaires pour l’Université comme autour de la filière "Sports"  qui a gagné une centaine d’étudiant l’an passé. Ils étaient 600 inscrits en première année l’an passé ; or, aucun amphi n’a cette capacité d’accueil sur le campus de la Bouloie, ce qui a amené à un dédoublement des cours.

"Il faudra trouver de nouvelles solutions du côté humain et logistique pour la prochaine rentrée", a reconnu Jacques Bahi. Mais c’est la preuve que ses formations séduisent… Cela fait d’ailleurs sept ans que les effectifs sont en progression constante. Sur la dernière rentrée 2014-2015, la croissance de plus de 2,4% (avec 531 inscrits supplémentaires) était même supérieure à la moyenne nationale.

La moitié des étudiants en sciences ou santé

Dans le détail, l’ensemble des cursus enregistre une progression des effectifs (exception faite du DUT : 2,31%) : +4,80% en Licence, +7 ,98% en Master, +41,85% en Doctorat (à relativiser puisqu’en valeur absolue cela fait 67 étudiants de plus, contre près de 500 en Licence par exemple).

Autre constat : 57% sont des femmes. 22% sont des étudiants salariés et 33% des boursiers. Sur la répartition par domaine de formation, "sans surprise, près de 50% de nos étudiants suivent un cursus en sciences ou en santé", constate Jacques Bahi. Viennent ensuite le droit, économie et gestion avec près de 18% des effectifs, puis les arts, lettres et langues : 13,1%, les sciences humaines et sociales : 12,5% et le sport : 4,1%.

L’alternance séduit aussi avec 399 apprentis inscrits en 2014-2015, dans une trentaine de formations. L’UFC regroupait également 2.518 étudiants internationaux (et 3.500 stagiaires au CLA) représentant 150 nationalités.

Un taux d’insertion professionnelle de 91%

Du côté de l’insertion professionnelle, les indicateurs sont au vert. Le taux d’insertion général est de 91%, 1 point de plus par rapport à la moyenne nationale. Seul bémol, la répartition diffère selon le niveau d’emploi : moins de cadres à l’UFC (60% contre 64% de taux d’insertion au national) mais plus de professions intermédiaires cependant (32% contre 23% au national).

Les diplômés de l’UFC seraient aussi plus mobiles qu’en moyenne française : 51% d’entre eux travaillent hors de la Franche-Comté (contre 45%).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Un étudiant s’immole à Lyon : appel au rassemblement contre la précarité devant le Crous de Besançon ce soir

Le syndicat Solidaires Etudiant.e.s lance un appel à un rassemblement national le 12 novembre 2019 devant les CROUS de toute la France suite au geste désespéré d'un étudiant en grande précarité à Lyon vendredi dernier. L'ASDE (Association Solidaires de Défense des Étudiant.e.s,) appelle donc à se rassembler devant le CROUS de la Bouloie à Besançon mardi 12 novembre à 18 heures.

Exercice dans les établissements scolaires : un parent d’élève armé d’un fusil va venir, que faire ?

Afin d’entrainer les 250 000 élèves et l’ensemble de la communauté éducative, un exercice attentat-intrusion a été déclenché ce jeudi 7 novembre 2019 à 14 h 15 dans les établissements scolaires de la région. Le scénario ? Un parent d'élève furieux armé d'un fusil annonce sa venue...

Suicide d’une directrice d’école : le SNUipp-FSU interpelle le recteur de Besançon dans une lettre ouverte

Suite au suicide de Christine Renon et à la lettre qu’elle a laissée, les syndicats FSU, UNSA-Education, FNEC-FO, SGEN-CFDT, FERC-CGT et SUD-Education ont réclamé un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) exceptionnel qui aura lieu le 6 novembre 2019. Dans le Doubs, le SNUipp-FSU s’adresse au recteur de l’académie de Besançon et à l’IA-DASEN du Doubs par une lettre ouverte…

À la recherche d’un projet ? « la boussole des jeunes », un site internet pour les 16 à 30 ans…

EMPLOI • Plus de 80 offres centrées sur l'emploi et l'insertion du bassin Grand Besançon sont disponibles depuis le 15 octobre 2019 sur le site internet de la Boussole des jeunes :    https://boussole.jeunes.gouv.fr/. 18 partenaires participent à cette action (Région, Département, CAF, Rectorat, CIRFA, MFR…)

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.42
légères chutes de neige
le 18/11 à 6h00
Vent
2.7 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
99 %

Sondage