Alerte Témoin

La Caborde des vignerons: un habitat traditionnel au Musée des Maisons Comtoises

Publié le 14/06/2017 - 10:14
Mis à jour le 16/06/2017 - 07:09

Après la soue à cochons, le musée des Maisons Comtoises de Nancray inaugurera, le 24 juin 2017, sa caborde, ancien abri de vignerons.

Fraîchement installée près de la soue à cochons, le nouvel édifice du Musée des Maisons Comtoises retrouve une place de choix parmi les habitats francs-comtois. Donnée par la famille bisontine Courtois, la caborde a fait le voyage de Tilleroye à Nancray.

Une grande partie des travaux a été réalisée par des personnes en insertion pour ce chantier commencé en avril 2015. Pour ce projet, les opérations de démontage, remontage et restauration sont assurées par l’Association Patrimoine Insertion 25 (API 25).

Un habitat traditionnel comtois

Le musée, depuis son projet d'origine en 1983, veut montrer les différents types d'habitat traditionnel comtois : ferme pastorale, ferme de polyculture et maison vigneronne

Le petit habitat primitif du 18ème siècle appelé localement "caborde" a un mode d'utilisation principalement temporaire. Construit sur un terrain calcaire avec des pierres ramassées sur place et chapeautées en encorbellement avec la technique des pierres sèches dans les vignes, il permettait aux hommes de s'y abriter, d'y passer la nuit le cas échéant, de s'épargner ainsi de longues marches et de travailler un maximum d'heures sans tenir compte de la fermeture des portes de la ville, d'effectuer dès la vendange les premières opérations de vinification.

Un clin d'œil historique

L’environnement de la caborde sera partitionné en trois espaces : une vigne historique de cinq ares avec la plantation de 50 cépages cultivés en Franche-Comté avant la crise du phylloxéra. Une vigne contemporaine de quatre ares plantée avec des cépages cultivés actuellement dans la région. La particularité de cette vigne sera la présentation des plants ascendants aux plants actuellement cultivés. La troisième partie de sept ares sera consacrée à une expérimentation de vigne du futur.

À l’intérieur de la caborde prendra place une exposition semi-permanente présentant l’activité des vignerons de Besançon au XIXème siècle, illustrée par des objets de collection du musée, photographies, cartes et autres documents d’archives. A l'origine, l'intérieur des cabordes est sommaire : une niche, un banc, un coin feu.

Cette caborde-ci est composée d’une cheminée, d’un système de récupération d’eau et d’un four à pain. "Les portes de la ville de Besançon se fermant tous les soirs à 22h45 jusqu’en 1875 ces aménagements permettent ponctuellement au vigneron de passer la nuit dans la caborde avec un certain confort" explique le musée des Maisons Comtoises.

Info + 

  • Un nouveau chemin, de 240 mètres (chemin venant du jardin médicinal, serpentant dans les vignes, desservant la caborde pour aboutir à la terrasse du bâtiment d’accueil du musée), respecte les normes d’accessibilité et apportera plus de confort à l’ensemble des visiteurs du musée.
  • Horaires : juin : tous les jours de 10h à 18h30, juillet-août : tous les jours de 10h à 19h, septembre : tous les jours de 10h à 18h30, octobre-Novembre : du lundi au samedi de 13h à 18h, le dimanche et jours fériés de 10h à 18h


Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     25.36
    nuageux
    le 11/08 à 9h00
    Vent
    1.61 m/s
    Pression
    1016 hPa
    Humidité
    60 %

    Sondage