La pétition pour l’abolition de la chasse à courre fermée d’office par le Sénat

Publié le 07/11/2022 - 11:24
Mis à jour le 07/11/2022 - 09:43

Le Parti animaliste avait déposé le 3 octobre 2022, sur la plateforme du Sénat, une pétition demandant l’abolition de la chasse à courre. Atteignant les 12.618 signatures, celle-ci a été clôturée de manière unilatérale par le Sénat, le 2 novembre.

 © Parti animaliste
© Parti animaliste

Depuis mercredi, il n’est donc plus possible de signer cette pétition demandant aux sénateurs l’interdiction de cette pratique rejetée par une immense majorité de Français. Dans le court encart qui conclut désormais le texte déposé par Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste, on peut lire que "la Conférence des Présidents a décidé de se saisir de cette pétition et de la renvoyer à la commission des affaires économiques qui décidera des suites à donner. La commission élargira l'examen entamé à la suite du renvoi de la pétition n° 1012 relative au déterrage des blaireaux à l'ensemble des modes de chasse dont l'interdiction est demandée au regard de la condition animale."

"Bonne nouvelle ou nouvel enfumage des sénateurs sur la chasse, il est trop tôt pour le dire, selon Hélène Thouy. Il restait cinq mois à cette pétition pour atteindre les 100 000 signatures et il était évident qu’elle les atteindrait haut la main. J’espère que leur but n’est pas de la retirer de la circulation avant qu’elle prenne trop d’ampleur. Ce serait une manœuvre politique absolument minable alors que 77 % des Français sont contre la chasse à courre. Nous serons vigilants à ce que le sujet soit réellement saisi à bras le corps par les sénateurs."

Le Parti animaliste veut éviter à cette pétition un destin similaire à celle déposée par le collectif Un jour un chasseur, demandant l’instauration de jours sans chasse. Forte de 122.484 signatures, la pétition avait permis la création d’une mission conjointe de contrôle sur la sécurisation de la chasse, mais celle-ci n’avait fait aucune proposition concrète.

Ils "n’ont probablement jamais vu un blaireau de leur vie"

La Parti animaliste rappelle que le président LR du Groupe d’études Chasse et pêche du Sénat s’était déjà emporté contre la pétition dénonçant la vènerie sous terre : "Ça devient insupportable ces pétitions. J’ai eu le cabinet de Gérard Larcher au téléphone qui m’a confirmé que la Conférence des présidents allait probablement se saisir de celle-ci. Nous sommes en train de subir la pression des antispécistes et des animalistes qui n’ont probablement jamais vu un blaireau de leur vie. La chasse est une activité légale qui est attaquée de toute part au nom du bien-être animal. On va encore mobiliser un groupe de travail pour un sujet d’ordre réglementaire. À titre personnel, je suis pour qu’on limite la plateforme des e-pétitions aux sujets régaliens."

Une prise de position qui insupporte Catherine Hélayel, coprésidente du Parti animaliste : "Si les sénateurs prennent enfin conscience de leur devoir de représentativité vis-à-vis des aspirations des citoyens, c’est très bien, mais si, par cette décision, ils tentent discrètement de museler la démocratie, on ne le laissera pas passer".

(Communiqué)

1 Commentaire

interdire la chasse à courre...OUI!!!!!!!....la chasse TOUT COURT...non!!!!!!!
Publié le 9 novembre à 18h43 par robert macarena • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Politique

Présidence des Républicains : Jacques Grosperrin votera pour Bruno Retailleau

Ce jeudi 1er décembre, par voie de communiqué de presse, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin a annoncé son intention de voter pour Bruno Retailleau lors de l’élection du futur président des Républicains (LR). Il y a quelques jours, lundi 28 novembre, l’élu avait reçu un autre candidat à Besançon, le secrétaire général du parti Aurélien Pradié.

Dégradation des conditions de travail dans les lycées : FO adresse une lettre ouverte à Marie-Guite Dufay

Vendredi 25 novembre, le secrétaire de Force Ouvrière (FO) Franche-Comté Bourgogne Frédéric Vuillaume a adressé une lettre ouverte à la présidente de la région Marie-Guite Dufay. Il dénonce la dégradation des conditions de travail des agents dans les lycées.

Extinction de l’éclairage public : Besançon Maintenant craint une recrudescence de faits divers…

À partir du 30 novembre, plusieurs quartiers de Besançon vont voit leur éclairage s’éteindre à certains horaires pour permettre à la Ville de Besançon de faire des économies d’énergie. Pour le groupe de la droite et du centre au conseil municipal Besançon maintenant, cette mesure pourrait « renforcer le sentiment d’insécurité » chez les habitants et créer un regain de faits divers nocturnes.

Violences faites aux femmes : depuis Dijon, Emmanuel Macron appelle à ne pas " relâcher l’effort "

Le président de la République, qui a rencontré vendredi 25 novembre à Dijon des victimes, a appelé à ne "pas relâcher l'effort" dans la lutte contre les violences faites aux femmes, estimant qu'il fallait améliorer formation et prévention malgré d'importants "progrès collectifs".

Départ de Vallourec de la Côte-d’Or : Marie-Guite Dufay déplore " un gâchis humain et industriel "

La direction de l’entreprise Vallourec Umbilicals a annoncé, ce jeudi 23 novembre 2022, la fermeture du site de Venarey-les-Laumes, en Côte-d’Or. Plus de cinquante emplois sont ainsi menacés. La présidente de Région Marie-Guite Dufay déplore "un gâchis humain et industriel".

Olivier Rietmann, sénateur de la Haute-Saône, obtient l’exonération de malus écologique pour les véhicules de pompiers

Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 novembre 2022, à l’occasion de l’examen du projet de loi de finance pour 2023, Olivier Rietmann, sénateur de la Haute-Saône, a obtenu l’adoption de son amendement visant à exonérer de malus écologique les véhicules affectés aux besoins de la protection civile et des services de lutte contre les incendies.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.06
nuageux
le 02/12 à 9h00
Vent
0.92 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
86 %