La pétition pour l’abolition de la chasse à courre fermée d’office par le Sénat

Publié le 07/11/2022 - 11:24
Mis à jour le 07/11/2022 - 09:43

Le Parti animaliste avait déposé le 3 octobre 2022, sur la plateforme du Sénat, une pétition demandant l’abolition de la chasse à courre. Atteignant les 12.618 signatures, celle-ci a été clôturée de manière unilatérale par le Sénat, le 2 novembre.

 © Parti animaliste
© Parti animaliste

Depuis mercredi, il n’est donc plus possible de signer cette pétition demandant aux sénateurs l’interdiction de cette pratique rejetée par une immense majorité de Français. Dans le court encart qui conclut désormais le texte déposé par Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste, on peut lire que "la Conférence des Présidents a décidé de se saisir de cette pétition et de la renvoyer à la commission des affaires économiques qui décidera des suites à donner. La commission élargira l'examen entamé à la suite du renvoi de la pétition n° 1012 relative au déterrage des blaireaux à l'ensemble des modes de chasse dont l'interdiction est demandée au regard de la condition animale."

"Bonne nouvelle ou nouvel enfumage des sénateurs sur la chasse, il est trop tôt pour le dire, selon Hélène Thouy. Il restait cinq mois à cette pétition pour atteindre les 100 000 signatures et il était évident qu’elle les atteindrait haut la main. J’espère que leur but n’est pas de la retirer de la circulation avant qu’elle prenne trop d’ampleur. Ce serait une manœuvre politique absolument minable alors que 77 % des Français sont contre la chasse à courre. Nous serons vigilants à ce que le sujet soit réellement saisi à bras le corps par les sénateurs."

Le Parti animaliste veut éviter à cette pétition un destin similaire à celle déposée par le collectif Un jour un chasseur, demandant l’instauration de jours sans chasse. Forte de 122.484 signatures, la pétition avait permis la création d’une mission conjointe de contrôle sur la sécurisation de la chasse, mais celle-ci n’avait fait aucune proposition concrète.

Ils "n’ont probablement jamais vu un blaireau de leur vie"

La Parti animaliste rappelle que le président LR du Groupe d’études Chasse et pêche du Sénat s’était déjà emporté contre la pétition dénonçant la vènerie sous terre : "Ça devient insupportable ces pétitions. J’ai eu le cabinet de Gérard Larcher au téléphone qui m’a confirmé que la Conférence des présidents allait probablement se saisir de celle-ci. Nous sommes en train de subir la pression des antispécistes et des animalistes qui n’ont probablement jamais vu un blaireau de leur vie. La chasse est une activité légale qui est attaquée de toute part au nom du bien-être animal. On va encore mobiliser un groupe de travail pour un sujet d’ordre réglementaire. À titre personnel, je suis pour qu’on limite la plateforme des e-pétitions aux sujets régaliens."

Une prise de position qui insupporte Catherine Hélayel, coprésidente du Parti animaliste : "Si les sénateurs prennent enfin conscience de leur devoir de représentativité vis-à-vis des aspirations des citoyens, c’est très bien, mais si, par cette décision, ils tentent discrètement de museler la démocratie, on ne le laissera pas passer".

(Communiqué)

1 Commentaire

interdire la chasse à courre...OUI!!!!!!!....la chasse TOUT COURT...non!!!!!!!
Publié le 9 novembre 2022 à 18h43 par robert macarena • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.31
couvert
le 21/04 à 3h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
95 %