Le nouveau préfet du Doubs, Rémi Bastille, place la sécurité au rang 1

Publié le 29/01/2024 - 18:05
Mis à jour le 02/02/2024 - 10:09

Monsieur Rémi Bastille a officiellement pris ses fonctions à la préfecture du Doubs lundi 29 janvier 2024 à Besançon a l’occasion d’une cérémonie de commémoration en mémoire des victimes de guerre à l’esplanade des Glacis. À la suite de cela, le nouveau préfet du Doubs s’est prêté au jeu des questions-réponses pour son premier entretien avec la presse. 

Rémi Bastille est né à Pontarlier mais a vécu dans le Jura, "je suis Comtois" tranche le nouveau préfet lorsqu’il s’agit de se présenter. S’il s’est dit "enchanté" de s’installer ici, il a reconnu que le département du Doubs était pour lui est un territoire qu’il "connaît mal" mais qu’il s’apprête à très vite découvrir. 

"Je connais en réalité très peu le Doubs parce que j’ai grandi dans le Jura comme un enfant grandit dans un canton. Besançon ? Je n’ai pas fréquenté cette ville dans le cadre de mes études, le Nord Franche-Comté encore moins donc c’est une découverte pour moi ce département et ce territoire". 

Diplômé de l’Institut d’études supérieures de Strasbourg puis de l’École nationale d’administration (Ena) en 2009, Rémi Bastille débute sa carrière en 2011 en tant que chargé de mission auprès du secrétaire général du ministère de l'intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration. En 2015, après trois ans en tant que directeur de cabinet du préfet de la Savoie puis de la Corse, il obtient le poste de chef de cabinet adjoint du Premier ministre.

Il est ensuite nommé conseiller chargé des affaires régaliennes au cabinet de la ministre des Outre-mer en 2017, puis devient, deux ans plus tard, chargé de mission auprès du secrétaire général du ministère de l’Intérieur. En novembre 2020, Rémi Bastille poursuit sa carrière en tant que Secrétaire général du haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie et devient directeur adjoint par intérim du cabinet du ministre de l’intérieur et des Outre-mer en septembre 2023. 

Premier dialogue avec le monde agricole

Il est finalement nommé préfet du Doubs le 12 janvier 2024 et succède à Jean-François Colombet, institué au poste de préfet depuis le 12 juillet 2021.

Une nouvelle mission que le préfet a accueilli avec "un immense honneur", qu’il "appréhende avec beaucoup de plaisir car je suis convaincu que c’est un territoire magnifique" surtout en terme "de diversité de ses sujets".

Parmi les premières missions qu’il a choisi d’aborder en sa nouvelle qualité, Rémi Bastille a commencé par un sujet d’actualité en allant ce lundi à la rencontre du monde agricole. Le préfet s’est rendu sur le rond-point d’Étalans afin d’échanger avec les agriculteurs sur leurs revendications actuelles. "Pour construire des réponses il faut commencer par les écouter donc on va prendre ce temps d’échange" a insisté le préfet qui a ajouté "être conscient de l’importance du monde agricole dans le département". 

La sécurité comme objectif numéro 1 

Le préfet place au rang 1 de ses préoccupations la question de la sécurité. "C’est le coeur de la fonction de l’État d’assurer la sécurité de tous et cela conditionne tout le reste" a-t-il insisté estimant que "ce n’est pas moi qui la mets en premier ce sont les Français qui expriment une attention forte à ces questions". Le préfet du Doubs a ainsi affirmé son engagement en matière de lutte contre le trafic de drogue notamment en donnant priorité aux opérations "place nette" qui "ont montré leur efficacité". 

Une des priorités du premier semestre est également de réenclencher le processus de "force d’action républicaine" qui selon Rémi Bastille "repose d’abord sur un travail de diagnostic puis ensuite sur la construction des réponses adaptées". C’est l’une des priorités qu’il a confié ses équipes "dans les semaines et mois à venir". 

Sur les conseils de son prédécesseur Jean-François Colombet, le nouveau préfet accordera également une place centrale aux "questions industrielles". Rémi Bastille entend ainsi préserver ce "tissu industriel remarquable" du département qu'il considère comme "une force qu’il faut maintenir pour ce territoire".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.63
nuageux
le 29/02 à 3h00
Vent
0.36 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
95 %