Lâchers de Sangliers dans le Doubs : levée de doute sur les d'éventuelles conséquences sanitaires

Publié le 21/12/2020 - 14:05
Mis à jour le 21/12/2020 - 11:52

Depuis la fin de l’été, des informations concernant des lâchers illégaux de sangliers dans le Doubs, de provenance inconnue, sont parvenues à la Fédération départementale des Chasseurs du Doubs. Après un renforcement des surveillances, aucun sanglier malade ou mort n’a été constaté, est-il précisé ce 21 décembre 2020.

image d'illustration © Nennieinszweidrei / Pixabay ©
image d'illustration © Nennieinszweidrei / Pixabay ©

"Ces informations ont été prises très au sérieux. Les lâchers d’animaux sauvages et donc de sangliers sont soumis à une réglementation stricte et aucune autorisation n’a été donnée dans le Doubs", explique la Préfecture du Doubs.

Selon elle, la présence d’un seul sanglier introduit illégalement sur notre territoire d’où qu’il vienne entraîne des répercussions potentielles contraignantes sur le plan sanitaire et est totalement inacceptable sur le plan éthique et économique alors que l’espèce génère des dégâts importants aux productions agricoles.

37 communes scannées, 80 chasseurs mobilisés

En collaboration avec les différents services de L’État, et sous le pilotage de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations, un plan de surveillance sanitaire renforcée a été mis en place sur 37 communes du département, et ce, dès début novembre.

L’objectif a consisté à organiser la recherche d’éventuels sangliers malades ou morts sur les territoires concernés. Des groupes de chasseurs ont été habilités et des patrouilles ont été réalisées sur le secteur concerné. Une permanence téléphonique a été mise en place 7 j/7 par la Fédération des Chasseurs et l’Office français de la Biodiversité.

Quatre-vingts chasseurs ont patrouillé entre le 5 novembre et le 18 décembre pour un temps de prospection de plus de 600 heures durant un mois et demi, pendant et après le confinement. À ces patrouilles, il faut ajouter les battues de régulation qui ont pu reprendre après le 15 novembre dernier, deux jours par semaine, sur toutes les communes concernées.

Des résultats favorables

En plus de ce dispositif volontaire, les agents de la fédération ont procédé à des patrouilles aléatoires visant à confirmer les résultats de celles-ci.

"Malgré ce dispositif important, aucun sanglier mort ou malade n’a pour le moment été retrouvé et ce résultat permet de lever le doute sur l’éventuelle contamination de la population de sangliers par une maladie préjudiciable aux élevages de porcs.

Parallèlement, la surveillance des élevages de porcs de la zone aboutit également à une absence de signaux d’alerte, tout en permettant le renforcement des mesures de protection sanitaire des exploitations", précise la Préfecture qui indique que les résultats favorables de ces deux volets de surveillance sanitaire permettent de lever les mesures renforcées pour repasser à un niveau de surveillance classique.

Parallèlement, la justice a été saisie et une enquête judiciaire a été lancée afin de vérifier les faits dénoncés et d’identifier les auteurs de ces lâchers.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Journée du bien-être animal à Besançon : les associations invitées à se faire connaître…

La Ville de Besançon organisera une journée dédiée au bien-être animal le samedi 5 octobre 2024 entre 10h00 et 17h00 à l’Hôtel de Ville. Dans ce cadre, la collectivité met à disposition des associations qui luttent en faveur de la cause animale un espace d’échanges afin qu’elles puissent présenter leurs actions au public présent.
 

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.94
partiellement nuageux
le 25/05 à 21h00
Vent
1.44 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
85 %