L'affaire "abaya" : pour la section LDH de Besançon, "l'institution aggrave les inégalités sociales"

Publié le 06/09/2023 - 14:01
Mis à jour le 06/09/2023 - 16:04

Selon la Ligue des Droits de l'Homme de Besançon (LDH), environ 2.300 enfants sont à la rue en France. S'ajoutent à ce fléau, des "problèmes scolaires récurrents", notamment la polémique autour du port de la robe longue, dite "abaya". Face à cette situation, la section a exprimé ses inquiétudes et a tenu à revenir sur la notion de laïcité dans un communiqué de presse du 6 septembre 2023.

"Comment grandir, étudier, quand on n’a même pas un toit ? Comment cela est-il possible dans l’un des pays les plus riches du monde ?", s'interroge la Ligue des Droits de l'Homme de Besançon. Selon ses membres, le chiffre serait en augmentation de 20 % par rapport à la rentrée 2022.

Une inquiétude partagée par La Défenseure des droits qui alerte également sur les enfants en situation de handicap "encore privés de leur droit à l’éducation". D'autres visages s'ajoutent à la liste, ceux des mineurs étrangers "toujours en attente de scolarisation en raison du manque de place au sein des unités pédagogiques pour les élèves allophones arrivants (UPE2A)" et des "enfants ultramarins" en ruptures de droits "persistantes".

Des problématiques encore présentes

Pour la section, malgré un engagement des personnels, l’institution scolaire "aggrave les inégalités sociales". Classes surchargées, suppressions de postes, manque de médecins, d’infirmières et de psychologues scolaires, niveaux de salaire, vétusté des locaux n’expliquent pas tout... beaucoup de problématiques, déjà soulevées auparavant, restent encore présentes. "Problème sur lequel le gouvernement a la main et que jusque-là il choisi d’ignorer quand il ne l’aggrave pas", a réagit la section.

Retour sur l'affaire "abaya"

Les membres ont tenu à revenir sur une récente polémique, l’affaire dite de "l’abaya", une robe longue dont le port a été interdit pour cette rentrée scolaire. Il est "vrai que les atteintes à la laïcité existent et qu’elles doivent être prises au sérieux", jugent-ils. Néanmoins, cela ne concerne qu’une "infime partie des 60.000 établissements" en France. "Ils seraient 150 à être concernés par des atteintes à la laïcité, soit 0,25 % d’entre eux".

De plus, "il ne faudrait surtout pas confondre les marques de l’adolescence faites de contestations, de remise en cause, voire de provocations et celles de la radicalisation idéologique ou religieuse", précise le groupe.  Une confusion qui qui selon eux conduirait "immanquablement à un résultat différent de
l’apaisement nécessaire pour éduquer".

Une "discrimination" selon les membres

Si le port de cette "abaya" pose problème, "on ne sait toujours pas en quoi cette robe longue se distingue d’une autre robe longue", témoigne LDH de Besançon. "Ce qui constitue une discrimination", ajoute-t-elle. Une discrimination qui "concerne les musulmans (réels ou supposés), les enfants des quartiers populaires et encore plus singulièrement les filles". Pour LDH de Besançon, il s’agit "d’une dangereuse évolution vers une volonté de mise au pas de la jeunesse pour mettre fin à ses audaces et ses engagements, à ses espoirs et ses revendications".

La laïcité, une perte de sens ?

Pour les membres, si la République exige que les religions ne régissent pas la loi, "ce n’est par
hostilité envers elles mais parce que c’est nécessaire pour le respect de la liberté de conscience de toutes et tous". Face à cette décision, les membres reviennent sur les piliers de la laïcité et reviennent sur sa perte de sens. "On fait de plus en plus passer l’idée que la laïcité est une somme d’interdictions alors qu’elle est d’abord une loi de respect", concluent-ils.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Une quarantaine d’élèves du lycée Pergaud en voyage à Espagne…

Quarante-neuf élèves du lycée Pergaud de Besançon ont participé à un voyage culturel et linguistique à Valencia en Espagne du 7 au 12 avril 2024. Les élèves émanant de la section européenne espagnol et des classes technologiques ST2S, ont été accompagnés par leurs professeures Mesdames Mougenot, Lallemand, Jeanningros et Ferreira-Lopes.

Une vingtaine d’écoles bisontines reçoivent un arbre jumeau de la place de la Révolution

Dans le cadre de la végétalisation de la place de la Révolution, la Ville de Besançon a organisé jeudi 11 avril 2024 une cérémonie avec 476 enfants issus de 21 écoles bisontines. Un arbre, ayant son jumeau place de la Révolution, est ainsi remis à chaque école. Ils seront plantés à l’automne prochain.

Partiel blanc pour les premières années de médecine...

Comme chaque année, le Tutorat Santé Besançon organise un examen classant blanc le 4 mai pour les Pass (Parcours accès santé spécifique) et l’après-midi du 3 mai pour les Las (Licence à accès santé). Cet évènement, plus communément appelé “partiel blanc”, totalement gratuit et accessible à tous, se déroulera dans les locaux de la faculté de médecine.

Réforme du “choc des savoirs” : le Snes-FSU dénonce un “tri social” des élèves

Les syndicats Snes-Fsu et Sud Éducation, accompagnés de quelques enseignants, se sont mobilisés mardi 2 avril 2024 devant le rectorat de Besançon afin de s’opposer à la réforme du "choc des savoirs" annoncée par Gabriel Attal lorsqu’il était ministre de l’Éducation nationale.

Dans le Haut-Doubs, un nouveau service dédié à l’accueil enfants-parents

Le nouveau service à destination des familles baptisé "Bulle d’air" sera lancé le 4 avril 2024 au sein de la Communauté de Communes des Portes du Haut-Doubs en itinérance sur trois communes, Vercel-Villedieu-Le-Camp, Valdahon et Les Premiers Sapins. Ouvert à tous, le service est gratuit, préserve l’anonymat et est accessible sans réservation, ni engagement.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.46
légère pluie
le 15/04 à 15h00
Vent
8.03 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
61 %