"L'appel des sirènes", un sapeurs-pompier prend la plume pour parler de son métier

Publié le 04/10/2019 - 17:10
Mis à jour le 04/10/2019 - 16:52

Fier d’être pompier et de continuer à sauver des vies en encaissant chocs et frustrations : dans « L’appel des sirènes », Romain Comte, chef de caserne en Saône-et-Loire, décrit un métier exaltant mais de plus en plus « sous tension ».

"Les gens aiment les pompiers, mais ne sont pas toujours conscients des réalités de notre métier. C'est pour cela que j'ai fait ce livre" publié jeudi, explique à l'AFP le sapeur-pompier professionnel, cheveu ras et silhouette sportive.

A 38 ans, Romain Comte dirige le centre d'incendie et de secours de Paray-le-Monial, qui compte une cinquantaine de sapeurs-pompiers. C'est à cette "deuxième famille" qu'il rend hommage, volontaires (80% des 247.000 pompiers français) comme professionnels comme lui (16%).

Entré chez les pompiers "par vocation"

Notamment à Paray-le-Monial, où passe la route Centre-Europe Transtlantique (RCEA), un axe est-ouest "low cost, sans péages", où la fatigue, le verglas ou l'impatience des conducteurs provoquent régulièrement des accidents mortels. Les pompiers "vivent en permanence avec l'idée de la rencontre avec la mort", d'autant plus insupportable quand ils connaissent très bien les victimes, comme c'est arrivé à l'auteur. Des traumatismes dont on ne ressort parfois "plus tout à fait le même", mais que "la force du collectif (pompier) nous aide à surmonter", souligne-t-il.

Entré chez les pompiers "par vocation" à 20 ans, il a vu depuis la société évoluer, et le métier avec. "Avant, les gens nous appelaient quand une personne était en train de mourir. Aujourd'hui, ils le font parfois pour un déménagement ou car ils ne veulent pas conduire eux-mêmes un proche à l'hôpital", déplore-t-il. Résultat, le nombre de sollicitations explose (plus de 4,5 millions d'interventions par an en France), et les interventions non urgentes, notamment pour pallier à la carence des ambulances, monopolisent leur activité.

"C'est parfois exaspérant, car on est du coup parfois moins vite disponible pour les vraies urgences" comme les arrêts cardiaques où chaque seconde compte, explique-t-il. Les casernes arrivent aujourd'hui "à la limite de leurs capacités", d'autant qu'elles ont parfois "du mal à recruter des volontaires", souligne l'auteur, alors que le métier de pompier reste "une aventure humaine, citoyenne et collective fantastique". ("L'appel des sirènes", Romain Comte, éd. du Cherche-Midi).

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Les nouveaux manèges présents à la Foire comtoise 2024

Ils participent à coup sûr à la popularité de la foire comtoise, les manèges présents sur la fête foraine plaisent aussi bien aux jeunes qu’aux moins jeunes avides de sensations fortes. Parmi la centaine d’attractions qui seront présentes sur le parking de Micropolis, et accessibles au public durant les heures d’ouverture de la foire comtoise du 4 au 12 mai 2024, quelques nouveautés font leur apparition.

Casino JOA Besançon : plus de 721.000 € remportés en moins d’un mois

Le mois d’avril a apparemment porté chance à quelques joueurs du casino Joa de Besançon. L’établissement informe qu’entre le 1er et le 21 avril 2024, 721.275 € de jackpots ont été payés aux clients ayant eu la main chanceuse sur les machines à sous ou jeux électroniques (roulette anglaise électronique ou black jack électronique). 

Il y a 80 ans, les femmes obtenaient le droit de vote : l’hommage d’Aline Chassagne à Besançon

Il y a 80 ans, le 21 avril 1944, les femmes obtenaient le droit de vote en France. Aline Chassagne, adjointe à la maire de Besançon en charge de la culture et du patrimoine historique, a rendu hommage, samedi matin rue Gisèle Halimi, à celles qui se sont battues pour avoir ce droit. Elle a également appelé à "retourner aux urnes".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.11
couvert
le 25/04 à 6h00
Vent
1.82 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
94 %