Le collectif SolMiRé monte au créneau pour aider "les mineurs isolés" à Besançon

Publié le 10/10/2018 - 19:59
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:47

Ce mercredi 10 octobre 2018 sur le site dit du "campement d'Arènes" à Besançon, le collectif SolMiRé a souhaité aborder le cas des mineurs isolés qu'ils jugent "rejetés par l'aide sociale à l'enfance"(ASE).  

Pour le collectif, deux cas de figure se dessinent au campement d'Arènes à Besançon :

  • Le premier cas concerne quatre mineurs arrivés il y a une semaine (pour le premier arrivé) n'ayant pas été "pris en charge par le département".
  • Le deuxième cas concerne trois autres jeunes hommes "évalués comme étant majeurs par l'ASE" mais qui seraient toutefois "encore mineurs", selon des papiers retrouvés sur eux, explique le collectif qui précise que "l'ASE conteste ces papiers qu'elle considère comme étant des faux". Ces jeunes ont été expulsés du foyer de la Cassotte (FJT).

"Ils ont entrepris des démarches pour faire reconnaître leur minorité", explique Amélie, membre du collectif. "Quand la date anniversaire des 18 ans a été dépassée pour eux (Ndlr : l'ASE) ils sont mis à la porte. Ils ne sont plus pris en charge. Avant, il existait des dispositifs jusqu'à 21 ans, des contrats jeunes majeurs".

Ce que le collectif demande :

  • "Une évaluation immédiate des quatre mineurs avec le respect des cinq jours de prise en charge minimum afin de passer l'évaluation "
  • Que le département prenne en charge les jeunes mineurs qui arrivent tous les jours sur le site du campement d'Arènes.
  • Une attestation donnée par l'ASE stipulant que les jeunes "jugés majeurs" ne sont pas pris en charge afin de leur permettre d'aller à l'accueil de jour à Champrond pour manger le midi. "C'est une obligation de donner cette attestation", souligne Amélie.

"Je ne laisserai pas s'installer de campements illicites dans le Doubs"

Joël Mathurin, le préfet du Doubs, avait abordé en conférence de presse ce mardi 9 octobre 2018 le sujet des migrants dans le Doubs : "Je serai extrêmement vigilant à ce sujet cet hiver. Je ne laisserai pas s'installer de campements illicites dans le Doubs. Le département du Doubs doit continuer de prendre part dans la capacité d'accueil", avait -il expliqué.

Ce à quoi le collectif répond ce jeudi : "Nous souhaitons vivement que le préfet respecte cela. Nous ne souhaite pas que le campement existe. Nous venons juste pallier le fait que l'État n'intervienne pas par manque d'anticipation ou de budget soit disant. La ville dit que les capacités d'accueil sont suffisantes et , nous, on se pose la question de savoir pourquoi il y a tous ces gens à la rue... Nous souhaiterions rencontrer le préfet comme nous l'avions fait avec son prédécesseur pour faire remonter les problèmes".

Des rencontres sont prévues entre le collectif et l'ASE. "Il y aurait éventuellement ensuite un recours juridique appelé référé liberté par rapport à cette situation-là", explique Nadine, membre du collectif.

Info +

En parallèle, le collectif "veille informations jeunes isolés" a été créé en avril 2018 . "Ils nous ont alertés sur de nombreuses situations", précise le collectif. Ils ont une permanence tous les mercredi impairs à 17h dans la salle de réunion de la brasserie Granvelle à Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.

Sondage – En ce moment, soutenez-vous les forces de l’ordre ?

En plein débat sur l'article 24 de la proposition de loi dite de "sécurité globale", des images d'actes de violences de la part de policiers en service ont été rendues publiques ces dernières semaines (évacuation d'un camp de migrants, affaire Michel Zecler, manifestations...). Si certains critiquent les forces de l'ordre et leur hiérarchie, d'autres les défendent et évoquent un "surmenage". Et vous, soutenez-vous les forces de l'ordre malgré l'actualité ? C'est notre sondage de la semaine.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.8
couvert
le 02/12 à 0h00
Vent
1.02 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
98 %

Sondage