Alerte Témoin

Le commissariat de Besançon épinglé par le contrôleur général

Publié le 28/10/2009 - 18:50
Mis à jour le 28/10/2009 - 18:50

Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté, dénonce les conditions de « garde à vue » au commissariat de Besançon qui est pris en exemple pour ce qu’il ne faut plus faire.

Au Journal officiel de ce jour, le contrôleur général des lieux de privation de liberté qualifie « d’atteinte à la dignité » le retrait systématique du soutien-gorge et des lunettes imposé aux personnes en garde à vue.
 
Ce sont les deuxièmes recommandations consacrées à un commissariat depuis la nomination à l'été 2008 de Jean-Marie Delarue comme autorité indépendante chargée de contrôler les quelque 5.800 lieux d'enfermement (prisons, centres de rétention, hôpitaux psychiatriques, locaux de garde à vue...).
 
Le commissariat de Besançon, visité en janvier 2009, n’est pas le seul à présenter des problèmes, a précisé  M. Delarue qui souligne toutefois que « la vétusté des locaux de garde à vue et de dégrisement font que les personnes en garde à vue sont dans l'incapacité d'effectuer une toilette ». Il n’y a tout simplement pas d’accès à de l’eau…
 
Le contrôleur général a également constaté que la « confidentialité des entretiens avec médecins et avocats n'était pas assurée ».
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     16.76
    ciel dégagé
    le 08/08 à 3h00
    Vent
    1.08 m/s
    Pression
    1019 hPa
    Humidité
    89 %

    Sondage