Le projet Blanquer sur l'école réussit l'examen du vote à l'Assemblée

Publié le 20/02/2019 - 14:47
Mis à jour le 20/02/2019 - 14:47

Instruction obligatoire dès trois ans, missions d’enseignement confiées à certains surveillants, mais aussi drapeaux dans les classes et homoparentalité: après une semaine de débats souvent vifs, l’Assemblée a adopté largement ce mardi 20 févreir 2019 le projet de loi « sur l’école de la confiance » de Jean-Michel Blanquer.

 © Assemblée nationale
© Assemblée nationale

Ce premier texte du quinquennat sur l'école, qui a crispé certains syndicats enseignants, a été adopté en première lecture par 353 voix contre 171 et 31 abstentions, avec le soutien des élus LREM-MoDem et une partie des UDI-Agir.

Tous les autres groupes ont majoritairement voté contre, comme le RN, tandis que la plupart des députés Libertés et Territoires se sont abstenus.

Pour LR, ce texte apporte "des réponses inadaptées, incomplètes voire contradictoires" sur la prise en charge de la petite enfance, la formation des enseignants ou encore l'évaluation du système scolaire. A gauche, PS, LFI et PCF ont dénoncé un texte "autoritaire", loin d'une "école bienveillante" et qui va "sanctuariser la casse" de l'Education nationale.

Pris entre ces feux, le ministre de l'Education a défendu sans relâche toute la semaine dernière ses objectifs d'"élévation du niveau général" et de "justice sociale", et s'est montré parfois agacé par la "doxa" des oppositions.

Un "marqueur républicain"

Ce poids lourd de la macronie a notamment peu apprécié les reproches, selon lui "sous-jacents", sur son passé de directeur général de l'enseignement scolaire sous Nicolas Sarkozy. La droite lui a reproché en substance d'avoir changé et la gauche, raillant le "professeur Blanquer", de ne pas avoir changé.

Pour M. Blanquer, la mesure phare du texte sur le passage de l'instruction obligatoire de 6 à 3 ans est un "marqueur républicain". Cette mesure qui devrait concerner 26.000 enfants dès la rentrée 2019, a notamment été critiquée à droite au nom de la "liberté de choix des parents", et en raison des conséquences financières pour les communes.

Ministre consentant

Mesure inattendue : les députés ont complété et adopté un amendement d'Eric Ciotti (LR) rendant obligatoire la présence dans les classes du drapeau tricolore et du drapeau européen, ainsi que des paroles de l'hymne national.

Des "marcheurs", pour qui les drapeaux au fronton des écoles étaient suffisants, ont été, selon l'un d'eux, "un peu surpris" par cette mesure qui a eu l'aval du ministre. A gauche, des élus ont reproché à la majorité de parler plus de "chiffons" que d'école.

D'autres amendements venus de la droite, et auxquels M. Blanquer ne s'est pas montré hostile sur le fond, ont en revanche été retoqués, sur le port de l'uniforme, ou du voile par les accompagnateurs scolaires.

Signé à nouveau par Eric Ciotti, l'amendement sur le voile a suscité des tensions, certains "marcheurs" craignant que la majorité ne tombe dans "un piège évident tendu par la droite". Après une discussion au sein de la majorité, le ministre a appelé à voter contre, au nom de "l'efficacité".

Pour Boris Vallaud (PS), avec sa "bienveillance" sur les drapeaux ou le voile, le ministre a donné "à voir ce qui était sa ligne politique". Elsa Faucillon (PCF) a aussi déploré que les sujets d'égalité aient été "déviés" vers l'identitaire, avec "le consentement" du ministre.

Le remplacement des mentions "père" et "mère"

Un autre ajout au texte, venu cette fois de LREM, a aussi fait couler beaucoup d'encre : le remplacement des mentions "père" et "mère" par "parent 1" et "parent 2" dans les formulaires scolaires, pour une reconnaissance de l'homoparentalité - un vote contre l'avis du gouvernement. La droite y a vu une mesure "dogmatique" et "discriminatoire".

Le ministre a jugé la formulation "pas idéale" et la corapporteure Anne-Christine Lang (LREM) compte proposer en nouvelle lecture la possibilité d'entourer les bonnes mentions parmi "père, père, mère, mère".

D'autres mesures ont aussi été contestées à gauche, comme les nouvelles écoles internationales ou le pré-recrutement d'enseignants parmi les assistants d'éducation (ex-"pions") qui préparent les concours de recrutement - dispositif "éminemment social" selon M. Blanquer, mais vu comme une "précarisation".

Le regroupement des classes d'un collège et d'une ou plusieurs écoles au sein d'établissements "des savoirs fondamentaux" a aussi suscité des inquiétudes quant au sort des écoles rurales, tandis que le nouveau Conseil d'évaluation de l'école a soulevé des réserves sur son "indépendance".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

27 écoles “ont fait, font ou feront l’objet de désamiantage” à Besançon

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenueà quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

L’ENIL de Mamirolle finaliste du premier concours culinaire de la région

La remise des prix du premier concours régional "Tous à table" à destination des équipes de cuisine des lycées de Bourgogne-Franche-Comté a eu lieu ce mercredi 5 juin au lycée François Mitterrand à Château-Chinon en Bourgogne. Seul représentant comtois, l’ENIL de Mamirolle a été devancé par les lycées bourguignons. 

Classement QS World : l’Université de Franche-Comté progresse au classement mondial

Dans un communiqué du 6 juin 2024, l’université de Franche-Comté indique qu’elle fait partie des rares universités françaises à progresser cette année dans le prestigieux classement qui distingue 1.500 établissements à travers le monde et parmi lesquels figurent seulement 35 français.

Derrière le lion, le réseau des Alumni comtois…

PUBLI-INFO • Parce que nous avons besoin de liens durables dans une société en pleine mutation, découvrez la plateforme digitale innovante que l’université de Franche-Comté a souhaité mettre à la disposition de ses étudiants, anciens et actuels et ses partenaires, un outil utile, performant et à la pointe de l'innovation. D’ores et déjà, il a rapproché des milliers de membres et a développé leurs échanges professionnels.

Parcoursup : Ouverture de la phase d’admission ce jeudi 30 mai

La phase d’admission Parcoursup débutera ce jeudi 30 mai à 19h pour les 945.000 candidats qui ont validé au moins 1 vœu dans l'enseignement supérieur sur Parcoursup. La plateforme sera disponible en mode consultation dans un premier temps puis plus tard dans la soirée, les élèves pourront répondre aux propositions d’admission.

Groupes de niveau au collège : les parents d’élèves de Valdahon appellent à manifester

Le mercredi 29 mai 2024, les parents d’élèves du collège Edgar Faure de Valdahon appellent les autres parents à ne pas mettre leurs enfants au collège en vue d'une action "collège mort". La raison ? Montrer leur indignation face au fait que les élèves des classes de 6ème et 5ème seront triés par groupe de niveau dès la rentrée prochaine. Une manifestation est prévue dans la matinée du mercredi 29 mai.

À Sancey, une action “collège mort” pour dénoncer les groupes de niveau

Une action "collège mort" aura lieu au collège Henri Fertet de Sancey mercredi 29 mai 2024. Les parents d’élèves sont invités à ne pas envoyer leurs enfants au collège ce jour-là  et à se rassembler devant l’établissement à 10h. Une journée nationale de mobilisation contre la réforme du "choc des savoirs" aura également lieu le samedi 25 mai à 10h30 à Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 21.57
couvert
le 17/06 à 15h00
Vent
2.47 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
63 %