Le témoignage d'une handicapée à la recherche d'un logement adapté...

Publié le 23/02/2011 - 15:46
Mis à jour le 23/02/2011 - 15:46

Paraplégique depuis 30 ans et gravement malade, une habitante de Besançon cherche désespérément un appartement adapté à son handicap. Témoignage…

 ©
©
« En 2008, j'ai fait un courrier à la présidence de la République qui m'a répondu avoir signalé ma demande au préfet de Région qui m'a adressé un courrier et que l'affaire avait été confiée à Habitat 25 qui n'a jamais pris contact avec moi.

J'ai ensuite écrit à monsieur le Maire qui m'a répondu qu'il avait pris connaissance avec une attention toute particulière de mon courrier concernant ma demande de relogement adapté à mon handicap auprès de Grand habitat Besançon qui m'a répondu avoir pris bonne note de ma candidature concernant un appartement adapté dans le programme de la rive d'O quartier de la Mouillère.

Il se trouve que les travaux vont bientôt être finis, Grand habitat Besançon m'a contactée par téléphone pour m'annoncer qu'il ne disposait que d'un appartement au 4ème étage avec une douche qui n'était pas accessible. Comme par enchantement l'appartement adapté qui m'a été confirmé par Monsieur le Maire et la Directrice de Grand Habitat Besançon disparu.

Je me pose la question à savoir de quel privilège faut il que je dispose pour enfin être écouté, reconnu, et vivre dans un appartement adapté à mon handicap ?

Historique :

Le 1er appartement accessible que j’ai eu se situait rue Renoir à Planoise. Mais de type F1 il était trop petit.

J’ai déménagé en 1988 pour habiter rue des Chaprais une maison pas très accessible durant 1 an.

En 1989 la mairie m’a trouvé un appartement accessible rue du Petit Charmont pendant 10 ans. Les années durant, la cote de la Madeleine devenait de plus en plus dure à monter.

J’ai donc déménagé une nouvelle fois en 1999 pour habiter rue du Piémont à Planoise. Un appartement que j’ai adapté à mes frais, sans aucune considération ni remerciement de la par de Habitât 25. Je m’ennuyai car loin de la ville.

En juin 2001 j’ai quitté la ville de Besançon suite à deux décès survenus dans ma famille, pour partir dans le Tarn à Castres dans un appartement vraiment adapté. 1 an et demi. Mais ma chère et belle ville de Besançon me manquait énormément.

J’ai donc fait une demande auprès Grand Habitat Besançon, pour obtenir un appartement rue de Belfort, au 6ème étage J'occupe cet appartement depuis le 03 février 2003. Malheureusement c'est appartement a une cuisine trop étroite pour un fauteuil roulant. En 2005 des amplificateurs relais pour antennes téléphoniques ont été rajouté au dessus de ma salle de séjour. Des syndromes d’hyper sensibilités me sont apparus : maux de tête aigus, acouphènes des deux oreilles et troubles de la mémoire ».

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Renouvellement de congé de présence parentale : les règles s’assouplissent

Pour les salariés du secteur privé comme pour les agents de la fonction publique, titulaires ou non, il est désormais plus simple de renouveler, avant son terme, un congé de présence parentale ainsi que le droit de bénéficier de l'allocation journalière de présence parentale (AJPP). Cela fait suite à un décret publié au Journal officiel le 4 février 2024, annonce service-public.fr.

Guerre à Gaza : un rassemblement pour boycotter Carrefour à Ecole-Valentin

Une dizaine de personnes se sont rassemblées devant Carrefour à Ecole-Valentin samedi 17 février 2024 vers 10h00 à l’occasion de la "journée nationale d’action #BoycottCarrefour" lancée par la campagne BDS (Boycott désinvestissement sanctions) en France. L’enseigne est accusée d’être "complice et bénéficiaire de la colonisation illégale de la Palestine".

La confédération paysanne appelle à poursuivre la mobilisation

Faute de réponse sur le revenu paysan, le syndicat de la confédération paysanne de Bourgogne-Franche-Comté appelle à une poursuite de la mobilisation, apprend-on vendredi 2 février 2024. Pour rappel, les syndicats majoritaires FNSEA et Jeunes agriculteurs ont, eux, appelés jeudi à suspendre les blocages suite aux annonces du Premier ministre.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.09
légère pluie
le 24/02 à 6h00
Vent
5.18 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
91 %