Législative partielle : François Bayrou et Gérard Larcher voteraient PS

Publié le 04/02/2015 - 08:47
Mis à jour le 04/02/2015 - 09:21

Le président du MoDem, François Bayrou a affirmé mardi 3 février 2015 qu'il n'aurait "aucune hésitation" à voter pour le candidat PS au second tour de la législative partielle dans le Doubs, dans un entretien à La République des Pyrénées qui va être mis en ligne. Le président du groupe UMP au Sénat, Gérard Larcher a également déclaré qu'il voterait PS s'il était électeur dans le Doubs.

regionales_genredufay_004.jpg
© archives
PUBLICITÉ

« Pour moi, il n’y a aucune hésitation. Je voterais contre le FN en choisissant son adversaire M. Barbier », affirme François Bayrou, qualifiant sa position d' »intangible » et jugeant par ailleurs que la position du « ni-ni » défendue par certains à l’UMP représente « un risque grave ». Interrogé par le quotidien sur le fait de savoir s’il était sur la même position qu’Alain Juppé, qui a indiqué qu’il voterait PS pour faire barrage au FN, le maire de Pau a répondu : « Bien sûr (…) Ma position est intangible. »

« Au second tour, il faut écarter le risque maximum. Et pour moi, il ne fait aucun doute aujourd’hui que le risque maximum, c’est l’extrémisme, c’est le FN, avec le cortège de malheurs que ses positions et ses obsessions apporteraient au pays », explique-t-il. Comme Alain Juppé, il fait aussi référence « à la thèse de l’inégalité des races défendue par la candidate » FN par le passé. Interrogé sur « le ni-ni », François Bayrou a répondu : « Ces provocations, ces obsessions et ces illusions créent un risque si grave qu’aucun responsable conscient des enjeux pour notre pays ne devrait pouvoir le prendre. » 

« Nous partageons un bloc de convictions »

« Comprenez-moi bien : avec le Parti socialiste, comme avec l’UMP, j’ai des divergences politiques, souvent graves, parfois des affrontements. Je suis persuadé qu’ils ont commis ou commettent de graves erreurs et souffrent de graves insuffisances », explique François Bayrou. « Mais nous partageons un bloc de convictions, que je qualifierais tout simplement de civiques, au sens de l’éducation civique. Cela, je n’ai pas l’intention de l’oublier. » « Il est donc vital aujourd’hui que des voix politiques s’élèvent pour présenter une démarche d’action et un langage qui deviennent enfin crédibles », ajoute encore celui qui s’est dit prêt à aider Alain Juppé en vue de 2017.

« Je sais depuis longtemps qu’au sein de l’UMP, deux lignes politiques s’affrontent et s’écartent de plus en plus », estime-t-il. « Il y a ceux qui considèrent qu’il faut tout faire pour créer un affrontement y compris artificiel entre la droite et la gauche et tous ceux qui pensent que le combat est ailleurs. Qu’il est dans la défense et la proposition d’un projet pour la France qui choisit d’unir plutôt que de diviser« , a-t-il ajouté. Dimanche soir, le président du groupe des députés UDI, Jean-Christophe Lagarde, avait appelé à voter en faveur du candidat socialiste dans le Doubs.

Larcher : « Je ferais barrage au Front national, donc je voterais Barbier, c’est clair dans mon esprit »

Le président UMP du Sénat Gérard Larcher voterait pour le candidat socialiste, s’il était électeur dans le Doubs, alors que son parti a recommandé le vote blanc ou l’abstention. Interrogé mercredi par RTL sur son choix pour la législative partielle de dimanche, l’élu des Yvelines a répondu avec netteté : « Je ferais barrage au Front national, donc je voterais Barbier, c’est clair dans mon esprit ». Frédéric Barbier est le finaliste socialiste contre la candidate FN Sophie Montel. Le Bureau politique de l’UMP a appelé ses électeurs mardi à exprimer une « double opposition » en « votant blanc ou en s’abstenant » dimanche lors du second tour de la législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le ministère du Travail a publié dimanche 28 juillet 2019 au Journal officiel le décret mettant en oeuvre la réforme vaste et controversée de l'assurance chômage annoncée le 18 juin. Ce texte de six articles comprend surtout une annexe de 190 pages qui constitue le nouveau règlement de l'assurance chômage. Par ailleurs, une expérimentation est prévue en Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire "d'un journal de la recherche d'emploi" tenu par les chômeurs.  

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré l'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort de son "engagement total pour garantir la pérennité du site industriel", marqué par un plan de suppression d'un millier d'emplois, dans un courrier obtenu ce vendredi 26 juillet 2019 par l'AFP.

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

Au terme d'une longue gestation, l'accouchement débute ce mercredi 24 juillet 2019 avant le faire-part de naissance dans quelques mois : la première grande réforme sociétale du quinquennat Macron, l'extension de la PMA à toutes les femmes, est présentée en Conseil des ministres avant son examen à l'Assemblée à la rentrée.

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Après des débats musclés, l'Assemblée s'apprête à voter ce mardi 23 juillet vers 16h15 la ratification du controversé traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta), "positif" pour l'économie française selon ses défenseurs, mais porteur de "risques" environnementaux et sanitaires d'après ses opposants.

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

A la veille du vote à l'Assemblée nationale sur le traité de libre-échange UE-Canada (Ceta), Nicolas Hulot a exhorté lundi 22 juillet 2019  les parlementaires à voter contre cet accord qui risque à ses yeux d'ouvrir la porte à des substances dangereuses via un abaissement des normes sanitaires.

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.42
ciel dégagé
le 22/08 à 9h00
Vent
3.57 m/s
Pression
1024.02 hPa
Humidité
61 %

Sondage