Législative partielle : Wauquiez inaugure la permanence de l'UMP Charles Demouge

Publié le 21/01/2015 - 09:20
Mis à jour le 21/01/2015 - 15:06

L'union nationale n'est pas "un quitus ou un chèque en blanc à François Hollande", a déclaré le secrétaire général de l'UMP Laurent Wauquiez, lors d'un déplacement à Audincourt dans le Pays de Montbéliard  ce mardi 20 janvier 2015  à quelques jours du premier tour de l'élection législative partielle du 1er février prochain.

wauquiezdemouge.jpg

"Nous avons été unis pour se protéger contre les attentats, mais ça n'empêche pas d'être lucide pour le reste des fausses promesses que (le gouvernement de François Hollande) a faites", a déclaré M. Wauquiez lors de l'inauguration de la permanence de campagne à Audincourt de Charles Demouge, candidat UMP à l'élection organisée dans le Doubs après la nomination du socialiste Pierre Moscovici comme commissaire européen. 

La législative ? "Une occasion de faire passer un message"

La cohésion après les attentats jihadistes de Paris, qui ont fait 17 morts,"ne peut pas dissimuler le reste : l'union nationale n'est pas un quitus ou un chèque en blanc à François Hollande", a-t-il estimé. Selon le secrétaire général de l'UMP, l'élection législative de la 4e circonscription du Doubs sera "l'occasion pour les habitants de passer un message national pour dire au gouvernement: +on n'est pas satisfait de ce que vous avez fait+". 

L'élection législative partielle aura lieu le 1er février, avec éventuel second tour le 8 février. "Ici, sur ce territoire, c'est une bataille très importante", car "c'est l'assurance que le PS tout seul n'aura plus la possibilité d'imposer ses dictats et ses lois", a ajouté M. Wauquier. 

M. Moscovici, redevenu député de la 4e circonscription du Doubs après son départ du gouvernement fin mars et nommé parlementaire en mission par l'exécutif, a démissionné de l'Assemblée nationale en novembre en raison de sa nomination à Bruxelles. 

En cas de défaite, le groupe socialiste de l'Assemblée nationale aura un siège de moins que la majorité absolue de 289, même si la majorité comprend aussi les radicaux de gauche et les écologistes.

Info + : Rappel des résultats de 2012 

En 2012, M. Moscovici avait été élu avec 49% des voix dans une triangulaire face à l'UMP (26%) et le Front National (24%). Mais le scrutin de février s'annonce à très haut risque, alors que le PS n'a remporté aucune des 13 législatives partielles organisées depuis les législatives de 2012. 

(Avec AFP) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

La loi Recherche définitivement adoptée au Parlement

Face au risque de "décrochage" de la recherche française, le Parlement a définitivement adopté ce vendredi 20 novembre 2020 le projet de loi de programmation (LPR), "un investissement historique" selon le gouvernement confronté à la défiance accrue de la communauté universitaire et scientifique. Fannette Charvier, députée du Doubs se félicite de cette décision (elle avait été désignée responsable de ce texte pour le groupe LaREM).
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.34
ciel dégagé
le 28/11 à 3h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
79 %

Sondage