Législatives 2022 : Laurent Croizier entre en campagne (Ensemble !)

Publié le 18/05/2022 - 17:02
Mis à jour le 18/05/2022 - 16:53

Laurent Croizier, président du Modem du Doubs et conseiller municipal à la Ville de Besançon et à l’agglomération, lance officiellement sa campagne ce 18 mai 2022 pour représenter le parti de la majorité présidentielle dans la 1re circonscription du Doubs. Il a choisi Laurence Cornier pour suppléante.

C’est donc sous l’étiquette "Ensemble !" (qui englobe Renaissance/ex-LREM, Modem et Horizons) que Laurent Croizier se présente aux élections législatives des 12 et 19 juin prochains. 

À 47 ans, Laurent Croizier a plusieurs casquettes : professeur des écoles, conseiller municipal, conseiller communautaire de Grand Besançon Métropole depuis 2014 et président du Modem du Doubs depuis 2015. Il s’engage avec Laurence Cornier, 46 ans, adjointe au maire de Saint-Vit et cadre supérieure de santé du CHU de Besançon. Longtemps encartée chez Les Républicains, elle dit s’être "ouverte" à autre chose dès 2020 (pour rappel, elle s’était présentée aux élections régionales en 2015 et 2021).

"Emmanuel Macron a choisi de m’apporter sa confiance pour porter le projet de la majorité présidentielle dans la 1re circonscription du Doubs (…) Notre connaissance du terrain, notre proximité avec les habitants, les associations, les entreprises, la connaissance des enjeux du territoire seront la force de notre candidature", explique Laurent Croizier.

Le candidat souhaite s’engager sur plusieurs points : 

Faire face à l’augmentation des prix de l’énergie, des matières premières et produits de première nécessité

  • Vote en faveur de la reconduction du bouclier tarifaire sur le gaz, l’électricité, l’essence,
  • L’indexation des retraites sur l’inflation,
  • Le dégel du point d’indice des fonctionnaires. 
  • "Une France forte dans une Europe forte" avec un focus sur l'agriculture et la réindustrialisation

Laurent Croizier dit vouloir viser un projet de "plein emploi et de partage des richesses" : "Nous sommes sur un projet de croissance". 

Parmi, les enjeux de la circonscription, il cite : l’université de Franche-Comté, le Pôle Temis innovation et santé, les labels (Arc-et-Senans et le savoir-faire horloger), l’hôpital et la diversité des territoires. 

Sur le volet écologique, il se veut "pragmatique". "Nous nous engageons par exemple pour le report modal avec une halte ferroviaire à l’ouest de Besançon". "Une écologique idéologique provoque l’effet contraire. Elle provoque le rejet de l’écologie par les habitants". 

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Politique

150 associations bisontines concertées pour tirer les enseignements de la crise sanitaire 

La Ville de Besançon et son centre communal d’action social signent une convention afin de formaliser les modalités de leur coopération. Après avoir concerté près de 150 associations de décembre 2020 et mai 2021, plusieurs enjeux ont été dégagés. Ils seront présentés au conseil municipal ce 30 juin 2022…

Les postes clés de l’Assemblée

Vice-présidents, questeurs, secrétaires : l'élection à des postes clés à l'Assemblée nationale a tourné au vinaigre mercredi soir entre la gauche et la majorité. Annie Genevard, députée LR de la 5e circonscription du Doubs, et ancienne vice-présidente d el'Assemblée regrette de "n'avoir pu candidater…"

Tarification des transports dans le Grand Besançon : « trop de catégories sociales ont été oubliées » (N. Bodin)

Soumis au vote lors de la dernière assemblée communautaire de Grand Besançon, la question de la nouvelle tarification des transports a fait débat… Accordée pour les demandeurs d’emploi inscrits à pôle emploi, la gratuité totale n’a pas été approuvée pour les collégiens. Nicolas Bodin, à la tête du groupe PS au conseil municipal de Besançon au sein de la majorité de la maire EELV d’Anne vignot, estime que certaines catégories sociales n’ont pas été prises en compte. Il revient sur le sujet dans nos colonnes…

Emmanuel Macron charge Elisabeth Borne de former un « gouvernement d’action »

Dans un entretien à l’AFP ce dimanche 26 juin, Emmanuel Macron assure avoir demandé à la Première ministre, Elisabeth Borne, de lui présenter en fin de semaine prochaine des "propositions" pour "un nouveau gouvernement d’action" qui sera nommé "dans les premiers jours du mois de juillet". Soit, a priori, avant le discours de politique générale de la cheffe du gouvernement devant le Parlement annoncé pour le 5 juillet et l’adoption, le lendemain, du "paquet pouvoir d’achat" en Conseil des ministres.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.86
pluie modérée
le 30/06 à 18h00
Vent
1.46 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
74 %

Sondage