Les "Alsthommes" manifestent à Saint-Ouen pour "se battre pour" Belfort

Publié le 27/09/2016 - 12:13
Mis à jour le 27/09/2016 - 12:13

Quelques centaines de salariés de l'usine Alstom de Belfort mais aussi d'autres sites du constructeur manifestaient bruyamment mardi 27 septembre 2016 en fin de matinée devant le siège du groupe à Saint-Ouen pour dire "non à la fermeture" et afficher leur détermination de "se battre" pour le maintien du site.

07Manifestationloitravail021.JPG
Manifestation contre la loi travail jeudi 15 septembre 2016 à Besançon ©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Au son des cornes de brume, des sifflets et des klaxons, les « Alsthommes », –un millier selon la CGT–, en vestes gris et rouge siglées « Alstom » ou portant des chasubles de couleur, affichaient tous un autocollant « Non à la fermeture », un message répété sur une grande banderole accrochée aux grilles.

300 manifestants belfortains

Parmi eux, environ 300 manifestants venus de Belfort à bord d’un TGV spécialement affrété, un « symbole », ainsi que 50 d’Ornans (Doubs) les ayant rejoints à Besançon, mais aussi des salariés venus d’autres sites. « Tous unis pour Alstom Belfort » proclamait une deuxième banderole. Présent à Saint-Ouen, le leader de la CGT Philippe Martinez a demandé à Alstom « d’écouter les salariés ». « Pour l’instant, on n’a pas entendu la direction dire +on ne fermera pas+, Alstom et le gouvernement se renvoient la balle », a dit M. Martinez devant la presse, en ajoutant qu’il « est encore temps d’annoncer le maintien du site ».

« Le premier en situation critique, c’est Belfort mais tous sont menacés »

Ingénieur au bureau d’études de Belfort depuis huit ans, Marion Faverger se félicite que ses collègues d’Ornans, Valenciennes, La Rochelle, Le Creusot et Reichshoffen soient présents, et que même des collègues d’un site italien soient en grève. « Ca montre que tous les sites d’Alstom sont solidaires. Le premier en situation critique, c’est Belfort mais tous sont menacés », dit-elle.

Son collègue Gilles Moncelet, aussi ingénieur au bureau d’études depuis huit ans, « a le sentiment qu’Alstom a la volonté d’asphyxier les sites français ». « Rien n’obligeait Alstom à construire les 800 locomotives en Inde », observe-t-il, en référence à un contrat signé avec New Delhi.

« C’est il y a deux ans qu’il fallait faire le travail »

Technicien chargé des essais, Nicolas Letellier, 49 ans et 26 ans d’ancienneté à Belfort, est fataliste. Les efforts du gouvernement pour faire plier Alstom? « J’espère mais je ne crois pas tellement (…) C’est il y a deux ans qu’il fallait faire le travail », dit-il.

Les salariés d’Alstom sont appelés à faire grève mardi et à manifester au siège du groupe, alors que le gouvernement poursuit les discussions pour tenter de sauver l’usine de Belfort. Le constructeur a annoncé début septembre son intention de transférer sa production à Reichshoffen, à 200 kilomètres.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Publi-infos • Le Crédit Agricole Franche-Comté a de bonnes raisons d’être présent au Salon de l’Habitat à Micropolis Besançon. D’abord, c’est un partenaire historique de cette manifestation. Et puis, c’est l’occasion de présenter son offre régionale à succès «?Mon 1er toit comtois?», un prêt Habitat à taux zéro %. C’est donc le moment idéal pour rencontrer les conseillers du Crédit Agricole Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.41
partiellement nuageux
le 14/10 à 18h00
Vent
1.97 m/s
Pression
1010.13 hPa
Humidité
74 %

Sondage