Les Francs-Comtois de plus en plus nombreux à se tourner vers la campagne

Publié le 16/01/2014 - 07:30
Mis à jour le 16/01/2014 - 12:12

À l’occasion du lancement de la campagne de recensement 2014, l’Insee présente une rétrospective sur 30 ans des mouvements de population en Franche-Comté. Si la croissance démographique reste plutôt faible, les communes rurales ont, elles, vu leur nombre d’habitants augmenter. 

Tendance

Entre 1982 et 2011, la Franche-Comté a gagné 89 400 habitants. Un chiffre moyen au regard du rythme de croissance annuelle de la population, deux fois plus faible dans la région qu'en métropole (+0,27% contre +0,54%). La région se classe ainsi au 16e rang des régions métropolitaines.

Le Doubs, qui s'en sort bien, a vu sa population augmenter de +0,36% par an durant la même période. "C'est supérieur au rythme régional mais toujours inférieur à la moyenne métropolitaine", constate Gilles Zemis, chargé d'étude à l'Insee Franche-Comté.

Plus de départs que d'arrivées, mais de nombreuses naissances

Le déficit migratoire serait le principal frein à cette croissance avec une perte moyenne en région de 1400 habitants par an, dû "à la mobilité des étudiants, entre autre", suggère Gilles Zemis. Mais la forte fécondité régionale permet en partie de rééquilibrer. Les naissances plus nombreuses que les décès amenant 4500 habitants supplémentaires chaque année.

Si les départs n'avaient pas été supérieurs aux arrivées, "le Doubs aurait vu sa population croître au rythme de +0,57% par an." En fait, seul le département du Jura a été épargné par ce déficit migratoire. Que l'on se rassure toutefois, sur la période plus récente, de 2006 à 2011, il aurait tendance à se résorber au niveau régional.

L'agglomération bisontine perd des habitants

Autre constat soulevé par l'Insee : les villes-centre perdent des habitants au profit des communes périphériques et même plus éloignées (-0,18% par an entre 1982 et 2011). La couronne de Besançon a ainsi vu sa population augmenter à un rythme élevé (+1,43% par an). Tout comme autour de Pontarlier, de la zone frontalière et du sud de la Haute-Saône.

"Les petites communes de campagne permettent l’accession à la propriété, tout en restant proche des services d’une grande ville et du lieu de son emploi", note Patrick Pétour, directeur régional de l'Insee. De 2006 à 2011, la population de l'agglomération de Montbéliard ne baisserait plus tandis que celle de l'agglomération bisontine diminuerait de 0,13% par an au profit des communes périurbaines au nord (en direction de Rioz) et à l'ouest de Besançon (vers Saint-Vit et Osselle).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.78
partiellement nuageux
le 25/05 à 6h00
Vent
0.5 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
98 %