Les médias publics doivent parler plus d'Europe, selon le secrétaire d'État aux Affaires européennes

Publié le 17/09/2020 - 18:10
Mis à jour le 17/09/2020 - 14:36

Le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes Clément Beaune a déploré jeudi que les médias publics français ne parlent pas "plus d'Europe" et appelé à "réfléchir à des mécanismes" pour que cela change.

europe.jpg
europe.jpg © ©Alexane Alfaro

"Ce que je regrette c'est qu'on en ait peu parlé", a-t-il réagi sur la radio France Inter au lendemain du premier discours de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen sur l'état de l'Union européenne. "Nos chaînes de télévision, nos chaînes d'information en continu ont peu trouvé de temps pour un sujet qui est pourtant majeur", a estimé Clément Beaune.

Dans ce discours, la présidente de la Commission a dévoilé son plan de bataille pour l'Europe face aux menaces sanitaires, au changement climatique et à la crise économique.

"C'est un discours qui va se traduire par des législations, par des mesures concrètes (..) Tout cela il faut en parler. Ce n'est pas des affaires étrangères ou des affaires lointaines (...) c'est un sujet extrêmement politique"

Le secrétaire d'Etat a ensuite appelé, lors d'une audition devant la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée nationale, à faire "pression" dans le débat public pour que cela change. "Je souhaite que d'ici (la présidence française de l'UE au premier semestre 2022), nous puissions renforcer les mécanismes qui conduisent nos chaînes publiques à parler davantage d'Europe", a-t-il dit.

"Cherchons tous les moyens possibles de contrainte ou de pression pour arriver à cela", a-t-il ajouté, en précisant qu'il allait proposer une "mission parlementaire rapide" en ce sens au Premier ministre Jean Castex. "Toute pression publique, notamment du Parlement, à cet égard est absolument nécessaire", a-t-il poursuivi. "Je crois que nous devons faire jouer cette obligation de service public. C'est un engagement du service public majeur", a-t-il encore estimé.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Confinement : des maires bravent l’interdiction de fermeture des commerces

Mise à jour ce 31 octobre •

Les maires de Perpignan ou de villes plus petites, comme Brive (Corrèze), Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ou Aubusson (Creuse), ont pris ce vendredi 30 octobre 2020 des arrêtés autorisant l'ouverture des commerces non alimentaires de leur ville, en contradiction avec les mesures gouvernementales de confinement.

Confinement #2 : un aperçu de Besançon ce vendredi matin…

D’habitude, le vendredi matin, entre 08h30 et 09h00, la ville de Besançon est particulièrement vivante la veille du week-end. Les arrêts de bus et de tram sont pleins, ça grouille de voitures qui se suivent de très près dans des files de feux tricolores... mais ce vendredi 30 octobre, c’était différent, très différent, en cette première matinée de confinement.

A Nice, Macron dénonce « une attaque terroriste islamiste » contre la France

L'opération Sentinelle de 3.000 à 7.000 militaires •

"Très clairement c'est la France qui est attaquée"Emmanuel Macron a dénoncé jeudi depuis Nice "une attaque terroriste islamiste" dans la basilique Notre-Dame qui a fait trois morts, et annoncé le passage de 3.000 à 7.000 soldats pour l'opération Sentinelle pour protéger les lieux de culte et les écoles.

Confinement : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du Premier ministre

Ce jeudi 29 octobre, à quelques heures du début du deuxième confinement en France, le Premier ministre Jean Castex entouré de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, Elisabeth Borne ministre du Travail, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et Olivier Véran, ministre de la Santé, a détaillé la feuille de route.

Besançon : réaction d’Anne Vignot suite au confinement annoncé par le président de la République

La forte dégradation de la situation sanitaire a conduit le président de la République à annoncer un confinement à compter de ce jeudi 29 octobre à minuit. Anne Vignot, maire de Besançon, présidente de Grand Besançon Métropole, prend acte de cette décision, "nécessaire au regard de la crise sanitaire".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.12
couvert
le 31/10 à 12h00
Vent
1.9 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
83 %

Sondage