Les principaux et proviseurs en ont « Assez 2.0 »

Publié le 22/09/2016 - 10:45
Mis à jour le 22/09/2016 - 11:14

Ce mercredi 21 septembre 2016, dans l'après-midi, une centaine de personnels de direction des établissements secondaires (collèges et lycées) ont manifesté leur ras-le-bol contre un mode de fonctionnement "pénible et erratique"

recemment_mis_a_jour144.jpg
recemment_mis_a_jour144.jpg
PUBLICITÉ

Une centaine de chefs d’établissements et adjoints a manifesté sous les fenêtres du rectorat de Besançon ce 21 septembre 2016  pour dénoncer les incohérences du système, la multiplication de directives parfois contradictoires et le manque de reconnaissance.  Il est rare que les chefs d’établissement participent à ce type d’action. Leur dernière manifestation remontait à 2006. Cette fois, le SNPDEN-Unsa a opté pour de simples rassemblements et non une manifestation nationale, car des discussions ont été ouvertes avec le ministère après le lancement de l’alerte sociale. En France, entre 3.500 et 4.000 proviseurs, proviseurs adjoints ou principaux de collège se sont rassemblés devant la trentaine de rectorats

De nombreux « dysfonctionnements »

Les personnels de direction en ont « Assez 2.0 ». Ils se sentent seuls,  mal considérés, et ne savent plus quelles sont les priorités à donner face à la multiplication des directives ; surtout en cette rentrée complexe dans la mise en place de la réforme des collèges.

« On ne conteste pas du tout la politique conduite, dans laquelle les personnels de direction globalement se retrouvent. En revanche, on conteste la façon dont les choses se passent concrètement« , explique M. Tournier Secrétaire général  national du syndicat SNPDEN-Unsa . Il pointe « un regain d’autoritarisme » qui « n’est pas la faute de la ministre, mais le fait du fonctionnement« 

« Ce n’est pas un point particulier, c’est une multiplication presque hebdomadaire de dysfonctionnements qui gênent beaucoup, font perdre beaucoup de temps, pendant que les questions essentielles, comme la performance du système éducatif, la sécurité, la mixité, ne sont pas traités« , regrette-t-il. 

À Besançon, une délégation de principaux et de proviseurs a été reçue par le recteur qui fera remonter les doléances au ministère de l’Éducation nationale. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

"Non à l'amendement Grosperrin" • Mardi 14 mai 2019 le syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (affilié FSU) organise une assemblée générale à partir 18h suivi d'un apéro revendicatif devant la permanence du sénateur LR Jacques Grosperrin au 34 rue Bersot à Besançon.

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Le quartier de Planoise à Besançon fait partie des 80 territoires « prioritaires » sélectionnés pour accueillir un dispositif « cité éducative ». Ce dernier servira à coordonner les services d'Etat, les collectivités, les associations et les habitants pour accompagner l'enfant de 3 à 25 ans autour du cadre scolaire. Une enveloppe de 100 millions d'euros sur trois ans sera débloquée pour aider les collectivités dans leurs démarches.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.62
couvert
le 24/05 à 3h00
Vent
0.83 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %

Sondage