L'ex-préfet du Jura Aïssa Dermouche condamné à un mois de prison avec sursis pour violences conjugales

Publié le 12/10/2013 - 10:34
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:41

Bien qu’il nie farouchement les faits qui lui sont reprochés, le préfet du Jura de 2004-2005, Aïssa Dermouche, qui avait été très médiatisé au milieu des années 2000 en tant que premier préfet issu de l’immigration, a été condamné, vendredi 11 octobre 2013 par le tribunal correctionnel de Créteil, à un mois de prison avec sursis pour des violences conjugales commises à l’encontre de sa femme avec qui il est en instance de divorce.

 ©
©

Le parquet avait requis une peine de trois mois de prison avec sursis à l'encontre de l'ex-haut fonctionnaire placé sous contrôle judiciaire depuis le 12 juin 2013 et qui était également poursuivi pour des faits de violences contre sa belle-fille pour lesquels il a été relaxé.

Visiblement diminué, M. Dermouche qui a subi un accident cardio-vasculaire en 2005, a farouchement nié les faits qui lui étaient reprochés. "Je n'ai pas touché cette femme", a-t-il répété devant le tribunal, où cet homme de 66 ans s'est présenté accompagné de proches et assisté de Me Patrick Maisonneuve qui a plaidé la relaxe.

L'ex-préfet du Jura (de 2004 à 2005), présenté au milieu des années 2000 comme le premier préfet issu de l'immigration, avait été interpellé puis placé en garde en vue pendant 48 heures, après une dispute avec son épouse, le 10 juin. Présente également à l'audience, cette quadragénaire s'était vu prescrire une incapacité totale de travail (ITT) de quelques jours après que M. Dermouche eut serré un foulard qu'elle avait autour du coup, la plaignante évoquant à l'époque des faits une tentative de strangulation.

Lors des débats devant la 12e chambre du tribunal correctionnel de Créteil, celle-ci a décrit un climat familial marqué par les humiliations et les insultes. Des affirmations que M. Dermouche, qui fut également ex-directeur de l'Ecole supérieure de commerce Audencia de Nantes, a partiellement récusé.

M. Dermouche qui n'avait jamais été condamné auparavant, avait fait l'objet de trois attentats le visant plus ou moins directement après sa nomination, entre le 18 janvier et le 29 janvier 2004. Ouverte à Nantes, l'instruction n'avait pas permis d'en trouver les auteurs et avait été close en 2006.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Camaïeu ferme définitivement ses portes ce soir

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.52
légère pluie
le 01/10 à 12h00
Vent
6.99 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
92 %

Sondage