Livres dans la Boucle : le corrigé de la dictée de Sorj Chalandon "Citadelle m'était contée"

Publié le 21/09/2019 - 18:22
Mis à jour le 21/09/2019 - 18:22

146 participants et trois gagnants. La seconde édition de la dictée des "Livres dans la Boucle" est déjà un incontournable. Déjà gagnant l'an passé, Philippe Dessouliers l'emporte avec une seule faute, mais il offre son prix... Et vous ?Combien de fautes? Testez-vous sur la dictée de Sorj Chalendon !

4e édition pour Livres dans la Boucle, mais 2e édition pour cette dictée

Sorj Chalandon succède à Daniel Picouly qui avait composé l’an dernier la première dictée de Livres dans la Boucle (un texte customisé par l’auteur de l’Homme qui rit de Victor Hugo). Sorj Chalandon a également écrit un texte spécialement pour l’occasion. C’est la Citadelle de Besançon qui l’a inspiré, le titre de la dictée cette année : « Citadelle m’était contée ».

2e édition pour cette dictée qui est devenue, dès l’an dernier, l’un des temps forts du festival. Très attendue, les places se sont arrachées dès l’ouverture des réservations, avec un public qui vient parfois de loin : Belfort, Voujeaucourt, Les Rousses, Les Braiseux, Champagnole, Dijon..., de la frontière suisse et même de la région parisienne.

Philippe Dessouliers, déjà gagnant l’an passé, l’emporte à nouveau cette année avec une seule faute, mais il offre le 1er prix à Agnès Morizet, seconde de l’épreuve

  • 1- Agnès Morizet (3 fautes)
  • 2- Franck Bonello (4 fautes)
  • 3- Dominique Gautheron

Cette dictée est organisée en partenariat avec le CLA qui offre le 1er prix et met à disposition ses professeurs de français pour assurer la correction des nombreuses copies.

  • 1er prix : un stage de langue (CLA)
  • 2e  prix : un bon d’achat en librairie de 200 € (Grand Besançon)
  • 3e prix : un bon d’achat de 100 € (Grand Besançon)

Voici le texte original et sans fautes de Sorj Chalandon

DICTÉE : Citadelle m’était contée

Des chasseurs-cueilleurs du paléolithique à l’oppidum séquane de la Gaule celtique, la boucle du Doubs a toujours été convoitée. Dans les temps anciens, murailles, remparts et courtines protégeant le mont Saint-Etienne ont cruellement manqué aux Bisontins. Imaginez un instant des hordes burgondes s’écrasant sur le front royal. Les Germains terrassés devant le bâtiment des Cadets. Voyez les Goths, les Huns, les Alamans, les Francs, les Tervinges ou les Ostrogoths briser leurs lances ridicules sur les moellons du front Saint-Etienne. Mais non, face aux fourches huguenotes, aux glaives du Saint-Empire romain germanique, aux traités scélérats et aux alliances entre têtes couronnées, la cité était sans autre défense que ses remparts médiévaux.

Il aura fallu attendre le 29 septembre 1668 pour que soit bâtie, au faîte d’un anticlinal grandiose barré par trois fronts bastionnés, la citadelle de Besançon. Un ouvrage militaire parcouru de chemins de ronde, flanqué d’orillons protégeant les canons et hérissé d’échauguettes, souvenirs des bretèches du château fort médiéval, avec sa motte castrale et ses mâchicoulis.

Louis XIV rêvait d’une ceinture d’airain pour protéger les frontières de l’Est. Et Sébastien Le Prestre de Vauban en avait dessiné le squelette, avant que les Espagnols ne s’emparent de la Franche-Comté et élèvent seuls les fortifications, sans se soucier de l’avant-projet détaillé de l’architecte français.

En 1674, les Bisontins restent écartelés entre le sceptre des Bourbons et la couronne d’Espagne. Le roi Soleil va alors leur imposer sa loi. Le 26 avril, Paris assiège Besançon. La cité résiste vingt-sept jours aux arquebusiers du duc d’Enghien et aux boulets en fer de l’artillerie royale, avant de plier. Bientôt, la Franche-Comté sera fleur de lys. Et Vauban, le dispendieux, terminera sa place forte en y rajoutant tant de ravelins et de bastions retranchés que le roi, saisi par son coût, lui demandera si les murailles étaient en pierre ou en or.

L’histoire de cette citadelle mériterait de figurer – « plaise à Dieu » – en bonne place sur le blason de Besançon : l’écu d’or, à l’aigle de sable tenant de ses serres deux colonnes de gueules brochant sur les ailes.

Brave citadelle. En 1814, les Autrichiens s’y cassent le nez. En 1871, les Prussiens s’y fracassent les dents.

Triste citadelle. En juin 1940, les enfants vert-de-gris des cavaliers uhlans s’y installent sans combat. Entre ses murs, le 26 septembre 1943, seize patriotes seront fusillés par l’ennemi. Comme l’avait alors maugréé Tristan Bernard, l’immense Bisontin : « En 1914, on disait ‘‘on les aura’’, eh bien maintenant, on les a ».

Sorj Chalandon

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

NG Productions : "On a besoin que les gens sortent, on a trop souffert comme ça"

À l'occasion des 15 ans de NG Productions, nous avons rencontré le fondateur de cette société de productions de spectacles à Besançon, Hamid Asseila. Il nous raconte ses temps de forts notamment avec Elton John, son projet de festival sur quatre jours en 2023, sa vision sur l'épidémie de Covid-19 et les prochaines dates à ne pas manquer...

L’Orchestre universitaire de Besançon Franche-Comté donnera un concert sur un Dragon Boat !

L’Orchestre symphonique universitaire Besançon Franche-Comté a décidé de se lancer un nouveau défi en se produisant le 9 avril 2022 à bord d’un Dragon Boat (ou bateau-dragon) le long des berges de Port-sur-Saône… Cet événement sera suivi d’un concert dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein.

Concerts debouts vs meetings politiques : « S’il y a des mesures, soit elles sont valables pour tout le monde, soit pour personne »

Concerts debout interdits, jauge limitée à 2000 personnes pour les grands rassemblements à l'exception des meetings politiques, interdiction de boire debout dans les bars… Le monde de la culture est dans l'incompréhension et redoute ces prochains mois. Le directeur de la smac La Rodia à Besançon nous en parle.

Sabine Weiss, la dernière photographe « humaniste » est décédée

Sabine Weiss aimait capturer les "morveux", les "mendiants" et les "petits narquois" croisés dans la rue : cette photographe, espiègle et rigoureuse, connue également pour ses photos de mode parues dans Vogue était la dernière disciple de l'école française humaniste. Comme Doisneau, Boubat, Willy Ronis ou encore Izis, Sabine Weiss, décédée mardi à 97 ans, a immortalisé la vie simple des gens, sans toutefois revendiquer une quelconque influence.
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.38
ciel dégagé
le 24/01 à 18h00
Vent
0.84 m/s
Pression
1032 hPa
Humidité
89 %

Sondage