Logement : quelles sont les mesures du plan 'Elan' adopté par l'Assemblée ?

Publié le 13/06/2018 - 08:31
Mis à jour le 13/06/2018 - 19:40

L'Assemblée nationale a adopté mardi  12 juin 2018 par 342 voix contre 169 et 44 abstentions le projet de loi sur le Logement qui vise, selon le gouvernement, à "construire plus, mieux et moins cher"et "améliorer le quotidien des Français".

img_0790.jpg
img_0790.jpg
PUBLICITÉ

Le projet de loi « Elan »(évolution du logement, de l’aménagement et du numérique), examiné pendant neuf jours et neuf nuits, a été adopté en première lecture avec les voix des députés LREM et MoDem, tandis que les élus UDI-Agir ont opté pour une « abstention bienveillante ».

Comme LR, qui a dénoncé « une occasion manquée », les trois groupes de gauche ont voté contre, dénonçant à l’instar des Insoumis un projet qui « ne fera qu’aggraver les inégalités »et une loi de « rupture »qui fait du logement « un bien marchand »et plus un droit, selon le communiste Stéphane Peu.

A l’issue du vote, le ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard et le secrétaire d’État Julien Denormandie ont salué dans un communiqué commun l’adoption à « une large majorité »du texte, qui poursuit « deux objectifs: libérer la construction en levant les verrous et protéger les plus fragiles »

Plusieurs élus ont saisi l’occasion du vote solennel pour dénoncer à nouveau l’organisation des discussions. Le recours au « temps législatif programmé »a conduit, selon François Pupponi (PS), à étirer « les débats de manière déraisonnable tout en réduisant le temps de parole des petits groupes », ce qu’a récusé le président de l’Assemblée François de Rugy (LREM).

Voici les principales mesures du projet de loi « Elan »(évolution du logement, de l’aménagement et du numérique), voté mardi en première lecture à l’Assemblée:

Transformation de bureaux en logements facilitée

  • Pour renforcer l’attractivité de la transformation de bureaux en logements, est prévu un « bonus de constructibilité », c’est-à-dire une surface constructible supplémentaire (fixé à 30%)
  • Possibilité aussi de déroger aux obligations de mixité sociale prévues par les plan locaux d’urbanisme (PLU), sauf dans les communes « carencées »en logements sociaux 
  • Possibilité pour le préfet de réquisitionner des bureaux pour faire de l’hébergement d’urgence

 Loi Littoral

Dérogations pour permettre de nouvelles constructions dans les « dents creuses »(parcelles vides situées entre deux bâtiments construits dans un même hameau) mais strictement encadrées. Les constructions ne pourront ainsi pas se faire « dans la bande des 100 mètres »du littoral, ou « dans les espaces proches du rivage »et une urbanisation dans les « dents creuses »ne pourra porter atteinte « à l’environnement ou aux paysages » 

Accessibilité pour les handicapés 

  • Passage de 100% à 10% de logements accessibles aux personnes handicapées dans la construction neuve, les 90% restants devant être « évolutifs », c’est à dire rendus accessibles à l’issue de travaux simples 

Nouveau « bail mobilité » 

Nouveau bail mobilité, conclu pour une durée de un à dix mois, non reconductible (si le premier bail est de moins de dix mois, il pourra être prolongé par avenant, sans dépasser cette durée). Ce bail est destiné aux personnes en formation, études supérieures, stage, apprentissage, engagement volontaire dans le cadre d’un service civique ou mission temporaire professionnelle 

Aucun dépôt de garantie ne pourra être exigé par le propriétaire et le locataire pourra bénéficier de la garantie Visale (Visa pour le logement et l’emploi)

Évolutions du logement social

  • Les organismes HLM gérant moins de 15.000 logements devront faire partie d’un groupe d’organismes à compter de 2021 
  • Nouvelles compétences pour les bailleurs sociaux, telles que la construction d’équipements locaux d’intérêt général ou la fourniture de services d’animation sociale en faveur des personnes âgées ou handicapées occupant un logement social 
  • Le recours à un concours d’architecture est rendu optionnel pour les projets de construction de logements neufs
  • Mesures pour faciliter la vente des HLM, avec l’objectif d’atteindre 40.000 ventes par an, contre 8.000 actuellement. La vente se fera notamment au prix fixé par le bailleur, et non plus au prix estimé par le service des domaines. Les occupants des logements seront prioritaires à l’achat mais la vente en bloc, c’est-à-dire par lot de plusieurs logements, sera autorisée à des acteurs privés
  • Ces logements resteront comptabilisés pendant dix ans (et non plus 5) dans les quotas de logements sociaux imposés par la loi SRU
  • Une ordonnance permettra aux bailleurs sociaux d’adapter leur politique de loyer à titre expérimental pour mieux prendre en compte la capacité financière des ménages 
  • La situation des locataires sera réexaminée tous les trois ans dans les zones tendues

Encadrement des loyers 

L’encadrement des loyers est rendu optionnel et expérimental pour 5 ans. Il peut s’appliquer sur une partie seulement du territoire de l’intercommunalité volontaire

Le préfet peut prononcer une amende administrative contre un bailleur si le loyer de base dépasse le loyer de référence majorée (jusqu’à 15.000 euros pour une personne morale)

Encadrement des locations touristiques du type Airbnb 

  • Système de sanctions renforcé contre les propriétaires et les plateformes ne respectant pas leurs obligations

Les propriétaires ne procédant pas à l’enregistrement de leur logement ou refusant de transmettre le décompte du nombre de jours au cours desquels un meublé a été loué pourront se voir infliger des amendes allant de 5 à 10.000 euros. Les plateformes ne transmettant pas le décompte des nuitées ou continuant de proposer des résidences principales ayant déjà été réservées plus de 120 jours dans l’année risquent de devoir payer 50.000 euros

Lutte contre les marchands de sommeil

  • Création d’une présomption de revenus imposable pour certains délits en matière d’habitat indigne (similaire à celle appliquée au trafic de stupéfiant ou aux crimes en matière de fausse monnaie) 
  • Les peines complémentaires de confiscation des biens des marchands de sommeil et d’interdiction d’acquisition de nouveaux biens immobiliers pour une durée de cinq ans seront obligatoires
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon étaient 86% à voter pour se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Mise à jour le 15 octobre à 10h50 • Suite à l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants, le groupe d'Europe Écologie - Les Verts Bourgogne Franche-Comté mais aussi France Insoumise condamnent la réaction de l'élu du Rassemblement National.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.56
légère pluie
le 18/10 à 3h00
Vent
3.61 m/s
Pression
1013.22 hPa
Humidité
97 %

Sondage