L'opposant algérien Rachid Nekkaz interpellé à Genève dans l'hôpital du président Bouteflika

Publié le 08/03/2019 - 17:40
Mis à jour le 08/03/2019 - 17:41

L’opposant algérien Rachid Nekkaz, qui a tenté d’être candidat à l’élection présidentielle en Algérie, a été interpellé vendredi 8 mars 2019 par la police à l’intérieur de l’hôpital de Genève où est soigné le président Abdelaziz Bouteflika.

Rachid Nekkaz  à Genève 8/3/19 © Rachid Nekkaz facebook Capture ©
Rachid Nekkaz à Genève 8/3/19 © Rachid Nekkaz facebook Capture ©

"Je vous confirme l'interpellation de M. Nekkaz qui est actuellement auditionné dans les locaux de la police puisqu'il fait l'objet d'une plainte pour violation de domicile", a déclaré Joanna Matta, la porte-parole de la police genevoise, expliquant qu'il avait pénétré dans l'hôpital malgré des mises en garde. Homme d'affaires né en France, Rachid Nekkaz, 47 ans, avait organisé en fin de matinée une manifestation avec une centaine de ses partisans devant les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), où a été admis le 24 février le chef de l'Etat algérien âgé de 82 ans. La police lui avait demandé à plusieurs reprises de s'éloigner de l'établissement, ce qu'il avait accepté de faire avec le sourire.

"J'ai décidé de venir ici à Genève devant l'hôpital où est censé être hospitalisé le président et candidat algérien Abdelaziz Bouteflika (...) alors que le monde entier et l'Algérie toute entière sait qu'il n'est plus de ce monde", avait-il déclaré. "Il y a 40 millions d'Algériens qui veulent savoir où est le président", avait-il poursuivi;

Bouteflika a subi un grave AVC en 2013 et est depuis très diminué. L'annonce de sa candidature pour un cinquième mandat a déclenché des manifestations de protestation dans toute l'Algérie.

Nekkaz, omniprésent sur les réseaux sociaux -- il filme en direct sur son compte Facebook toutes ses interventions -- a ensuite quitté brusquement le groupe de ses partisans et est entré en trombe à l'intérieur de l'hôpital, tout en continuant à se filmer. La vidéo s'est interrompue lorsqu'il s'est présenté à l'accueil de l'établissement.

L'homme d'affaires, qui a fait fortune dans les start-up et l'immobilier, draine des foules de jeunes enthousiastes partout où il passe en Algérie. Mais son dossier de candidature à l'élection présidentielle du 18 avril a été rejeté car il possédait jusqu'à encore récemment la nationalité française. Il a trouvé un subterfuge en présentant à sa place son cousin mécanicien, qui vit en Algérie et possède les mêmes nom et prénom.

"Tout le monde sait qu'au minimum, (Bouteflika) est malade, et qu'au maximum il est mort, il est évident que c'est impossible de continuer de cautionner l'élection avec un candidat qui est mort", a poursuivi M. Nekkaz. "On a déjà vu des morts voter au Parlement. On n'a jamais vu un mort être candidat à une élection présidentielle."

"Je souhaitais devant cet hôpital dire que si le Conseil constitutionnel algérien validait sa candidature (d'Abdelaziz Bouteflika) le 13 mars, il est évident que je ne pourrais plus continuer à défendre la candidature de Rachid Nekkaz à l'élection présidentielle (...) et je retirerais cette candidature, c'est une obligation morale", avait-il encore expliqué aux journalistes et à ses supporters.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Eric Ciotti exclu des LR, Annie Genevard reprend la co-gouvernance

La secrétaire générale Les Républicains et députée du Doubs a tenu une courte conférence de presse aux côtés Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes ce mercredi 12 juin 2024 après avoir convoqué un bureau politique exceptionnel suite à l’annonce d’ Eric Ciotti d’un accord avec le Rassemblement national en vue des élections législatives.

Législatives : les élus LR et de l’Union de la droite, du centre du Département du Doubs refusent ”clairement” le ralliement avec le RN

Dans un communiqué du mardi 11 juin 2024, le groupe majoritaire Les Républicains et apparentés du groupe Union de la droite, du centre et de la Société civile du conseil départemental du Doubs, dont la présidente Christine Bouquin, demandent une réunion du bureau de LR pour refuser ”clairement” la proposition d’Eric Ciotti.

Législatives : PS, PCF, EELV et LFI veulent “des candidatures uniques” dans “chaque circonscription” au premier tour

Le Parti socialiste, le Parti communiste, les Ecologistes et La France insoumise ont indiqué vouloir "soutenir des candidatures uniques dès le premier tour" des élections législatives, dans un communiqué également signé par Place publique, ou Générations. Pour rappel les élections législatives se dérouleront le 30 juin et 7 juillet 2024.

Les Républicains s’allie au RN : à Besançon, des élu(e)s démissionneront si Eric Ciotti reste en place

Nouveau tremblement de terre mardi 11 juin 2024 : le président du parti de droite Les Républicains a annoncé son ralliement au Rassemblement national dans la course aux élections législatives dont le premier tour est prévu le 30 juin. À Besançon, Ludovic Fagaut, chef du groupe LR Besançon maintenant au conseil municipal et premier vice-président du Département du Doubs, dit ne pas "cautionner les orientations d'Eric Ciotti".

Législatives : “Nous avons besoin d’une alliance” avec le RN, affirme le patron de LR Eric Ciotti

Le patron de LR Eric Ciotti a provoqué mardi 11 juin 2024 un coup de théâtre en annonçant que la droite avait "besoin d’une alliance" pour les législatives du 30 juin avec le Rassemblement national, un accord inédit avec l’extrême droite rejeté immédiatement par de nombreux dirigeants de son parti.

Législatives 2024 : ”L’urgence est de répondre à la désespérance et à la rupture de confiance” selon Anne Vignot

Dans un communiqué 10 juin 2024, la maire de Besançon EELV, Anne Vignot, fait un ”constat dramatique” suite aux résultats des élections européennes françaises au cours desquelles le Rassemblement national ressort victorieux. L’élue appelle à ”une majorité pour le progrès social et écologiste, par l’union des forces de gauche.”

Sondage – Comprenez-vous la décision d’Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale ?

Directement après l’annonce des résultats des élections européennes ce dimanche 9 juin 2024 où le RN est arrivé largement en tête, le chef de l’État a pris la décision de dissoudre l’Assemblée nationale afin de "redonner le choix de notre avenir parlementaire par le vote". Comprenez-vous la décision d’Emmanuel Macron ? C’est notre sondage de la semaine.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.4
nuageux
le 12/06 à 21h00
Vent
0.53 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
80 %