L'opposant algérien Rachid Nekkaz interpellé à Genève dans l'hôpital du président Bouteflika

Publié le 08/03/2019 - 17:40
Mis à jour le 08/03/2019 - 17:41

L'opposant algérien Rachid Nekkaz, qui a tenté d'être candidat à l'élection présidentielle en Algérie, a été interpellé vendredi 8 mars 2019 par la police à l'intérieur de l'hôpital de Genève où est soigné le président Abdelaziz Bouteflika.

Rachid Nekkaz
Rachid Nekkaz à Genève 8/3/19 © Rachid Nekkaz facebook Capture

"Je vous confirme l'interpellation de M. Nekkaz qui est actuellement auditionné dans les locaux de la police puisqu'il fait l'objet d'une plainte pour violation de domicile", a déclaré Joanna Matta, la porte-parole de la police genevoise, expliquant qu'il avait pénétré dans l'hôpital malgré des mises en garde. Homme d'affaires né en France, Rachid Nekkaz, 47 ans, avait organisé en fin de matinée une manifestation avec une centaine de ses partisans devant les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), où a été admis le 24 février le chef de l'Etat algérien âgé de 82 ans. La police lui avait demandé à plusieurs reprises de s'éloigner de l'établissement, ce qu'il avait accepté de faire avec le sourire.

"J'ai décidé de venir ici à Genève devant l'hôpital où est censé être hospitalisé le président et candidat algérien Abdelaziz Bouteflika (...) alors que le monde entier et l'Algérie toute entière sait qu'il n'est plus de ce monde", avait-il déclaré. "Il y a 40 millions d'Algériens qui veulent savoir où est le président", avait-il poursuivi;

Bouteflika a subi un grave AVC en 2013 et est depuis très diminué. L'annonce de sa candidature pour un cinquième mandat a déclenché des manifestations de protestation dans toute l'Algérie.

Nekkaz, omniprésent sur les réseaux sociaux -- il filme en direct sur son compte Facebook toutes ses interventions -- a ensuite quitté brusquement le groupe de ses partisans et est entré en trombe à l'intérieur de l'hôpital, tout en continuant à se filmer. La vidéo s'est interrompue lorsqu'il s'est présenté à l'accueil de l'établissement.

L'homme d'affaires, qui a fait fortune dans les start-up et l'immobilier, draine des foules de jeunes enthousiastes partout où il passe en Algérie. Mais son dossier de candidature à l'élection présidentielle du 18 avril a été rejeté car il possédait jusqu'à encore récemment la nationalité française. Il a trouvé un subterfuge en présentant à sa place son cousin mécanicien, qui vit en Algérie et possède les mêmes nom et prénom.

"Tout le monde sait qu'au minimum, (Bouteflika) est malade, et qu'au maximum il est mort, il est évident que c'est impossible de continuer de cautionner l'élection avec un candidat qui est mort", a poursuivi M. Nekkaz. "On a déjà vu des morts voter au Parlement. On n'a jamais vu un mort être candidat à une élection présidentielle."

"Je souhaitais devant cet hôpital dire que si le Conseil constitutionnel algérien validait sa candidature (d'Abdelaziz Bouteflika) le 13 mars, il est évident que je ne pourrais plus continuer à défendre la candidature de Rachid Nekkaz à l'élection présidentielle (...) et je retirerais cette candidature, c'est une obligation morale", avait-il encore expliqué aux journalistes et à ses supporters.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

La loi Recherche définitivement adoptée au Parlement

Face au risque de "décrochage" de la recherche française, le Parlement a définitivement adopté ce vendredi 20 novembre 2020 le projet de loi de programmation (LPR), "un investissement historique" selon le gouvernement confronté à la défiance accrue de la communauté universitaire et scientifique. Fannette Charvier, députée du Doubs se félicite de cette décision (elle avait été désignée responsable de ce texte pour le groupe LaREM).
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.05
couvert
le 25/11 à 18h00
Vent
1.02 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
82 %

Sondage